Avant PSG-Liverpool : Jürgen Klopp, la vie sans trophée chez les Reds

Commentaires()
(C)Getty Images
Depuis trois ans et son arrivée sur les bords de la Mersey, l'entraîneur allemand n'a pas étoffé son palmarès. Une anomalie qui ne le caractérise pas.

Combien d'entraîneurs dans des grosses écuries européennes auraient résisté à une période de carence de trois ans sans trophée, à l'image du parcours vécu par Jürgen Klopp à Liverpool ? Au Real Madrid, Florentino Perez aurait sans doute perdu patience au bout d'un an. Au Bayern Munich, il n'aurait peut-être pas passé l'hiver. Enfin, à Manchester United, il se serait plaint du manque d'ambition sur le marché des transferts. Personnage singulier du paysage moderne du football, l'ancien coach de Dortmund a trouvé un défi à sa taille en reprenant le poste laissé vacant par Brendan Rodgers, poussé vers la sortie à l'automne 2015. 

Une flamme ravivée à Anfield

Depuis, 37 mois sont passés et Klopp malgré sa bonhomie et sa communication peu renfermée n'est pas parvenu à décrocher le moindre titre, avec trois échecs en finale : contre Séville en Europa League (2016), face à Manchester City en League Cup (2016), et enfin, contre le Real Madrid en Ligue des champions (2018). Plusieurs désaveux qui finalement, n'en sont peut-être pas. Il est vrai que dans un club historique comme Liverpool, avec 18 Premier League remportés et cinq succès continentaux en C1, ce vide peut interpeller, mais dans la durée au sein de ce club si particulier, il n'est pas si étonnant. Depuis leur remontée fantastique d'Istanbul en 2005, face à l'AC Milan, les Reds n'ont plus connu de gloire aussi remarquable. 

Comment alors expliquer la cote de sympathie quasi intouchable dont jouit à ce jour le technicien allemand auprès des supporters d'Anfield ? Premièrement, le terrain parle pour lui. On s'ennuie rarement avec les Reds depuis son arrivée. L'an passé, son équipe a inscrit 125 buts en PL et en LDC, un bilan offensif assez colossal, incarné par un trio Salah-Firmino-Mané qui suit à 100% les préceptes de son entraîneur sur la capacité à se projeter rapidement vers l'avant, profiter au maximum des espaces en profondeur et parvenir à combiner dans de petits perimètres. Secondement, les émotions vécues et procurées par les Reds lors de leur épopée continentale en 2017-2018 dépassent parfois l'adrénaline de remporter une coupe.

Avec des scénarios palpitants contre l'AS Rome et Manchester City, Klopp est parvenu à raviver la flamme et surtout cette atmosphère si unique qui peut habiter l'enceinte du nord de l'Angleterre les soirs de match européen. Enfin, le natif de Stuttgart a indéniablement réussi à faire progresser la grande majorité des joueurs de son effectif. Les jeunes pousses anglais comme Joe Gomez et Trend Alexander-Arnold sont devenus des internationaux, Virgil Van Dijk a pris une dimension de patron, Wijnaldum et Henderson ont hérité de nouvelles responsabilités alors que ses attaquants n'ont pas cessé d'impressionner sur le plan des statistiques et dans leur faculté à devenir complémentaires.

L'article continue ci-dessous

Jürgen Klopp Sadio Mane 14082016

"Gagner c'est l'étape suivante"

Pourtant, l'ancien coach de Mayence et de Dortmund n'est pas dupe. Ces quelques matches mémorables ne permettront pas d'effacer un palmarès absent, comme il l'indiquait en début de saison. "Je connais les attentes et elles sont normales. D'abord nous devons jouer le football qui nous permettra de remporter quelque chose. On ne peut pas parler de gagner quelque chose avant de commencer la saison. Gagner c'est l'étape suivante, nous devons y être prêts." Deuxième de Premier League à deux unités de Manchester City, Liverpool est encore invaincu cette saison en championnat et malgré un coup de mou dans l'intensité en octobre, l'équipe a pu compter sur un banc enfin étoffé, à l'image des recrutements de Fabinho et de Shaqiri.

Opposé ce mercredi soir à celui qui fut son successeur sur le banc du BVB, l'entraîneur âgé de 51 ans joue lui aussi gros ce soir avant la cinquième journée de la Ligue des champions. En cas de défaite face au Paris Saint-Germain et de victoire de Naples face à l'Étoile Rouge de Belgrade, le finaliste de la précédente édition pourrait sérieusement compromettre ses chances. Un défi de taille pour Jürgen Klopp, habitué à ce genre de pression depuis plusieurs saisons. 

Fermer