Accord avec Barcelone, première sélection en Bleu : l'incroyable semaine de Samuel Umtiti

Commentaires()
Getty
Alors que son transfert au Barça est en bonne voie, Samuel Umtiti devrait connaitre sa première sélection dimanche. Loin d'être une surprise pour ceux qui le connaissent.

Dans le football tout va très vite. Ce n'est pas Samuel Umtiti qui vous dira le contraire. Réserviste snobé il y a encore un mois, le défenseur a fait son entrée dans le groupe France par la petite porte avant d'être proche de Barcelone et d'être pressenti pour connaître sa première sélection dimanche contre l'Islande. "C'est pratiquement une suite logique pour lui. Il a eu une ascension linéaire depuis qu'il est arrivé à l'OL chez les U9, explique Gérard Bonneau, responsable de la cellule de recrutement pour le centre de formation de l'OL depuis 2003. Je ne pense pas que le Barça se trompe en prenant Samuel. Ils l'ont observé pendant longtemps et ils savent de quoi il est capable." Passé par toutes les sélections de jeunes en équipe de France, Samuel Umtiti n'a pourtant pas toujours été un titulaire en puissance. "Lucas Digne jouait à gauche et ce n'était pas facile, mais le fait de le replacer dans l'axe lui a sûrement fait du bien", rappelle Marco Rosenfelder, ancien milieu de terrain du RC Strasbourg avec lequel le néo-barcelonais a évolué en sélections U16, U17 et U18. 

"Quand j'ai vu que le Barça s'intéresser à lui, j'ai d'abord été surpris", concède Gérard Bonneau. "Je me suis dit : 'Olala ! C'est le Barça quand même', mais il correspond parfaitement à ce qu'ils cherchent : un vrai défenseur. Je pense même que c'est un cran au-dessus de Jérémy Mathieu. Le Barça n'a pas pour habitude de former ses défenseurs et c'est une bonne chose pour eux de prendre Samuel. Il a 22 ans, il joue depuis longtemps. À son âge combien sont aussi expérimentés ?, s'interroge-t-il. Il y en a, mais vraiment pas beaucoup."

À l'OL depuis ses 8 ans, Samuel Umtiti a souvent fait preuve d'une"maturité impressionnante". Ce que confirme Pierre Mankowski qui était encore son coach chez les Espoirs il n'y a pas si longtemps. "C'est quelqu'un de solide, de complet défensivement. Techniquement, c'est très fort et il a beaucoup de tempérament. Dans la relance, il est excellent. Il est capable de sauter les lignes proprement en jouant juste. En fin de compte, il n'a pas beaucoup de défauts même s'il reste jeune et perfectible. Je dirais juste que c'est un joueur qui doit se calmer quelque fois parce qu'il est capable de s'énerver et de sortir de son match sur certaines décisions de l'arbitre", ajoute pour Goal le sélectionneur des Bleuets.

Du côté de ses anciens partenaires, on en garde un excellent souvenir et le voir à Barcelone n'est qu'une juste récompense de son travail. "Barcelone ? C'est quelque chose !, lâche Eliott Sorin, ex-international tricolore de la génération 93. Mais il faut faire des paris et s'il n'avait pas tenté le coup maintenant peut-être que les dirigeants du Barça auraient trouvé quelqu'un d'autre." Tout est une question de timing dans le football moderne, mais Umtiti semble avoir les caractéristiques pour réussir dans son nouvel environnement. À l'époque déjà, Marco Rosenfelder voyait en lui un joueur d'avenir : "Il avait tout du défenseur moderne, un peu à l'espagnol. Il relançait très vite et cherchait souvent le jeu court. Même quand il devait jouer long, c'était rarement mal joué." Autant de qualités nécessaires pour marcher sur les traces d'un joueur comme Eric Abidal, autre ancien Lyonnais parti briller au Barça.

"Samuel va montrer de quoi il est capable dimanche"

Dans la tête de Samuel Umtiti, le FC Barcelone passe cependant au second plan cette semaine. Dimanche, le joueur de l’OL est pressenti pour débuter la rencontre face à l’Islande en quart de finale de l’Euro. Cette décision de préférer le néo-barcelonais à Eliaquim Mangala devait être communiquée au groupe par Didier Deschamps mercredi après-midi, date du début des entraînements à huis clos à Clairefontaine. "Que ce soit Elia ou Big Sam ce sera pareil, assure Patrice Evra. On sera là pour les mettre dans les meilleures conditions."

Samuel Umtiti en aura bien besoin. Débuter sa carrière internationale par une rencontre que certains dans le groupe France qualifient de "plus importante de leur carrière" amène forcément une grosse pression. "Comme le Barça, je pense que Deschamps ne se trompe pas en lui faisant confiance, affirme Gérard Bonneau. Samuel a les qualités pour évoluer dans ce groupe. C’est un grand rêve pour lui." "Je ne m'attendais pas à ce qu'il y ait autant de blessés dans l'équipe de Didier Deschamps, mais si le sélectionneur a décidé de le retenir c'est qu'il pense qu'il a toutes les qualités pour être là aujourd'hui", confirme Pierre Mankowski.

Réserviste avant le début de l’Euro, non repêché au moment de la blessure de Raphaël Varane, Samuel Umtiti a dû attendre celle de Jérémy Mathieu pour se faire une place dans les 23 Bleus le 28 mai dernier. Un mois plus tard, le défenseur devrait profiter de la suspension d’Adil Rami pour être titulaire avec l’équipe de France. Si le défenseur se sait très attendu, il a tout à gagner dans un match avec un tel enjeu. Mais aussi beaucoup à perdre si les choses ne se passent pas de la meilleure des manières. "Je ne le vois pas gamberger, reprend Gérard Bonneau. Il ne va pas rater sa première sélection, au contraire, il va montrer à tout le monde pourquoi il est là." L’entraîneur prend comme exemple son importance dans le groupe lyonnais. "Si vous suivez bien l’actualité du club, vous verrez que les leaders sont Maxime Gonalons et lui-même. Pourtant il y a des joueurs d’expérience, mais il a toujours eu cette mentalité."
Marco Rosenfelder se rappelle de l’état d’esprit de l’ancien Lyonnais : "C'était quelqu'un de très mature pour son âge. Il s'entendait très bien avec tout le monde et sur le terrain, c'était déjà un très bon joueur."

Dimanche face aux Islandais, Samuel Umtiti évoluera axe gauche, engendrant le repositionnement de Laurent Koscielny à droite. Une obligation pour Didier Deschamps puisque l’ancien Lyonnais n’a quasiment jamais joué à droite. En cas de bonne performance, pourra-t-il remettre en cause la hiérarchie établie ? Ce n’est pas le genre du sélectionneur de modifier les choses en cours de tournoi, mais dans le football plus qu’ailleurs, tout va très vite.

Prochain article:
AC Milan, Gonzalo Higuain absent de la photo officielle pour la Supercoupe contre la Juventus
Prochain article:
Unai Emery confiant d'avoir du temps à Arsenal : "Je peux construire à partir de tout en bas"
Prochain article:
Bartomeu annonce qu'Ernesto Valverde sera bien l'entraîneur du Barça pour la saison prochaine
Prochain article:
OM, Bernard Tapie : "Encore loin d'une véritable crise"
Prochain article:
Pour Xavi, Joshua Kimmich serait le joueur "idéal" pour renforcer le FC Barcelone
Fermer