News Résultats en direct
Euro 2016

Analyse | Diego Costa, l'erreur de casting

14:12 UTC+2 06/09/2015
Luxembourg Spain Euro 2016 Diego Costa 121014
Il était censé être le grand attaquant tant attendu par La Roja, mais Diego Costa tarde à confirmer les espoirs placés en lui alors que la menace se précise....

La presse espagnole a unanimement salué la performance de La Roja face à la Slovaquie (2-0). Le champion d'Europe en titre a fourni une prestation aboutie, du moins en première mi-temps, face à des adversaires dépassés. Ce succès convaincant permet à l'Espagne de reprendre la tête du classement de la poule C à son adversaire du soir. Mais tout n'est pas rose au Royaume d'Espagne. La méforme de Diego Costa dure et la thèse de l'erreur de casting est alimentée à chaque nouvelle sortie de la sélection ibérique.

Vicente Del Bosque, qui s'était impliqué pour persuader le joueur d'origine brésilienne de rejoindre La Roja avant le Mondial 2014, a d'abord montré les crocs, se disant insatisfait de ses performances, avant de lui apporter son soutien après le match de samedi soir face à l'ampleur des critiques : "Face à une équipe aussi repliée, celui qui a le plus de difficultés c’est celui qui joue à la place de Diego (Costa). Mais il s’est bougé, il a fixé la défense et on doit être patients avec lui", a estimé le moustachu au terme du match. "J'ai beaucoup parlé à Diego et il pense qu'il se sent bien. Il est déjà arrivé en sélection blessé donc il n'était pas dans sa meilleure condition, mais maintenant il se sent bien et il est enthousiaste. Ça va devenir un joueur important et on espère qu'il marquera des buts", l'a également défendu son coéquipier en sélection Santi Cazorla. Ce concert de plaidoiries en faveur du joueur d'origine brésilienne est motivé par un bilan rachitique et des performances creuses.

L'attaquant de 26 ans a certes inscrit 20 buts en 26 matches pour sa première saison en Premier League, mais son bilan en rouge est bien moins satisfaisant. Un seul but en 8 sorties, a fortiori contre le Luxembourg. Un but inscrit le 12 octobre 2014 lors d'un succès 4-0 et depuis ? Plus rien. Des blessures et des prestations de l'ordre de celle affichée face à la Slovaquie samedi soir à Oviedo.

"Je dois marquer pour prendre de la confiance, je veux tout le temps jouer, profiter des minutes que j'ai pour faire de mon mieux. Je sais que je peux donner davantage. Je continue de me sentir redevable envers la Seleccion. Jamais je n'ai eu la sensation que je m'étais trompé en choisissant l'Espagne", avait pourtant confié Diego Costa en conférence de presse avant la rencontre de samedi. Un Diego Costa qui doit désormais se méfier. Son patriarche moustachu de sélectionneur ne gardera pas la même bienveillance à son égard indéfiniment.

D'autant que certains talents frappent déjà à la porte. Si Paco Alcacer ne semble pas (encore) de taille à déloger Costa de la pointe de l'attaque de La Roja (quatre buts en six sélections), Alvaro Morata, lui, semble avoir l'envergure nécessaire pour voler dans les plumes de l'attaquant de Chelsea. Sa blessure au mollet gauche contractée lors de la préparation estivale offre un relatif répit à Costa, pas de quoi, néanmoins, faire oublier la menace constante. Le retour de l'attaquant formé au Real Madrid à la mi-septembre devrait rebattre les cartes sur le front offensif de La Roja.

L'Espagne a absolument besoin d'un point d'ancrage dans l'axe de la défense adverse pour fixer ses attaques et aimanter les ballons. La question est : la Roja a-t-elle vraiment besoin de Diego Costa ?

 

addCustomPlayer('1bz5osr23t9hu1i8ivb0lpgvnb', '3e9de21b34c54b36bd3413de286368f1', 'm53qy9falj1i1hc8c2a20w1e1', 620, 540, 'perf1bz5osr23t9hu1i8ivb0lpgvnb-m53qy9falj1i1hc8c2a20w1e1', 'eplayer4', {age:1425913135000});
addCustomPlayer('1bz5osr23t9hu1i8ivb0lpgvnb', '3e9de21b34c54b36bd3413de286368f1', 'm53qy9falj1i1hc8c2a20w1e1', 620, 540, 'perf1bz5osr23t9hu1i8ivb0lpgvnb-m53qy9falj1i1hc8c2a20w1e1', 'eplayer4', {age:1425913135000});