Atletico Madrid, Lucas Hernandez : "Antoine Griezmann mérite le Ballon d'Or"

Commentaires()
Getty
Lucas Hernandez voit son coéquipier en club et en sélection comme le favori pour le Ballon d'Or. Après la Coupe du monde, il rêve de la C1.

Coéquipier et compatriote d'Antoine Griezmann, Lucas Hernandez soutient corps et âme son attaquant. L'international français vainqueur de la Coupe du monde 2018 et de la Ligue Europa avec le natif de Mâcon aimerait le voir remporter le prochain Ballon d'Or. Dans un entretien accordé à France Football, Lucas Hernandez l'a désigné comme son favori.

"Antoine (Griezmann) le mérite. Il est pour moi le favori. Il a répondu présent dans toutes les grandes compétitions qu'il a jouées cette année. Il a presque tout gagné et pesé partout. À son niveau, il n'y a pas mieux comme rapport entre le talent et le palmarès. Il y a aussi la constance. Il est là et en haut depuis deux-trois ans. Il est sur la continuité. Il a franchi encore un cap depuis 2016 où il avait été en finale de l'Euro, de la C1 et troisième du Ballon d'Or France Football", a indiqué Lucas Hernandez.

"C'était inimaginable en début d'année"

Lucas Hernandez Frankreich 15072018

L'article continue ci-dessous

L'international français a dévoilé ses objectifs pour l'avenir : "On a touché le graal en sélection, il faut aller le chercher en club. La Ligue des champions doit être mon prochain objectif avec l'Atlético. En plus, la finale aura lieu à Madrid, au Wanda, dans notre stade en 2019. Le club a déployé des gros moyens cette saison. Thomas (Lemar) est arrivé avec le plus gros transfert de l'histoire de l'Atlético(72 ME). Le club a également effectué de gros efforts pour garder ses meilleurs joueurs".

Le défenseur de l'Atletico Madrid est revenu sur son ascension fulgurante avec les Bleus : "Je suis arrivé en mars. Quatre mois plus tard, je suis champion du monde. Même moi, j'ai encore du mal à y croire ! C'était presque inimaginable en début d'année. C'est pour ça que je savoure encore plus. Mon autre victoire est que les gens, les Français, m'ont vraiment découvert. C'est une belle satisfaction personnelle".

"On est jeunes et tous très ambitieux. On n'avait peur de rien. On n'avait pas d'a priori mais la certitude qu'on pouvait aller au bout. Ce n'était pas que des mots. Il y a eu aussi cette osmose rapide entre trois générations, les jeunes, les "intermédiaires" et les anciens. Grâce au coach, au staff, on a tous été sur la même longueur rapidement. C'était tous pour un, un pour tous ! À tous de tirer dans le même sens, de se battre pour le collègue. On n'avait peut-être pas le groupe le plus talentueux pour beaucoup mais on avait l'âme, la volonté et la foi en nous et notre destin", a conclu Lucas Hernandez.

Prochain article:
Coupe de la Ligue : SL Benfica - FC Porto | Horaire, streaming, enjeux, TV, compos : toutes les infos pratiques
Prochain article:
Ligue 2 : bonnes opérations pour Brest et Le Havre
Prochain article:
Matches, programme TV : tout savoir sur les 16es de finale de la Coupe de France
Prochain article:
Arsenal, saison terminée pour Bellerin ?
Prochain article:
Chelsea : Eden Hazard se considère "à part dans les meilleurs joueurs du monde"
Fermer