Affaire Neymar : la police porte plainte pour "calomnie" contre Najila Trindade, l'accusatrice de la star parisienne

Commentaires()
(C)Getty Images
Najila Trindade, qui accuse Neymar de l'avoir violée lors d'un séjour à Paris, fait l'objet d'une plainte pour "calomnie" de la part de la police.

Alors que l’affaire Neymar ne finit plus d’alimenter les médias, elle est encore très loin d’être terminée. Ce mercredi, la police civile de l'état brésilien de São Paulo aurait déposé une plainte pour "calomnie" contre Najila Trindade, qui accuse Neymar de l’avoir violée depuis le 31 mai dernier, selon l'agence de presse espagnole EFE.

Dans une interview diffusée à la télévision, la jeune femme racontait sa version des faits qui se seraient produits mi-mai dans une chambre d'hôtel à Paris. Alors qu’elle s’étonnait que la police n’ait relevé aucune empreinte sur les lieux, Najila Trindade a soupçonné les autorités d’être corrompues. "La police est-elle achetée ? Ou suis-je folle ?" s'était-elle interrogée.

Neymar Brazil Qatar Friendly 05062019

Une déclaration qui ne passe pas auprès de la police brésilienne. Le Syndicat des Commissaires de l'Etat de São Paulo et l'Association des Chefs de Police ont donc publié un communiqué pour dénoncer des "suppositions" qui "souillent l'image de toute une institution".

L'article continue ci-dessous

Déjà trois avocats l'ont abandonée

"En premier lieu, nous réaffirmons notre solidarité avec toutes les victimes de violences sexistes et l’engagement de la police civile de l’État de Sao Paulo de lutter avec rigueur contre ce type de crime. Cependant, nous ne pouvons tolérer des revendications sans fondement qui terniraient l’honneur des policiers et l’image de toute une institution" peut-on lire dans le communiqué.

Il s'agit d'un nouveau coup dur pour la jeune femme qui a déjà été lâchée par trois avocats. Danilo Garcia de Andrade, dernier avocat de la victime, s’est retiré de l’affaire en raison des déclarations polémiques de la jeune femme sur le vol présumé de sa tablette. Deux premiers avocats s’étaient déjà retiré en raison de contradictions dans les déclarations de la plaignante.

Fermer