(EXCLU) Lakhdar Belloumi : « Battre l’Angleterre ? C’est possible ! »

Cet été, l’Algérie fera son grand retour sur la scène internationale en prenant part à la Coupe du Monde 2010. Pour parler de ce grand événement, personne n’est mieux placé que Lakhdar Belloumi. Le meilleur joueur algérien de tous les temps s’est exprimé, sans concession, à Goal.com.
Quand on est algérien et qu’on est mordu du foot, on ne peut pas ne pas connaître Lakhdar Belloumi. Pourquoi ? Parce que c’est tout simplement le meilleur footballeur que l’Algérie ait enfanté. Beaucoup évoqueront les Madjer, les Mekhloufi, les Zidane et autres, mais c’est bien lui, ce natif de Mascara, qui a hissé le plus haut les couleurs de l’Algérie. En 1981, il fut d’ailleurs le premier algérien à remporter le Ballon d’Or Africain et au classement des meilleurs joueurs africains du 20e siècle il s’est classé quatrième derrière Roger Milla, George Weah et Abedi Pelé. Autant de distinctions qui démontrent ses qualités hors norme. La rédaction de Goal.com a interviewé ce grand champion et ce fut bien sûr un immense honneur. L’entretien a englobé son parcours personnel, mais aussi l’équipe nationale algérienne, d’aujourd’hui et d’hier. Découvrez le en exclusivité.

« CETTE SELECTION RESSEMBLE BEAUCOUP A CELLE DE NOTRE EPOQUE »

Goal.com : Pour commencer, Mr Belloumi, comment évaluez l’équipe nationale ? Au classement mondial FIFA, elle est 31e ? Cela reflète-t-il son niveau actuel ? Peut-on dire qu’elle est digne de la sélection des années 80, dans laquelle vous jouiez ?

Lakhdar Belloumi : C’est une très bonne équipe et les derniers résultats l’ont prouvé je pense. En se qualifiant pour la Coupe du Monde, elle a réalisé un très grand accomplissement. Y a pas besoin donc d’en débattre. De plus, on a retrouvé au sein de cette équipe l’état d’esprit qu’il y avait à l’époque. Les joueurs se donnent à fond pour le maillot national et c’est ce qui est gratifiant. Donc pour répondre à votre question, je dirais que oui cette équipe a un très bon niveau.

Goal.com : En parlant de l’équipe des années 80 et celle d’aujourd’hui, trouvez vous des similitudes,  des points communs ?

Lakhdar Belloumi :
Oui, il y a des similitudes. Beaucoup même. Mais la différence réside dans les repères collectifs. A notre époque c’était mieux. Je dirais même qu’à ce moment là, on était irréprochable dans ce domaine. La sélection d’aujourd’hui manque encore de cohérence. Mais ça se travaille. Comment ? En multipliant les stages et les matches amicaux. Avec le temps ça viendra. Et l’avantage que l’équipe d’aujourd’hui possède c’est d’avoir beaucoup de joueurs expatriés, ceux qui évoluent en Europe. A notre époque, il n’y en avait pas.

Goal.com : Vous avez disputé deux Coupes du Monde, pouvez vous nous dire ce que cela représente pour un Algérien ?

Lakhdar Belloumi :
C’est une énorme fierté. Après l’équipe de FLN des années 50, le football algérien a progressé et c’est notre équipe qui a eu l’honneur d’atteindre le sommet. On a écrit en lettres d’or l’histoire de notre football. Voilà ce que ça représente.

« ON PEUT BATTRE L’ANGLETTERE, COMME ON A BATTU L’ALLEMAGNE EN 1982 »

Goal.com : Votre sélection a battu l’Allemagne lors du Mondial 82, pensez vous que l’équipe d’aujourd’hui peut rééditer le même exploit face à l’Angleterre ?

Lakhdar Belloumi :
Pourquoi pas. Surtout que l’équipe d’Angleterre est, je crois, inférieure à l’équipe d’Allemagne d’autrefois. L’exploit est tout à fait possible, même si sur le papier je dois admettre que ça parait compliqué.

Goal.com : Quels sont les atouts de l’équipe actuelle ? Et les faiblesses ?

Lakhdar Belloumi :
Les atouts, je l’ai dit : c’est de posséder des joueurs professionnels, aguerris au football européen. Dans le foot moderne, c’est un grand plus. Pour ce qui est des faiblesses, il est clair qu’il faut encore se perfectionner en terme de jeu collectif. Avoir plus d’automatismes. Par ailleurs, je dirais qu’on manque d’un grand buteur. Durant la CAN, nous avons souvent vu des défenseurs monter et pallier aux carences de l’attaque. Il faut remédier à cela.

