Angleterre-France, il n'y avait pas de football à retenir à Wembley

Commentaires()
Getty Images
Après les hommages, le football a repris ses droits. La prestation des Bleus ne peut-être jugée dans ce contexte, mais cette soirée sera plus que jamais marquée dans l'histoire.


GOAL APRES MATCH  Par  Loic Tanzi , à Wembley 


Le football était secondaire. Aucun des Français ne pouvait être jugé sur leur prestation mardi à Wembley en ce 17 novembre, quatre jours après la tragédie parisienne. Les pensées étaient bien ailleurs. La preuve, Didier Deschamps n'est pratiquement jamais sorti de son banc pour donner des instructions à ses joueurs. S'autorisant des exceptions pour replacer quelques hommes. 

Peu avant, les rues de Londres avaient vécu un mardi habituel, sans que l'on sente de la peur sur les visages des 71 233 supporters venus se présenter dans l'enceinte du nord ouest de la capitale anglaise. Sur la pelouse pourtant, les acteurs ont disputé une rencontre engagée physiquement. Mais où les joueurs de Didier Deschamps n'avaient clairement pas la tête au football. Une défaite (2-0) qui n'occultera pas les progrès réalisés par les Tricolores depuis le début de la saison. 

 Ce que vous avez vu mais qu'il convient de rappeler  : l'hommage de Wembley

Dès le début de la journée, les drapeaux français ont commencé à fleurir autour de Wembley. Quand les joueurs et le staff de Didier Deschamps sont sortis pour leur traditionnelle balade d'avant-match, peu avant midi, ils ont reçu le soutien de tous les passants, de toutes nationalités. "L'Angleterre est l'un des pays les plus sécurisé du monde, confiait un père venu avec son fils mardi, drapeaux anglais et Français à la main. C'est important pour nous d'être ici. Nous avons acheté nos places il y a deux jours, nous voulons être solidaires des Français.

Croisé peu avant le début de la rencontre, Noel Le Graet n'était pourtant pas si serein. En accord avec la FA, il a été l'homme qui a décidé de jouer à Londres ce mardi. Le président de la Fédération française de football a pu être rassuré au moment d'entrer dans l'antre mythique de Wembley où l'atmosphère s'est remplie de fraternité. Cérémonie menée par le Prince William, photo collective des deux équipes largement applaudie par les spectateurs, Marseillaise reprise à l'unisson et minute de silence exemplaire : Londres a montré un visage de solidarité énorme mardi soir. L'arche Bleu, Blanc, Rouge, au dessus du stade et la devise "Liberté, Egalité, Fraternité" venait offrir la dernière touche à une soirée qui a pu redonner le sourire à quelques français meurtris depuis vendredi soir. Une bouffée d'air de 90 minutes. Place à 2016 pour l'équipe de France. Année d'un Euro à domicile. Synonyme d'un pays en fête. 

Les joueurs :  Lassana Diarra et Antoine Griezmann

55e minute : Tout le public de Wembley s'est levé, une fois de plus dans la soirée, pour applaudir la rentrée d'un homme personellement marqué par les attentats de vendredi. Lassana Diarra a perdu sa cousine. Et a tenu à jouer à Londres ce mardi. Un exemple de force mentale et de courage, deux qualités très appréciées des Anglais. 

Un peu plus tôt, Antoine Griezmann, dont la soeur est sortie vivante du Bataclan vendredi, n'avait pu retenir ses larmes à la fin d'une minute de silence remarquablement respectée. Lui aussi a pourtant foulé la pelouse anglaise à partir de la 66e minute. Deux symboles dans une soirée qui n'en manquait déjà pas. 

L'article continue ci-dessous

La statistique à retenir : 6

La France était invaincue depuis six rencontres face à l'Angleterre (4 victoires, 2 nuls). Le dernier succès des Three Lions remontait au 7 juin 1997 (1-0). Les Français restaient en plus sur cinq succès de rang. 

 

Get Adobe Flash player

Fermer