(EXCLU) ALG - Belloumi nie tout

Lakhdar Belloumi, l’ex-international algérien, a démenti formellement la théorie selon laquelle il y aurait eu des pratiques de dopage au sein de sa sélection dans les années 80.
Cinq ex internationaux algériens ont défrayé la chronique ces derniers jours dans leurs pays en déclarant que la sélection des années 80, celle qui a apporté tant de bonheur à son peuple, avait eu recours à des produits (des pilules) douteux sous les ordres de son sélectionneur russe, le défunt Guennadi Rogov. Des produits qui auraient des conséquences plus que préjudiciables sur leur santé et celle de leurs enfants, puisque la plupart d’entre eux souffriraient aujourd’hui d’un handicap. Des aveux qui ont fait couler beaucoup d’encre et qui ont aussi et surtout jeter le discrédit sur la compétitivité qu’ont eu les Fennecs durant la période en question.

« Micha ? Je ne le connais pas »

L’affaire en question a divisé les opinions de l’autre coté de la Méditérannée. Certains des intéressés, à l’instar de Rachid Hanifi, l’actuel président du Comité Olympique, la jugent authentique, mais d’autres n’y croient absolument pas. C’est le cas notamment d’Ali Fergani, capitaine des Verts lors du Mondial 82, ou encore de Lakhdar Belloumi, joueur vedette de la sélection et ancien Ballon d’Or Africain. Dans une interview exclusive qu’il a accordée à Goal.com, ce dernier a tout nié en bloc par rapport aux pratiques citées plus haut. Après avoir remercié « le bon Dieu » que ses « enfants soient en bonne santé », il a confié : « je n’ai jamais connu le moindre problème et je ne suis au courant de rien de ce qui a été dit ».

Belloumi n’est pas allé jusqu’à affirmer que ses ex coéquipiers étaient des menteurs, mais il a assuré, par contre, que durant toute sa carrière internationale, qui s’étale de 1978 à 1989, il n’a « jamais pris le moindre produit dopant » et qu’il n’a jamais « eu écho d’injections faites par le staff médical ». Par ailleurs, il a certifié qu’il ne connaissait absolument pas le dénommé Micha, le médecin russe amené par l’ex sélectionneur Guennadi Rogov et qui aurait été le principal responsable de cette affaire. « Vous m’apprenez son existence » a-t-il tonné. Des propos on ne peut plus claires qui viennent discréditer les accusations faites par les victimes.

Les victimes en question s’appellent Mohamed Kaci Said, Djamel Menad, Mohammed Chaib, Salah Larbes et Mustapha Kouici. Elles comptent toutes porter plainte contre X devant les juridictions compétentes et se constituer partie civile. A ce sujet, Belloumi, tout en campant sur sa position, a décidé de leur apporter son soutien. « S’ils ont des problèmes, il faut qu’on les aide et moi je serai là pour les aider » a-t-il conclu. Il ne sera certainement pas le seul dans ce cas, quant on connait la solidarité et l’union sacrée qui caractérisait cette brillante génération de footballeurs algériens. Pour ce qui est de la vérité, elle va certainement être encore longue à trouver. Car il n’est pas facile de déceler le vrai du faux dans ce genre d’affaires surtout lorsqu’elle date d’il y a presque trente ans.

A lire aussi :

Tout sur l’Afrique