News Résultats en direct
Algérie

Algérie - Rabah Madjer : "L'équipe est dans le coma, on veut la réanimer"

12:19 UTC+1 08/11/2017
Rabah Madjer 23042012
Le nouveau sélectionneur des Fennecs veut refaire de son équipe une référence du continent africain après l'élimination à la course au Mondial 2018.

Si on s'attendait à ce que Rabah Madjer fasse profil bas après des résultats plus que décevants pour la sélection algérienne, c'est raté. En conférence de presse avant la réception du Nigeria, le nouvel entraîneur des Fennecs est apparu sans langue de bois face aux journalistes, faisant le point sur l'équipe et les joueurs. "M'Bolhi et Feghouli sont des absents remarqués mais il manque aussi Ounas et Boudebouz. Feghouli n'est pas définitivement écarté, il y a des choix. Il y a urgence, deux matchs donc pas le temps de me déplacer et de choisir les joueurs."

Allegri dans l'histoire de la Juventus

L'ancien joueur du FC Porto a ainsi livré sa ligne directrice pour le début de son mandat. "L'équipe est en crise, les joueurs sont passés par une période difficile, on doit se remettre à gagner. On doit appeler les joueurs qu'il faut pour l'équipe nationale et surtout se remettre à gagner en Afrique."

"Même moi avec un peu d'entraînement je peux jouer"

De manière un peu ironique et prétentieuse, Madjer a même mis en avant ses capacités techniques qui lui permettraient aujourd'hui de jouer dans cette équipe. "Tous les joueurs algériens savent jouer au ballon. Même moi avec un peu d'entraînement je peux jouer (...) L'équipe nationale est entre de bonnes mains. Les déstabilisations, les attaques contre ma personne ne nous atteignent pas."

Le nouvel homme fort des Verts est revenu sur la campagne de qualification désatreuse qu'a traversé l'Algérie : dernier de son groupe avec un seul point en cinq rencontres. Madjer a eu du mal à accepter notamment la double défaite face à la Zambie. "Si on rejoue un million de fois la Zambie, on gagne un million de fois parce que ce n'est pas une très grande équipe." Du côté de Lusaka, la capitale zambienne, on risque de peu apprécier...