Brésil - Laissé de côté, Thiago Silva lutte avec le PSG pour sauver sa carrière internationale

Annoncé comme l'un des meilleurs défenseurs centraux du monde, Thiago Silva pourrait-il déjà avoir joué son dernier match avec le Brésil sous Dunga?


GOALANALYSE  Par Nara Franco, à Rio de Janeiro

En 2014, Thiago Silva conduisait le Brésil dans sa première Coupe du monde sur son sol depuis plus d'un demi-siècle, avec la réputation de l'un des meilleurs défenseurs centraux de la planète. Un peu plus d'un an plus tard, le joueur de 30 ans en est à se demander s'il aura la chance de représenter à nouveau son pays.

Jeudi, Thiago Silva a une nouvelle fois été laissé hors du Brésil de Dunga pour la deuxième fois consécutive, après avoir été sorti de l'équipe pour le Chevrolet Brasil tour, tournée mondiale avec des victoires en septembre sur le Costa Rica et les Etats-Unis.

Pendant ce temps-là, Gil, le défenseur des Corinthians a obtenu un rappel surprise dans le groupe de 23 joueurs qui disputeront les éliminatoires de la Coupe du monde en octobre contre le Chili et le Venezuela, en tant que quatrième choix en défense centrale derrière Miranda, David Luiz et Marquinhos.

Thiago Silva reste un titulaire indiscutable au PSG où il forme une alliance avec David Luiz, avec qui il a été associé à la Coupe du monde après avoir mené le Brésil à la gloire en Coupe des Confédérations en 2013.

Avant d'être chargé de diriger la Seleçao vers leur sixième titre mondial, le Brésilien a été montré dans les premières pages des journaux comme le "shérif" de son équipe. Celui qui prenait les décisions avec Luiz Felipe Scolari.

Mais au moment où le tournoi a débuté, son image a complètement changé, devenant un symbole de la tonalité trop émotive de la Seleçao. Le quart de finale face au Chili est l'exemple le plus parfait. Pour les Brésiliens, le défenseur a été rongé par l'anxiété. Il était à l'opposé de l'attitude impériale et de l'image que le public avait de lui. 

Ayant refusé de prend part dans la bataille des tirs au but, il était simplement assis loin du groupe, perché au sommet d'un ballon, tout seul sur le banc de touche, se balançant d'avant en arrière en attendant la sentence. Ce jour-là, Neymar a su tirer le Brésil vers le haut pendant que Thiago Silva s'effondrait. Une image que Dunga a toujours trouvé préoccupante. 

Dans une scène qui est devenue emblématique des défaillances du Brésil, l'actuel patron du Brésil a exprimé son opinion en denonçant le comportement de Thiago Silva, indigne d'un meneur d'hommes. 

Mais après avoir été suspendu dans la soirée fatidique que la Seleção a connu en demi-finale de Coupe du monde face à l'Allemagne (1-7), Thiago Silva était toujours pressenti pour former le cœur de la défense à quatre de Dunga .

Malheureusement pour Thiago Silva, ses blessures l'ont empêché d'être présent pour les premiers matches amicaux post-Coupe du Monde. En son absence, Neymar a reçu le brassard. Publiquement, Thiago Silva a exprimé sa déception et sa colère sur le fait qu'il n'avait pas été consulté.

"Je n'ai parlé à personne, il n'y avait pas de conversation ", a déclaré Thiago Silva. "A ce stade, je ne peux pas vous dire que je suis heureux parce que je ne le suis pas. C'est un moment triste, mais c'est le football. Je vais essayer de faire mon travail pour aider le groupe du mieux que je peux. "

Pendant que le Brésilien continuait sa réhabilitation en France, Miranda, son concurrent, commençait à jouer et aidait Dunga à constituer son bloc défensif. Thiago Silva n'est revenu dans l'équipe qu'en novembre 2014, quand le sélectionneur a choisi de faire une équipe exclusivement avec des joueurs évoluant en Europe. Mais c'est sur le banc que le Parisien a dû regarder la rencontre de sa sélection face à la Turquie. Il est apparu en revanche quelques jours plus tard contre la Suisse, seulement à cause d'une petite blessure de Miranda. Il a ensuite pu débuter les matches face à la France et le Chili en raison d'une blessure de David Luiz. Quelques apparitions qui lui ont laissé l'espoir d'arriver à la Copa America avec du temps de jeu. 

Au grand damn de la presse brésilienne, David Luiz a connu une blessure pour le reste du tournoi dès le premier match de la compétition contre le Pérou. Thiago Silva est alors revenu, inscrivant même un but lors du troisième match de groupe de son équipe (2-1 face au Vénézuela). Le défenseur était de retour du frigo. Et soudainement apparu comme capable de revenir pour de bon. La résurrection de sa carrière internationale était alors complète. 

Mais le Brésil ne menant que d'un but en quart de finale contre le Paraguay, Thiago Silva a fait oublier toutes ses bonnes copies pour ce qui sera peut-être sa dernière apparition avec sa sa sélection. Dans un duel aérien avec Roque Santa Cruz et son coéquipier Daniel Alves, le bras du défenseur a touché le ballon dans sa propre surface : pénalty. Derlis Gonzalez a converti l'offrance et quand l'aube est venue, le Brésil était éliminé de la Copa America. Thiago Silva en fut tenu pour responsable.

"Je ne savais même pas que le ballon avait touché ma main," s'était-il alors défendu. "Je n'ai vu ce qu'il s'est passé que plus tard avec des vidéos à l'hôtel. C'est pour ça que j'étais si surpris sur le coup, je ne comprenais pas ce que l'arbitre avait vu. L'arbitre ne savait même pas si c'était ma main ou celle de Daniel Alves."

Depuis, Thiago Silva n'a pas été appelé par Dunga. Et sa décision d'évacuer une fois de plus ses frustrations du public, cette fois par l'intermédiaire de messages cryptés sur les réseaux sociaux, n'impressionnera pas Dunga. L'actuel entraîneur du Brésil valorise la discipline, l'engagement et l'esprit d'équipe avant tout. Lors de sa conférence de presse jeudi, la nouvelle mise à l'écart de Thiago Silva n'a même pas soulevé de questions des médias locaux. Dunga a simplement dit : "Plus de joueurs expérimentés seront appelés en fonction du résultat."

Il est peut-être déjà trop tard pour Thiago Silva. Fin octobre, il pourrait n'être apparu que dans 7 des 18 matches de Dunga depuis son retour à la tête du Brésil. Mais il a sans aucun doute le talent pour jouer un rôle majeur dans la quête du Brésil pour une place à la Coupe du monde en Russie en 2018 et sa bonne forme avec le PSG doit l'y aider. Ce sera alors probablement la façon dont il se conduit en dehors des terrain qui va décider si l'avenir international de ce grand défenseur a connu une fin prématurée. 

 

Get Adobe Flash player