Mondial 2010 - Le profil de l'Algérie

Après 24 ans d'absence, l'Algérie retrouve le plus prestigieux des tournois, avec comme ambition d'y faire bonne figure.
ALGERIE





Fédération Algérienne de Football (FAF)
1962


Sélectionneur: Rabah Saâdane

Confédération:
CAF
Classement FIFA (Nov 09): 
28
Précédentes participations:
2 (1982, 1986)

Map


Rétro :

L’été prochain, l’Algérie participera à la troisième Coupe du Monde de son histoire, avec comme ambition de faire mieux que lors des fois précédentes, où elle n’a pas réussi à franchir le premier tour. Les Fennecs ont disputé le tournoi planétaire en 1982 et en 1986, quittant à chaque fois la compétition dès le premier tour. Toutefois, ce ne fut pas sans honneur. En Espagne, ils avaient réussi l’un des plus grands exploits de l’histoire en battant l’Allemagne (2-1). Un succès mémorable acquis grâce à des buts de Madjer et de Belloumi. Malheureusement pour eux, un match arrangé entre la Mannschaft et l’Autriche les a privés du deuxième tour. Quatre ans plus tard au Méxique, ils n’ont pas été aussi performants. Perturbé par des conflits internes, ils n’ont pris qu’un point sur 6 possible, face à l’Irlande du Nord.

Comment se sont-ils qualifiés ?

Le parcours de l’Algérie a été long et semé d’embûches, mais la bande à Saadane l’a négocié avec succès. Les « Verts » ont débuté poussivement, perdant deux des trois de leurs premiers matches à l’occasion du premier tour des poules face au Sénégal (0-1) et la Gambie (0-1), mais ils se sont bien repris ensuite. Vainqueurs du Sénégal (3-2) au match retour, ils ont assuré leur passage au deuxième tour. Un deuxième tour qu’ils ont littéralement survolé, alors que personne ne pariait sur eux, prenant 10 points lors de leurs cinq premières rencontres. Le point de chute n’est survenue que lors de l’ultime levée, face au principal concurrent, l’Egypte (0-2). Cette défaite au Caire a été finalement sans conséquence, puisqu’ils sont allés gagner le match barrage face à cette même sélection au Soudan. Antar Yahia a marqué l’unique but de cette partie, plongeant toute une nation dans une hystérie indescriptible.

Les forces :

Si l’Algérie a réussi à faire son retour sur la scène mondial, c’est en grande partie grâce à la fraîcheur et la discipline de son jeune effectif. Par le passé, les Fennecs avaient souvent déçu par leur manque de constance et de professionnalisme, mais ce temps là est révolu. Aujourd’hui, cette sélection brille de milles feux, grâce aux efforts que chaque membre de l’équipe, mais aussi de la fédération ont consenti. Durant le parcours préliminaire, on a pu constater l’étendue de cette transfiguration. Plus solides, plus homogènes et aussi et surtout plus solidaires, Ziani et ses partenaires sont devenus irrésistibles. Les champions d’Afrique égyptiens pourront en témoigner.

Les faiblesses :

Ce qui manque à l’Algérie pour s’installer dans le gotha mondial c’est une meilleure rentabilité hors de ses bases. En effet, depuis 2003, l’Algérie n’a gagné que deux matches à l’extérieur. Même si la Coupe du Monde aura lieu sur un terrain neutre, les Fennecs doivent absolument se défaire de ce complexe qui les accompagne hors de leurs bases. Par ailleurs, cette sélection ne possède pas encore un vrai buteur. Ghezzal peine à éclore, Djebbour n’est pas compétitif et Saifi commence à se faire vieux. Un problème que Saadane doit vite régler si elle veut que son équipe représente convenablement le monde arabe au Mondial.

