Griezmann, tactique, penalty : les 6 choses à retenir de la victoire française face à l'Allemagne

Grâce à deux buts d'Antoine Griezmann, la France s'est qualifiée pour la finale de l'Euro jeudi à Marseille. Elle affrontera le Portugal dimanche pour un 3e titre européen.

Ils sont géniaux ! L'équipe de France a mis fin à trois défaites de rang face à l'Allemagne en phase finale en s'imposant en demi-finale de l'Euro jeudi au Stade Vélodrome. Les hommes de Didier Deschamps auront fait preuve d'une grande expérience pour venir à bout des champions du monde. Pendant 90 minutes, les Bleus ont laissé le ballon à leurs adversaires pour venir les surprendre en contre. Cette équipe a sû faire le dos rond lors des longs moments de domination des coéquipiers de Thomas Müller. Mais elle a également sû tenir le cuir lorsque le moment le demandait. Une victoire tactique à mettre au crédit de Didier Deschamps, qui comme face à l'Islande, a donné l'impression d'avoir donné toutes les armes à ses joueurs pour entrer dans l'arène.

Dans ces grands instants de football, l'histoire veut qu'il y ait un grand homme. Celui de jeudi a été Antoine Griezmann, homme providentiel de tout un pays. Il n'y a pas eu meilleur joueur que le Madrilène jeudi qui par deux fois à trompé Manuel Neuer. L'attaquant a d'abord puni les Allemands sur penalty (45e+2) avant d'être à la réception d'un ballon mal dégagé par le portier des champions du monde (73e). Impressionnante de maitrise, l'équipe de France affrontera le Portugal dimanche au Stade de France pour tenter de conquérir un troisième titre européen après ceux de 1984 et 2000.

Ce que vous n’avez peut-être pas vu : les Français ont laissé le ballon aux Allemands 

Didier Deschamps avait assuré avant le match qu'il ne voulait pas que son équipe défende trop durant la rencontre car elle allait avoir beaucoup de mal à résister aux assauts allemands. On n'est pas passé loin de ce scénario jeudi. Les Bleus ont d'abord pressé très haut pendant 15 minutes avant de baisser le pied durant tout le reste de la première mi-temps. Le plan de jeu défensif des Français était clair : empêcher les offensifs adversaires de pouvoir faire circuler le ballon jusqu'à Mesut Özil et Julian Draxler, les deux ailliers. Malheureusement, les hommes de Joachim Löw ont très vite trouvé une solution grâce à un Bastian Schweinsteiger venu quasiment se placer en libéro pour dicter le jeu de son équipe. Joshua Kimmich et Jonas Hector en ont profité pour prendre les espaces laissés. 

Le but d'Antoine Griezmann a permis aux Bleus d'attendre encore plus leurs adversaires, tentant de partir en contre dès la récupération du ballon. A ce petit jeu, la puissance de Moussa Sissoko s'est avérée très importante. L'ancien toulousain a été l'un des hommes forts des Tricolores. Dans la lignée de sa prestation face à l'Islande, le joueur de Newcastle a parfaitement bloqué son couloir avant de se projeter très vite vers l'avant à la récupération du ballon.

Le joueur : Antoine Griezmann

Il y a des signes qui ne trompent pas. Dès l'échauffement et la passe à 10 réalisée par les Français, Antoine Griezmann était déjà au taquet. Quelques minutes plus tard, c'est lui qui a méné l'équipe de France sur la pelouse du Stade Vélodrome. Placé en electron libre par Didier Deschamps, le joueur de l'Atlético Madrid s'est proccuré la première occasion de la rencontre en venant chercher le ballon très bas sur le terrain pour le remonter en s'appuyant par deux fois sur Blaise Matuidi avant d'échouer devant la main ferme de Manuel Neuer (7e). C'est encore lui qui s'est retrouvé à la fin d'un beau mouvement côté gauche entre Evra et Umtiti mais qui n'a pas cadré sa frappe. Et c'est toujours le Madrilène qui a pris ses responsabilités en fin de première mi-temps au moment de tirer le penalty concédé par Bastian Schweinsteiger (45e+2). 

L'attaquant a été moins visible après la pause en raison de la domination allemande. Mais il a été très utile au moment de remonter le ballon du camp français. A tel point qu'il a même demandé à son banc de ne pas le remplacer lorsque Didier Deschamps est venu aux nouvelles concernant son état physique. C'est donc Dimitri Payet qui a laissé sa place à N'Golo Kanté à 20 minutes du terme. Bien lui en a pris puisqu'une minute plus tard, c'est lui qui inscrivait le but du break (73e). Un match XXL pour un joueur qui a définitivement pris une autre dimension. L'énorme ovation du Stade Vélodrome au moment de sa sortie a été largement méritée.

Alors penalty ou pas ?

Y'avait-il penalty ? Le débat fait rage depuis l'ouverture du score d'Antoine Griezmann jeudi contre l'Allemagne en demi-finale de l'Euro. Sanctionné pour une main dans sa surface par Nicola Rizzoli, l'arbitre du match, Bastian Schweinsteiger a permis aux Bleus de prendre les devants. Mais depuis, chacun y va de son interprétation. Alors votez ! 

 

 

La statistique à retenir : 

La France a gagné ses 5 matches contre l'Allemagne lorsqu’elle était championne du monde en titre: 3-1 en 1954, 6-3 en 1958, 1-0 en 1977, 2-0 en 2015 et donc 1-0 en 2016.

Le plus : fin de l'Euro pour le Stade Vélodrome

Il aura été l'un des stades les plus chauds durant ce mois, le Stade Vélodrome a fermé ses portes jeudi soir pour cet Euro 2016. L'enceinte redeviendra dès vendredi la propriété de l'Olympique de Marseille qui loue le stade à la mairie. L'écrin marseillais a donné tout ce qu'il pouvait pour soutenir l'équipe de France jeudi. Une ambiance exceptionnelle qui a poussé les joueurs de Didier Deschamps. 

Le top 5 : Koscielny est devenu le patron 

Loïc Tanzi, au Stade Vélodrome 

Les journalistes de Goal sont équipés avec le Samsung Galaxy S7 et Gear 360