Après la défaite en Suède, la presse italienne appelle à l'union sacrée

Commentaires()
Getty
Au lendemain du faux-pas des Azzurri en Suède, la presse transalpine a fait le choix de soutenir et encourager ses joueurs avant le retour à domicile.

L'Italie, quadruple championne du monde, est fortement menacée ce matin d'une non-participation au prochain tournoi planétaire. Après s'être faite devancer par l'Espagne dans son groupe qualificatif, elle s'est mise dans de sales draps en cédant à l'occasion de son match barrage aller. Vendredi soir, Candreva et ses partenaires ont perdu en Suède (0-1). À moins d'un renversement de scénario au match retour, les Transalpins ne verront pas la Russie l'été prochain.

L'Italie lente et sans idées de Ventura continue de faire débat

La bande à Ventura a donc fauté lors de cette première manche. Et on s'attendait à ce que la presse italienne lui tombe violemment dessus à la suite du coup de froid à Solna. Il n'en a rien été. Dans leur majorité, les journaux ont fait le choix de ne pas accabler l'équipe. Face à l'urgence de la situation et la nécessité de tout mettre en oeuvre pour que la soirée de lundi débouche sur un happy end, c'est l'union sacrée qui a été prônée.

En Une, le principal quotidien italien, la Gazzetta dello Sport, a même fait une demande à tous ceux qui vont se rendre au stade : "San Siro pensaci tu" (San Siro, on pense à toi). Une manière de réveiller les tifosi et les pousser à être au maximum derrière leur équipe. Le Corriere dello Sport n'a pas transmis de message aux supporters. Ce quotidien s'est contenté d'un "Forza ragazzi", qui se passe de traduction. Quant à Tuttosport, il a titré "Basta Scuse !", comme pour tancer les joueurs et les amener à se surpasser.

L'article continue ci-dessous

Les autres principaux quotidiens des pays se sont contentés de commenter la défaite à Solna, sans lynchage particulier. "Liberta" et "Arena" ont simplement souligné que l'Italie a été "moche" à Solna, ce qui semble être un jugement tout à fait objectif. Même son de cloche chez la Stampa, qui a titré "Poveri azzurri, Mondiale piu lontano" (Pauvres Azzurri, le Mondial s'éloigne).





Fermer