CAN 2019 - L'entraîneur de Madagascar explique la réussite de son équipe

Commentaires()
Getty Images
Vainqueur du Nigeria ce dimanche, Madagascar cartonne pour la première participation de son histoire à la Coupe d'Afrique des Nations.

C'est la grande surprise de cette Coupe d'Afrique des Nations 2019 en Egypte. Madgascar a surpris son monde lors de cette édition. Les Malgaches participent pour la première fois de l'histoire à l'épreuve continentale et ont réussi à se qualifier pour les huitièmes de finale de la compétition. Mieux encore, ce dimanche, Madagascar s'est offert le scalp du Nigeria, une nation prestigieuse du continent africain, s'offrant au passage la première place de son groupe. 

Au micro de RMC, Nicolas Dupuis a expliqué comment Madagascar a connu un succès si soudain et réalise une si bonne CAN 2019 : "Utiliser les joueurs binationaux venus d'Europe ? Avant ça se faisait très peu. Quand je suis arrivé il y a trois ans le président m’a dit : pourquoi on n’arrive pas à gagner? Je lui ai répondu: parce qu’on ne fait pas jouer les meilleurs, et je suis persuadé qu’il y a dans le monde des Malgaches meilleurs que ça".

"On sait qu'on est le Petit Poucet"

Madagascar Afcon 23062019

L'article continue ci-dessous

"On avait jusqu'alors un quota de 4-5 joueurs expatriés, et le reste, c’était des joueurs locaux, sauf qu’il n’y a pas de championnat professionnel à Madagascar… La première année, on s’est concentré sur le fait de chercher. C’est pour ça que des Thomas Fontaine, Jérôme Mombris, Romain Métanire, ou dernièrement Jérémy Morel sont arrivés. On a pu monter une équipe compétitive. L’obligation est d’avoir des ancêtres malgaches, grands-parents ou parents…", a ajouté le sélectionneur de Madagascar.

Nicolas Dupuis a également mis en place des nouvelles méthodes de travail expliquant le succès de Madagascar : "Le football malgache est un football léché, un football de possession. J’ai des joueurs techniques, qui peuvent garder le ballon, et on est parti de ça. Après, ce que nous on a pu rajouter à l'équipe, c’est la rigueur européenne sur les blocs défensifs, sur les blocs médians. Aujourd’hui c’est un mélange des deux".

Le sélectionneur français de Madagascar a affiché ses ambitions : "J’avais dit en plaisantant qu’on visait la finale. Mais c’était une boutade, vraiment. Je crois que notre force, c’est qu’on sait qu’on est le Petit Poucet, on sait d’où on vient, moi le premier et les joueurs aussi. C’est cette humilité et cette simplicité, qui font qu’on avance avec beaucoup de sérénité, très peu de stress. Mais on essaie de ne pas confondre décontraction et déconcentration, on est toujours au travail. Il faut qu’on reste comme ça. On sera probablement outsider en huitième, mais ça nous va très bien."

Fermer