Bilan mercato OM - Marseille va à l'essentiel

Commentaires()
Gettyimages
En quête de résultats immédiats, les dirigeants ont misé sur des joueurs expérimentés avec du muscle et du mental. Ce qu'il faut pour réussir à l'OM.

"Dire c'est fait rire. Faire c'est faire taire." Depuis sa nomination en octobre 2016, Jacques-Henri Eyraud a beaucoup fait. Mais il n'a pas réussi à clouer le bec de tous ses détracteurs de plus en plus nombreux au fil des semaines. Pourquoi ? Parce qu'il avait beaucoup dit avant. Lui et surtout son big boss Frank McCourt. En laissant espérer un recrutement pharaonique, les dirigeants de l'OM avaient créé une attente immense. Ils n'ont pas pu assouvir les espoirs des supporters qui fantasmaient sur l'arrivée de Diego Costa ou Olivier Giroud depuis que l'homme d'affaires américain avait avoué qu'il était prêt à claquer 50 ou 60 millions pour un attaquant. Il avait juste oublié de préciser que dans ce cas, il ne fallait recruter aucun autre joueur... Et l'OM avait probablement plus besoin d'un groupe que d'une star.

OFFICIEL - Mitroglou rejoint l'Olympique de Marseille

L'article continue ci-dessous

D'immenses vedettes internationales n'ont pas débarqué mais il serait injuste de tirer un bilan négatif du premier mercato estival de McCourt. Tous les postes importants ont été couverts. Rudi Garcia avait annoncé son désir de recruter un joueur par ligne. Coup de bluff évidemment. Comme on pouvait s'en douter l'OM ne s'est pas contenté de saupoudrer son effectif. Sept nouveaux joueurs ont signé cet été. En tout cela porte à onze, le nombre de recrues de l'ère McCourt, treize si on y ajoute Thauvin et Njie dont les options d'achat ont été levées par la nouvelle direction. Plus de cent millions d'euros ont été dépensés. Plus de la moitié de l'enveloppe globale prévue par McCourt lors de son rachat. Financièrement, l'OM n'a pas fait de folies. Il a même plutôt bien géré son affaire en obtenant notamment deux prêts (Abdennour et Amavi) et des éléments réputés à des prix raisonnables (Gustavo et Germain pour 8 millions). Deux constantes dans ce mercato : d'abord l'OM a misé sur l'expérience avec des éléments capables de supporter la pression de l'OM et de donner des résultats immédiats. Ensuite, l'état-major a ajouté du muscle, de la taille et du caractère à l'effectif en intégrant des joueurs au mental et au physique reconnus. Rami, Abdennour, Gustavo ou Mitroglou ne sont pas des poètes sur un terrain. Quand ils devront aller au charbon, ils ne reculeront pas. L'OM c'est aussi ça. Cette stratégie correspond à un début de projet. Amavi et Sanson sont les seuls nouveaux âgés de moins de 25 ans.

Outre l'absence de ce fameux grand attaquant qui n'est jamais arrivé et d'un milieu supplémentaire, on peut regretter le manque d'imagination et d'audace des dirigeants olympiens. Hormis Mitroglou et à un degré moindre Gustavo, le mercato olympien a réservé peu de surprises. Le triumvirat Eyraud-Zubizarreta-Garcia a joué la sécurité pour les raisons indiquées plus haut. Il avait besoin de certitudes et pas d'aventure. Aucun pari n'est venu étayer le mercato. Pour la folie et l'inspiration, il faudra attendre. Si certains supporters et observateurs le réclamaient, pour cet OM ce n'était pas la priorité du moment.

Maxime Marin
 

Fermer