Copa America - Argentine, Leandro Paredes revient sur le match face au Brésil : "On s'est fait voler"

Commentaires()
Pedro Vilela/Getty Images
Le milieu de terrain argentin est revenu sur la défaite en demi-finale de la Copa America et sur les déclarations de son capitaine, Lionel Messi.

Alors qu'il sortait d'une demi-saison très peu satisfaisante au PSG, Leandro Paredes a eu le mérite d’être un élément fondamental de l'Albiceleste, étant également le seul joueur argentin présent dans l’équipe-type de la Copa America. De là, il a passé en revue ce qui s'était passé au Brésil et n'a pas mâché ses mots pour discuter de plusieurs questions.

Dans une interview accordée à Fox Sports, le milieu de terrain parisien a expliqué avoir été "volé" lors de la demi-finale face au Brésil (2-0) : "Nous ne pouvions rien faire de plus, nous étions très énervés de la façon dont se déroulait le match contre le Brésil. On s'est fait voler, nous ne pouvions malheureusement pas se qualifier. Nous avons revu le match dans le vestiaire et j'avais déjà compris l'erreur d'arbitrage commise sur Agüero" a-t-il expliqué. 

Leandro Paredes : "On ne savait jamais ce que Sampaoli voulait"

Le milieu de 25 ans, formé à Boca Juniors, a clairement indiqué qu'il soutenait la position de son capitaine, Lionel Messi : "Cela m'étonne qu'on parle de Leo comme ça, tous les gens de notre pays devraient nous soutenir mais ils ne le font pas"

Pour conclure, il s'est exprimé sur les différences entre Lionel Scaloni et Jorge Sampaoli, qu'il a sévèrement critiqué. "C'est peut-être un technicien inexpérimenté mais il a été très bon. Il est direct, il dit les choses comme elles sont et sait ce qu'il veut", a- t-il déclaré à propos de son sélectionneur actuel, tout en taclant Sampaoli, qui ne l'avait pas retenu au dernier Mondial "On ne savait jamais ce qu'il voulait. Sampaoli était très changeant, il n’était pas clair. Parfois il te disait de faire quelque chose et quand tu le faisais, il te demandait pourquoi tu l’avais fait. Je ne savais pas vraiment ce qu’il voulait" a conclu le Parisien. 

Fermer