Bayern Munich - Le FC Hollywood s'offre une nouvelle crise : les raisons d'un début de saison délicat

Commentaires()
Getty
Arrivé cet été, Niko Kovac a connu un lancement idyllique avant de voir son équipe s'effondrer lors des quatre dernières rencontres. Explications.

L'an dernier, presque à la même époque avec deux semaines d'avance, Carlo Ancelotti était limogé suite à une défaite 3-0 face au Paris Saint-Germain en Ligue des champions fin septembre. Si Niko Kovac n'est pas encore sur le point de faire ses valises, sa situation n'est pas plus enviable. Toutes compétitions confondues, le Bayern n'a gagné aucun de ses quatre derniers matches. La claque subie à domicile face au Borussia Mochengladbach (0-3) juste avant la trêve internationale avait déjà des airs de fin de règne, tant les septuples champions d'Allemagne ont sembler laisser tomber le match.

Une cascade de blessures

Encore une fois, certains maux reviennent à la surface après l'intérim réussi de Jupp Heynckes qui était parvenu à redresser la barre en Bundesliga et a amener l'équipe jusqu'en demi-finale de la Ligue des champions. Pour commencer, l'infirmerie du club est encore bien remplie alors que la saison a repris ses droits il y a seulement deux mois. Les internationaux français Kingsley Coman (mollet) et Corentin Tolisso (cheville) sont indisponibles pour encore un bon moment. Jérôme Boateng, Rafinha, David Alaba et Leon Goretzka ont également connu des pépins physiques.

Le dernier mercato estival du Bayern n'a pas répondu par ailleurs à toutes les attentes. Après avoir signé un contrat avec le milieu de terrain de Schalke en tant qu'agent libre, Leon Goretzka, dès le mois de janvier, les dirigeants bavarois n'ont pas été très actifs pour recruter cet été. Renato Sanches et Serge Gnabry sont revenus d'un prêt et personne d'autre n'a franchi les portes de la Saebener Strasse, le centre d'entraînement bavarois. Arturo Vidal, Sebastian Rudy et Juan Bernat ont fait leurs adieux, laissant au passage le FCB avec seulement trois latéraux pour démarrer la saison.

James Rodriguez Bayern Munich PS

Le nouvel entraîneur Niko Kovac allait forcément être soumis à une forte pression à l'Allianz Arena. À son grand crédit, il a extrêmement bien commencé, avec sept victoires sur sept dans toutes les compétitions. La machine s'est subitement enrayée, après quatre défaites décisives face au Hertha Berlin et à Monchengladbach. Le Bayern occupe désormais la sixième place du classement en Bundesliga tandis que Dortmund prend ses distances tout en haut.

Des cadres avec un rendement insuffisant

Leur dernier adversaire estime que le technicien croate, arrivé de Francfort cet été, n'est pas à blâmer pour la série actuelle. "Le Bayern était toujours imbattable il y a trois semaines sous Niko Kovac", a déclaré Dieter Hecking, l'entraîneur du Borussia à la presse. "Deux matchs plus tard, on commence à parler d'une crise de Kovac. Je n'aime pas la rapidité avec laquelle on parle de notre travail, et l'impatience qui se répand déjà après deux ou trois matches plus faibles est complètement exagérée."

Outre le manque de recrues et les problèmes de blessures, la saison du Bayern a été perturbée en raison des mauvaises performances des joueurs clés. Robert Lewandowski a commencé la saison avec trois buts lors des quatre premiers matches de Bundesliga, mais il n'a plus fait trembler les filets depuis le 22 septembre. L'attaquant polonais cherchait à quitter le club pendant l'été, admettant qu'il ne se sentait pas valorisé à Munich la saison dernière après avoir été critiqué pour ne pas avoir livré les buts. Les critiques retentissaient à la Coupe du Monde et l’attaquant semblait dépourvu de confiance en dépit de son bon début de saison.

ONLY GERMANY Niko Kovac Uli Hoeness Bayern Munchen

L'article continue ci-dessous

La Mannschaft mal en point, le Bayern aussi ?

Les échecs internationaux de l'Allemagne se répercutent également au Bayern Munich. Leurs joueurs majeurs ne parviennent plus à atteindre leurs sommets précédents. Thomas Muller, Manuel Neuer et Jérôme Boateng ont tous dépassé leurs objectifs. La Mannschaft a perdu six rencontres en 2018, le plus mauvais bilan de son histoire alors que la sélection de Joachim Löw est aux portes de la relégation en Ligue des Nations. Seul Kimmich semble être à la hauteur de sa réputation après une saison 2017-2018 épatante.

Lors d'une conférence de presse exceptionnelle organisée vendredi, Karl-Heinz Rummenigge a tapé du point sur la table en ciblant les médias comme responsables d'un mauvais traitement à l'égard de son institution. "C’est un jour important pour le Bayern Munich car nous annonçons que nous ne supporterons plus tout cela à partir de maintenant. Nous ne laisserons plus passer les reportages dégradants et diffamatoires. Nous avons obtenu deux injonctions à l’encontre de Springer (ndlr groupe possédant Bild) par décision judiciaire. Nous allons protéger nos joueurs, notre entraîneur et le club."

Le Bayern Munich sera de retour en Bundesliga ce samedi sur la pelouse Wolfsburg avant un voyage à Athènes en milieu de semaine pour défier l'AEK en Ligue des champions. Au pied du mur, Niko Kovac a besoin de deux victoires sous peine de voir son mandat interrompu rapidement. Si les problèmes sont nombreux, le club bavarois a souvent su prouver dans le passé qu'il savait se servir de ce statut de bête blessée pour rebondir. L'entraîneur croate compte bien sur cette force de caractère pour repartir de l'avant.

Prochain article:
Barça, Thomas Vermaelen de retour
Prochain article:
Le Bétis Séville s'impose au finish contre Gérone (3-2)
Prochain article:
Gattuso "accepte" la décision d'Higuain
Prochain article:
Monaco, Thierry Henry annonce Subasic "apte" et des "choses avancées" pour un attaquant
Prochain article:
Higuain non retenu dans le groupe du Milan pour le Genoa
Fermer