Le sélectionneur :

Pour emmener l’Algérie à sa troisième Coupe du Monde, il ne pouvait y avoir d’autre entraîneur que lui. Cet homme âgé de 63 ans a été de toutes les campagnes mondiales disputées par ce pays depuis son indépendance. En 1982, il était adjoint de Mahieddine Khalef, quatre ans plus tard il fut seul à ce poste et il était aussi déjà là en 1980 lorsque l’Algérie honora son unique participation au tournoi olympique de football. Natif de Batna, Saadane possède une expérience indéniable et c’est presque logique que la Fédération fait appel à ses services lorsque sonne l’heure d’une échéance importante. Par ailleurs, il a aussi connu des passages à l’étranger. Il a coaché le Raja Casablanca, à qui il a offert un titre de champion d’Afrique, l’ES Sahel et la sélection de Yémen.

Les stars :

Antar Yahia (VfL Bochum) : Bien que natif de Mulhouse en France, ce joueur est un Algérien de pure souche. Quelqu’un qui se donne à fond pour son pays d’origine et qui défend du mieux qu’il peut les couleurs vertes, rouges et blanches. Âgé de 27 ans, Yahia est international depuis 2004. Il possède 40 capes et 5 buts avec sa sélection, dont le dernier marqué à l’Egypte lors du match barrage. Un défenseur de grande classe qui n’a pas connu la carrière qu’il méritait sur la scène des clubs.


Karim Ziani (Vfl Wolfsburg) : De tous les joueurs algériens, c’est probablement lui qui est le plus connu. Et pour cause : Ziani a longtemps été l’une des vedettes du championnat français, où il a joué pour Troyes, Lorient, Sochaux et Marseille avant de rejoindre l’été dernier les rangs de Vfl Wolfsburg. Ziani (27 ans) joue pour les Fennecs depuis presque sept ans. Sa régularité et son efficacité en font de lui l’un des cadres de cette équipe. Lors du deuxième tour des éliminatoires Mondial, il fut impliqué dans 80% des buts marqués par l’Algérie.


Rafik Saifi (Al Khor) : Il est surnommé « le grand frère » par tous ses coéquipiers. Âgé de 34 ans, Saifi est le vétéran de cette sélection et même s’il ne totalise « que » 55 capes, il fait partie des meilleurs atouts dont dispose Rabah Saadane. Remplaçant au début de ses éliminatoires, il a su s’accrocher et se battre pour ensuite regagner sa place et contribuer pleinement à la qualification algérienne. Son vécu en Ligue 1, où il a joué pendant dix ans, l’aide beaucoup et même s’il n’a plus les jambes de ses vingt ans, Saifi est un attaquant dont l’Algérie ne peut pas se permettre de se passer.

Le onze type :



Le plus grand exploit du football algérien :

Si vous demandez à tous les Algériens quel est le match de leur sélection qui les a envoyés au septième ciel. La réponse sera unanime ; celui face à l’Allemagne disputé en 1982 à Gijon en Espagne. Désignés perdants par tous les observateurs du foot, les Fennecs, emmenés alors par les Assad, Belloumi, Madjer et Fergani, ont déjoué tous les pronostiques en battant les doubles champions du monde 2 buts à 1. Cet accomplissement reste, jusqu’à aujourd’hui, comme l’un des plus grands jamais réussis par une sélection africaine en Coupe du Monde.

Hors rectangle :

Connu pour : L’Algérie est célèbre pour être le deuxième plus grand pays de l’Afrique en terme de superficie. Quant à la sélection de football, elle est connue pour avoir des supporters partout dans le monde. Après sa victoire face à l’Egypte, il y a eu de scènes de joie en France, en Angleterre, en Italie, en Espagne et même aux Etats-Unis et au Canada.

Particularité : Durant la campagne qualificative pour le Mondial, un groupe de chanteurs a sorti plusieurs albums, qui se sont vendus comme des pains, avec des tubes à la gloire de cette équipe. Le groupe s’appelle « Torino & Milano ». Et si l’Algérie affronte l’Italie au Mondial, de quel côté ces chanteurs seront ?

Objectif en Coupe du Monde :

Pour l’Algérie, avoir atteint le Mondial est déjà un énorme exploit. Ainsi, c’est sans aucune pression que les Fennecs vont se rendre en Afrique du Sud. Leur mission sera de se faire plaisir et essayer d’honorer au mieux les couleurs nationales. Après, s’il y a possibilité de franchir un tour ou deux, Ziani et ses partenaires ne vont certainement pas s’en priver.

Les huit groupes de la Coupe du Monde