News Résultats en direct
Coupe du monde

Après une soirée riche en confusions, la VAR fait plus que jamais polémique

23:54 UTC+2 25/06/2018
Cristiano Ronaldo Portugal Irã Copa do Mundo 25 06 2018
L'assistance vidéo n'a pas eu une bonne publicité lors des deux matches de lundi soir en Coupe du Monde. Cet outil est plus que jamais contesté.

Comme beaucoup de monde le craignait avant le début du tournoi, l'assistance vidéo vient de causer plusieurs polémiques en Coupe du Monde. Rien que durant la soirée de lundi, à l'occasion des deux derniers matches du groupe B, il y en a eu trois notables qui ont provoqué des controverses et qui ont aussi sérieusement retardé la fin des matches.

Lors du match opposant le Maroc à l'Espagne, c'est le dernier but espagnol qui a fait beaucoup causer et qui a également fait perdre aux Lions de l'Atlas leur sang-froid. Alors qu'ils croyaient obtenir la victoire, les Maghrébins ont vu l'arbitre du match, l'Ouzbek Mr Irmatov, les priver des trois points en accordant un but aux Espagnols. Celui-ci, inscrit par Iago Aspas, était valable, mais l'incompréhension résidait dans le fait que l'homme en noir l'avait dans un premier temps refusé. Hervé Renard et ses hommes l'avaient mauvaise, surtout que lors du précédent match contre le Portugal (0-1), ils se sont déjà sentis lésés avec un but adverse qui était entaché d'une faute et l'arbitre n'avait alors même pas jugé utile de faire recours au VAR.

Les interruptions se multiplient et les erreurs aussi

Dans l'autre rencontre de la soirée, celle opposant l'Iran et le Portugal, les contestations et les attroupements de joueurs ont été encore plus nombreux. Les principales victimes ont été les Iraniens. La Team Melli a vu en première période un pénalty sifflé contre elle et dont l'arbitre central ne semblait pas du tout convaincu. Un sentiment injustice qui a été adouci par le raté qui a suivi de Cristiano Ronaldo.

Les Iraniens se sentis floués une seconde fois en seconde période quand une agression évidente de Cristiano Ronaldo n'a été sanctionnée que d'un carton jaune. Pourtant, l'arbitre, Mr Caceres, a eu tout le temps nécessaire pour revoir l'action et constater que le geste du quintuple Ballon d'Or était volontaire. Sur son banc, Carlos Queiroz ne décolérait pas.

Le bilan de l'assistance vidéo depuis le début du tournoi n'est pas complètement négatif puisqu'il y a eu beaucoup d'injustices réparées à la faveur de cet outil. Néanmoins, les fois où cela ne rapporte rien ou, pire encore, invalide une décision juste, cette technologie fait débat et voit inévitablement sa cote descendre en flèche.

À l'issue de cette soirée de lundi, de nombreuses personnalités se sont exprimées sur le sujet et ont critiqué la vidéo. À commencer par les acteurs eux-mêmes. Le Marocain Nordin Amrabat a, par exemple, dès le coup de sifflet final utilisé des qualificatifs peu glorieux à l'endroit du VAR ("conneries") dans une vidéo devenue rapidement virale. Son entraineur Hervé Renard a, pour sa part, tenu des propos plus policés dans sa réaction d'après-match, mais il n'en pensait pas moins certainement vu qu'il a encore évoqué l'erreur du match face au Portugal.

Par ailleurs, sur les réseaux sociaux, on a pu constater une pluie de réactions critiques contre la VAR et le choix de la FIFA de l'avoir adopté pour cette compétition. Les Gary Lineker et Alan Shearer ont notamment prié pour que le massacre soit stoppé au plus vite. Des commentaires à chaud mais il y a fort à parier qu'il y en aura d'autres durant le reste du tournoi et qui vont appeler à un retour de l'arbitrage classique. S'il en avait encore sur sa tête, Gianni Infantino, le président de la FIFA, aurait de quoi s'en arracher les cheveux.