Brésil, portrait de Tite, le nouveau sélectionneur

Il a été officiellement intronisé ce lundi après sa nomination comme sélectionneur du Brésil. Goal.com vous présente Tite, méconnu en Europe.

Son vrai nom, c'est Adenor Leonardo Bacchi.Ancien milieu de seconde zone dans les années 1980, il doit arrêter sa carrière à cause d'ne blessure au genou en 1989. Un an plus tard, il devient entraîneur du Guarany de Garibaldi. Après un premier titre en 1993 avec le club de Veranópolis (D2), il remporte son deuxième trophée, le Championnat du Rio Grande 2000 avec Caixas, en battant en finale le Grêmio de Ronaldinho.

En 2001, Tite rejoint sa première grosse écurie locale...le Grêmio. Un succès puisqu'il gagne une fois encore le Championnat étatique et la Coupe du Brésil cette année-là. Tite a ensuite écumé de nombreux clubs comme l'Atlético Mineiro ou Palmeiras. Le natif de Caixas tentera même une expériences aux Emirats Arabes Unis, avant de revenir au pays, où il rejoindra le club dans lequel il bâtira une grande partie de son succès et de sa renommée : les Corinthians.

Sous sa coupe, les Paulistes deviennent Champions du Brésil 2011 et glanent leur toute première Copa Libertadores en 2012. Six mois plus tard, il boucle l’année avec une victoire en Coupe du monde des clubs, en battant Chelsea en finale. En 2014, il prend une année sabbatique avant de faire son retour dans la Timão, pour être à nouveau titré Champion du Brésil l'année suivante.

Le style Tite

Tite n’est pas la représentation même du fantasme du football brésilien. Ses équipes ne sont pas reconnues pour marquer un nombre de buts conséquents. En revanche, il est réputé pour être l’un des meilleurs stratèges locaux.

Les équipes passent, mais le style reste. Quelque soient les joueurs, la philosophie ne bouge pas. Même si ses équipes ne sont pas caractérisées par une avalanche de buts, l’homme de 55 ans demande toujours à ses joueurs de vite ressortir le ballon, de passer rapidement de la défense à l’attaque. Avec des défenseurs valorisés et qui savent comment jouer, on est loin de la défense simple et minimaliste.

Briller par son unanimité

Depuis sa nomination comme sélectionneur de la Seleçao, Tite a le soutien majoritaire des supporters, des footballeurs, comme de la presse. Car le technicien jouit d’une très bonne image : respect de l’éthique, mise en valeur des joueurs et il est très apprécié par ceux qu’il a pu diriger. Son arrivée à la tête du Brésil a été perçue comme une bonne nouvelle. Preuve de la sympathie que dégage l’homme, aucune méfiance n’a été émise à son égard par la presse de Rio de Janeiro, alors qu’il n’y a jamais exercé dans toute sa carrière, un fait rare au Brésil. Pour la première fois depuis des années, jamais un choix n’avait autant satisfait.

Quid des bannis de l’ère Dunga ?

Marcelo, Jefferson et surtout Thiago Silva, des noms, mais aussi les symboles de ceux qui n’ont pas réussi à s’entendre avec l’ancien sélectionneur, Dunga. Avec le départ de ce dernier, les portes sembleraient ouvertes pour ceux qui étaient en conflit avec le Champion du monde 1994. Des joueurs, après les échecs à la Copa America Centenario, qui furent réclamés par les supporters auriverdes.

Pour la première fois depuis des années, jamais un choix n’avait provoqué autant d’optimisme chez les fans. Un sentiment qui devra se confirmer dès septembre, avec les qualifications à la Coupe du monde 2018. Mais surtout, à la Copa America 2019, qui se déroulera sur ses terres.