Goal.com : Que pouvez nous dire à propos de Rabah Saadane. Vous, qui avez évolué sous ses ordres ?

Lakhdar Belloumi :
C’est un brave type. Je crois que ce n’est pas la peine de le présenter. Il est connu et possède l’expérience pour diriger notre équipe. Je crois même que c’est la personne idéale pour ce poste. Qui peut se vanter d’avoir participé à trois Coupes du Monde ? Et en tant que meneur d’hommes, il n’y a rien à dire. Il est irréprochable.

Lakhdar Belloumi contre Michel Platini lors d'un match amical entre l'Algérie et la Juventus en 1986

« POUR ENTRER DANS L’HISTOIRE, IL FAUDRA FRANCHIR LE PREMIER TOUR »

Goal.com : Pensez-vous que les Verts feront mieux que l’équipe des années 80, c'est-à-dire atteindre les 8e de finale de la Coupe du Monde ?

Lakhdar Belloumi :
C’est ce qu’on espère de tout cœur. Pour dépasser l’équipe des années 80 en terme de notoriété il faudra le faire : atteindre le deuxième tour du Mondial. Ce n’est qu’ainsi qu’elle entrera dans l’histoire. Une victoire contre l’Angleterre, aussi prestigieuse soit-elle, ne suffira pas. Il faudra franchir le premier tour.

Goal.com : Parlons de vous un peu si vous voulez ? Vous avez un très grand palmarès. Quel est la plus grande fierté de votre carrière ? Et aussi quel est votre plus grand regret ?

Lakhdar Belloumi :
Bon, en premier c’est bien sûr le Ballon d’Or africain que j’ai reçu en 1981. Sur le plan personnel c’est mon plus grand accomplissement surtout que j’étais le premier algérien à l’obtenir. Ensuite, il y a ce succès contre l’Allemagne. Le fait d’y avoir participer ça reste grandiose et inoubliable et c’est le plus grand moment de l’histoire du football algérien. En terme de regrets, je n’en ai qu’un : les nombreuses blessures que j’ai eues. C’est la seule tâche noire. Y en a qui souligneront que je n’ai pas joué à l’étranger. Mais ça ne peut pas être un regret car c’est le destin qui en a voulu ainsi.

Goal.com : Malgré votre talent hors norme, vous n’avez pu vous expatrier ? Etait-ce un choix ?

Lakhdar Belloumi :
Bon, au début des années 80, la loi du pays interdisait aux joueurs de s’expatrier. Ensuite, il y a des facteurs qui ont fait que je n’ai pas pu partir. J’ai été contacté par les plus grands clubs européens comme la Juve, mais je n’ai pas pu y aller à cause d’une grave blessure au genou. Mais bon, la vie est faite ainsi. Comme je l’ai dit, ce n’est pas un regret.

« PELE M’A DIT UN JOUR « T’ES UN PETIT BRESILIEN TOI » »

Goal.com : Vous avez joué un match avec la sélection mondiale à New-York. Pelé vous aurait dit « you’re a great player ». Est-ce vrai ?

Lakhdar Belloumi :
Oui, c’est vrai. A la mi-temps du match, il est venu dans notre vestiaire. Il m’a chatouillé les cheveux en souriant et en me disant « t’es un petit brésilien, toi ». Faut dire que j’ai fait pas mal de gestes techniques et il les a remarqués et j’au aussi marqué un but durant ce match. C’est une fierté personnelle que d’avoir reçu un compliment de la part du Roi Pelé.

Pour finir, Mr Belloumi, est-ce que cela vous plairez de prendre un jour les rênes de la sélection algérienne ?

Lakhdar Belloumi :
J’ai déjà eu le grand honneur de diriger la sélection. C’était en tant qu’assistant en 2004. Maintenant si on fait appel à moi, j’irais en courant. Qui peut refuser les couleurs nationales ? Pour moi ça sera une énorme fierté, comme ça l’est pour tout entraîneur algérien. Si on me contacte, je répondrais oui sans hésiter.

Merci beaucoup Mr Belloumi. Je vous remercie de la part de toute notre rédaction Goal.com.

Lakhdar Belloumi :
Mais de rien, veuillez transmettre mes salutations à votre rédaction et à vos lecteurs.

Propos recueillis par notre correspondant en Algérie, Beneddra Naïm

A lire aussi :

(EXCLU) Cherif El Ouazzani : "L’Algérie peut aller loin au Mondial"


Tout sur la Coupe du Monde 2010