Carlo Ancelotti à Naples : un mariage excitant de déraison

Commentaires()
Goal
Neuf ans après son départ de Serie A, l'entraîneur italien y revient avec un défi différent de ceux qu'il a connu : faire grandir Naples en Europe.

L'annonce a été faite mercredi en fin de journée, par le président De Laurentiis, habitué aux extravagances mais qui était tout de même très fier de cette signature. Naples a officialisé la venue de Carlo Ancelotti, 58 ans, dont le palmarès et la réputation parlent pour lui : vainqueur de trois Ligue des champions et passé sur les bancs du Milan, du Bayern Munich, de Chelsea, du Paris Saint-Germain et du Real Madrid. Avec une telle signature, le deuxième de Serie A entend basculer dans une nouvelle dimension. Après avoir développé une philosophie de jeu séduisante qui a époustouflé l'Europe, Lorenzo Insigne et les siens entendent désormais remplir leur armoire à trophées. Un basculement presque idéologique qui fait suite au départ de Maurizio Sarri, grand artisan de cette équipe agréable à suivre dans ses sorties de balle, ses projections offensives et ses séquences intenses de conservation, comme le Barcelone de Guardiola a pu l'être.

"J'ai refusé des clubs européens et la sélection italienne"

Tout Ancelotti qui l'est, la mission ne s'annonce pas simple de passer après le technicien qui a su remettre le club napolitain sur la carte de l'Italie. C'est un challenge particulier qui attend le Mister qui, jusque-là, depuis son départ de l'AC Milan en 2009, a pris en main des mastodontes du Vieux Continent avec des effectifs pléthoriques. À Naples, si l'effectif est de qualité, il ne disposera pas des mêmes moyens qu'au Real ou au PSG. En plus d'une enveloppe limitée, il devra faire face à une grosse attente pour son retour en Italie et surtout, huit mois après son départ brutal du Bayern Munich où les joueurs avaient fini par avoir gain de cause. Pourtant l'ancien joueur de la Roma est persuadé qu'il a pris la bonne décision. 

À l'aube de la soixantaine, le Mister revient donc dans le championnat où il a tout connu, notamment de grands succès à l'AC Milan avec deux Ligues des champions décrochées en 2003 et 2007. Courtisé depuis qu'il est libre, Ancelotti a affirmé avoir donné sa priorité à Naples malgré des offres extérieures. "J'ai refusé des clubs européens et la sélection italienne pour le Napoli", une prise position qui devrait ravir les tifosi du club, réputés comme les plus bouillants de la Serie A. La principale interrogation sera de voir si cette formation pourra enfin détrôner la Juventus sur le plan national, alors que la Vieille Dame vient de décrocher son septième titre de rang, non sans mal, après une défaite à la maison (0-1, à quatre journées de la fin) contre cette même équipe qui a bien cru enfin renverser la hiérarchie.

L'article continue ci-dessous

Callejon Milik Insigne - Napoli

Le mercato, première étape d'un challenge relevé

Si l'entraîneur est désormais acté, reste à savoir quel visage auront les Azzurri en 2018-2019. Si l'équipe possède une ossature fiable avec de nombreux cadres, certains d'entre eux, lassés par l'échec constant en championnat, pourraient finir par aller voir ailleurs cet été. Parmi les noms avancés, Kalidou Koulibaly et Jorginho, deux joueurs possédant une forte valeur marchande, sont dans le viseur d'écuries anglaises. Une surprise pourrait aussi intervenir du côté de Marek Hamsik. D'après la presse italienne, le capitaine slovaque a reçu une offre très lucrative en provenance de Chine, remettant ainsi son avenir en question. Néanmoins, avec son aura, Ancelotti est capable de renforcer qualitativement cette équipe. Le nom de David Luiz a ainsi été avancé, preuve que le Mister sait y faire pour attirer des joueurs de calibre mondial, dans une formation qui souhaite désormais grandir, au-delà de son adoubement en tant qu'équipe au fond de jeu passionnant.

De son côté, Lorenzo Insigne se réjouissait d'avance de voir Carlo Ancelotti devenir le nouvel homme fort de son club de coeur. "J'espère qu'il nous donnera un coup de main pour faire de gros matchs, c'est un grand coach, je ne m'attendais vraiment pas à ça, notre président à quelques coups d'avance. C'est un grand coup". Que ce soit pour les joueurs actuels ou les anciens, le Mister est une valeur sûre pour donner à Naples une nouvelle dimension. Pour l'avoir connu au PSG, Ezequiel Lavezzi est persuadé que la collaboration des deux parties peut porter ses fruits. "D'abord, je souhaite bonne chance à Ancelotti pour son aventure à Naples, un endroit spécial. Avec lui vous courrez, mais vous gagnez. Il correspond à ce Napoli qui au fil des années s'est toujours amélioré en Europe et en Italie". Un témoignage fort mais aussi intéressant de la part de l'Argentin, qui évolue désormais en Chine. Si le pari présente plusieurs aspects périlleux, avec son vécu et son calme, Ancelotti a tout de l'homme capable de prendre en main Naples pour que les promesses du beau jeu se transforment en titres.

Fermer