Comment le mur jaune est devenu l'un des endroits les plus spectaculaires du football européen

Le bruit, la couleur et la taille de la Sudtribune de Dortmund en font un endroit intimidant pour les adversaires... La Juventus va le savoir.
Par y Brian Oliver

Alors que le Borussia Dortmund et la Juventus sont prêts pour le 8e de finale retour de la Ligue des Champions mercredi, mais avant, ils vont devoir traverser un long tunnel sombre, pour finalement être accueillis par un rugissement si fort il semblerait que le sol tremble.

"Ce tunnel sombre fait exactement deux mètres de haut, et quand vous en sortez, c'est comme si vous naissiez", a déclaré Jurgen Klopp, le manager de Dortmund. "Vous sortez et l'endroit explose - c'est comme sortir de l'obscurité pour trouver la lumière. Vous regardez à votre gauche et c'est comme s'il y avait 150 000 fans debout dans la tribune entrain de devenir complètement fous. "

Cette tribune, qui devient assise pour les matches européens, est officiellement la Sudtribune (South Stand), mais est mieux connue sous le nom de mur jaune. Il est plus grand et plus bruyant que tout autre rassemblement célèbre des fans à travers l'Europe et, sans doute, dans le monde


Lorsqu'on a demandé à Bastian Schweinsteiger, le milieu de terrain du Bayern Munich et de l'Allemagne, s'il était plus préoccupé par les joueurs de Dortmund ou par leur manager, il a répondu : "C'est le mur jaune qui m'effraie le plus."

"Je ne veux pas paraître arrogant et dire Dortmund a les meilleurs fans du monde. Et pourtant si le mur jaune n'est pas le plus bruyant, où est-ce ? ", a déclaré Marc Quambusch, un cinéaste qui vient de terminer de travailler sur un nouveau documentaire sur l'histoire du Borussia Dortmund.

Dortmund espère que ce mercredi sera l'une de ces occasions spéciales, tout comme la fameuse soirée en 2013, lorsqu'ils ont battu le Real Madrid de Jose Mourinho 4-1 en Demi-finale de la Ligue des Champions.

"C'était inoubliable, une des meilleures expériences de ma vie", a ajouté Quambusch, qui supporte l'équipe depuis 40 ans. "C'est toujours très émouvant dans la Sudtribune mais durant ce match, on pouvait sentir l'atmosphère partout - l'entendre, le ressentir, le respirer. Wow! C'était incroyable."

Gary Neville, l'ancien joueur de Manchester United et de l'Angleterre qui travaille maintenant pour Sky Sports, est d'accord. Quelques mois après ce match, il a écrit: "Parmi les centaines de matches que j'ai couvert ces quelques dernières années, aucun ne bat l'atmosphère qu'il y a eu à Dortmund quand ils ont battu le Real Madrid."

"Alors que c'était un match mémorable et important, on sentait que c'était encore plus que cela. En voyant ces joueurs de Dortmund assis sur le terrain à la fin du matches communiant avec leurs fans, on avait le sentiment que les joueurs et supporters ne faisaient qu'un."

Ce lien est très spécial. Les briques humaines dans le mur jaune font partie de l'équipe, les 24 454 d'entre eux.

"Les supporteurs sont très conscients de leur propre performance", a déclaré l'auteur acclamé et fan de Dortmund Uli Hesse. "Quand j'ai parlé à des groupes de ultras pour mon livre sur les fans, ils ont déclaré : "Nous avons été bien dans ce match, mais pas au top dans celui-là. Nous devons nous améliorer." Ils parlaient de leurs propres performances, pas de celles des joueurs. Leur attitude est de contribuer "autant que le fon les joueurs font."

"Ils sont très conscients du fait qu'ils suivent l'équipe la mieux soutenue du le football, avec 80 000 personnes à chaque match à domicile. Ils disent d'eux qu'ile sont les meilleurs et ils sont très fiers." Quand Dortmund a atteint la finale de Champions League en 2013, ils ont reçu plus d'un demi-million de demandes de billets.

La Sudtribune a été construite dans les années 1970 avec une capacité de 12 000 places, et elle a été reconstruite au double de cette taille dans les années 1990, au moment où Dortmund a commencé à gagner des trophées.

Le Westfalenstadion (rebaptisé Signal Iduna Park) ne devait pas, à l'origine, accueillir de matches pendant la Coupe du Monde 1974 en Allemagne de l'Ouest mais quand Cologne s'est retiré, Dortmund a pris quatre matches. Contrairement à la plupart des autres stades, il n'y avait pas de piste d'athlétisme autour du terrain et le club pouvait se vanter d'avoir un vrai stade.

"Il avait plus de tribunes que dans les autres et ça ressemblait plus à un stade anglais. Les fans étaient bruyants comme les fans anglais, et nous en étions très heureux parce que, à l'époque, l'Angleterre avait la meilleure culture de supporters", a dit Hesse.

"Ce n'est plus vrai et les fans allemands sont assez tristes quand ils vont à des matches en Angleterre. L'atmosphère est morte parce qu'il n'y a plus de tribunes, seulement des sièges ".

Le mur jaune est un phénomène nouveau et il est en lice pour remplacer le Kop d'Anfield, les supporters les plus vénérés dans le football mondial.


Hesse estime que la tribune a été appelé le mur jaune, pour la première fois en 2005, par un groupe d'ultras qui ont fait une bannière géante dans la tribune sud disant «Gelbe Wand Dortmund» (jaune mur Dortmund).

Ce même groupe d'ultras avait déjà mis en place une bannière géante, de plus de 30 mètres de large, avec une citation d'Oscar Wilde disant : 'Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles."

"Les ultras y ont ensuite ajouté leur propre citation : 'À la fin de la ruelle sombre brille le mur jaune', et c'est de là que le nom vient", a déclaré Hesse.

Le stade reconstruit a accueilli des matches de la Coupe du monde en 2006. Depuis que l'Anglais Matthew Gerrard a vu pour la première fois un match là-bas, il y est retourné 25 fois et préfère le mur jaune à n'importe quel autre stade en Angleterre.

"Même 45 minutes avant le match, le lieu est en pleine effervescence", a déclaré Gerrard, un journaliste de la radio de Kent. "Quand il ya un but, vous êtes douchés avec de la bière et le sol tremble. C'est tout aussi bon que ce qu'on voit à la télé."

"L'atmosphère est quelque chose qu'il faut voir. Il n'y a rien de mieux dans le football que le Mur Jaune qui soutient l'équipe".

Marc Quambusch est l'un des créateurs du film Am Borsigplatz geboren - Franz Jacobi und die Wiege des BVB  (Né au Borsigsquare - Franz Jacobi et la naissance de Borussia Dortmund).

Uli Hesse est l'auteur de  Unser Ganzes Lieben (Our Whole Life): Die fans des BVB et  Tor! The Story of German Football.