Arsenal - Jack Wilshere, un retour séduisant en toute discrétion

Commentaires()
Getty Images
Alors qu’il avait commencé la saison avec la réserve, le milieu anglais semble revenir au mieux. De quoi espérer jouer le Mondial 2018 en Russie ?

C’est une scène qui aurait pu définitivement achever son histoire avec les Gunners. Revenu de son prêt en demi-teinte à Bournemouth et remis de sa fracture à une jambe, Jack Wilshere reprenait petit à petit avec les U23 de son club formateur. Le 21 août face à la réserve de Manchester City, une intervention trop brutale d’un adversaire l’avait fait dégoupiller. Échange de coups, joueur au sol et carton rouge logique, on pensait que cet épisode aurait pu motiver Arsène Wenger à renoncer au joueur lancé par ses soins en septembre 2008, alors qu’il n’avait que 16 ans, devenant ainsi le plus jeune à démarrer un match dans l’histoire du club londonien.

Bordeaux - La gueule de bois perpétuelle et préoccupante

L'article continue ci-dessous

Petit à petit il a grappillé du temps de jeu

Pourtant la confiance n’a pas été brisée, bien au contraire. Dans une saison de transition, en l’absence de Ligue des Champions, Jack Wilshere a su se refaire une place petit à petit dans l’entrejeu d’Arsenal. Il a d’abord rejoué pour la première fois depuis 16 mois en rentrant en jeu face à Cologne en Europa League. Ensuite, il a démarré en Carabao Cup face à Doncaster avant d’enfin retrouver la Premier League en octobre dernier. Au final, 19 apparitions cette saison et à mi-saison, c’est déjà une donnée statistique intéressante : il n’avait plus autant joué pour les Gunners depuis l’exercice 2013-2014. Alors qu’il porte l’étiquette de joueur abonné aux pépins physiques, Jack Wilshere semble enfin avoir rangé ses maux derrière lui.

Si les Gunners patinent après la première partie de saison avec une triste sixième place, bien loin du traditionnel Big Four, l’international anglais est bien l’une des seules satisfactions avec Sead Kolasinac, Mesut Ozil ou Alexandre Lacazette. Son but plein de panache face à Chelsea a prouvé qu’il avait l’envie de se montrer sous son meilleur jour et ainsi rattraper le temps perdu avec son club formateur, où, mine de rien, il évolue pour la huitième saison, entrecoupée des prêts à Bolton et Bournemouth. Un retour en grâce qui a tapé dans l’oeil de David Moyes, l’entraîneur de West Ham. Alors que le mercato hivernal vient d’ouvrir ses portes, difficile d’imaginer Wilshere bouger de nouveau au bout de six mois.

La Coupe du Monde en ligne de mire

Pour l’instant, un départ n’est pas à l’ordre du jour pour Arsène Wenger. "Je lui parlerai. J’ai dit que j’attendrais les derniers jours de décembre. C’est un joueur d’Arsenal et, bien-sûr, c’est important pour lui d’être heureux ici." Alors que le mois de janvier est entamé, le manager alsacien ne s’est pas exprimé une seconde fois sur le cas de son joueur. Rester dans son club formateur apparaît à ce jour comme la meilleure option pour le natif de Stevenage : il a retrouvé une place dans l’entrejeu du club londonien et peut désormais prétendre à être dans les 23 des Three Lions pour le Mondial 2018 en Russie. Wilshere a toujours conservé une bonne côte auprès des sélectionneurs successifs. S’il n’a plus joué depuis l’Euro 2016 et la piteuse élimination par l’Islande, les prochains rendez-vous de mars pourraient être l’occasion d’effectuer un autre come-back.

Fermer