Innovateurs : le centre de formation des joueurs de l’Athletic Bilbao

L'institution basque se distingue par les joueurs de son centre de formation qui intègre l’équipe première.

Par Miguel Churruca


Peu de clubs dans le monde peuvent se vanter d'avoir une histoire aussi ancrée que celle de l'Athletic Bilbao, club fondé en 1898.


Depuis qu’un groupe d'ouvriers anglais a amené le football à Bilbao, le sport et la tradition ont voyagé dans le temps avec des anecdotes à profusion, des légendes inoubliables, des difficultés historiques, des revendications politiques et des rivalités particulières.


Tout ça fait partie du football basque depuis le début du 20e siècle. Le 28 avril va d’ailleurs se dérouler le derby entre l'Athletic et la Real Sociedad, un derby entre Bilbao et San Sebastián, deux villes qui sont séparées seulement par 80 kilomètres de distance et qui affichent fierté et passion pour les couleurs locales.


"Quand l'équipe joue, tout ce que vous voyez est reflété par les gens”, a confié Imanol Aguiar, qui a commencé à jouer à l’Athletic à l’âge de 15 ans. “C’est un club spécial. Il y a ce sentiment que le club est toujours fidèle à une philosophie, notamment sur comment ils traitent les jeunes joueurs..."


Fernando Iturbe a travaillé pour le club en tant que recruteur et possède égalelent une expérience avec Osasuna, l’Atletico Madrid, la Fédération espagnole de football et même à l'étranger avec Everton.


Il est d’accord pour dire que Bilbao est spécial. Le club favorise l'intégration. En Gascogne [la province basque], les gens sont fans de l’Athletic.

 

“Les jeunes enfants apprennent ce qu’il y a à savoir sur ll’Athletic et connaissent son histoire. Les garçons sont des fans du club et veulent jouer pour l’Athletic. Un grand club peut venir mais le gamin voudra quand même aller à l'Athletic. Cela n’arrive pas ailleurs. "


Aguiar ajoute: “Pour nous, les joueurs nés en Gascogne, l’Athletic est tout. C’est l'équipe la plus importante de la Terre et l'une des plus grandes en Espagne. Nous sommes fiers d'avoir appartenu à cette équipe."


Rafael Moreno Aranzadi, mieux connu sous le nom de Pichichi, a été la première véritable légende de l’Athletic. Il a marqué le premier but à l'ancien stade San Mames et son buste surplombe désormais les vestiaires. Traditionnellement, chaque équipe jouant à l'Athletic pour la première fois offre un bouquet de fleurs pour le légendaire attaquant, qui est décédé à 29 ans, mais dont le nom reste vivant à travers le trophée remis chaque année au meilleur buteur de la Liga.


Telmo Zarra a mené l'attaque dans les années 1940 et 1950. Avec 251 buts à son actif, Zarra est devenu le meilleur buteur de l'histoire du championnat et a récemment été dépassé par Lionel Messi. Un prédateur près du but, Zarra était aussi puissant dans les airs. "Admirez la meilleure tête en Europe après [Winston] Churchill", y avait-il écrit sur un graffiti dans les rues de Stockholm avant un match amical entre la Suède et l'Espagne.

 

José Ángel Iribar a gardé les cages de l’Athletic dans les années 1960 et 1970 et a également représenté l'Espagne, remportant le Championnat d'Europe avec la Roja en 1964. 'Txopo' est toujours considéré comme un des plus grands gardiens de tous les temps.


Dans les années 1980, l’Athletic a remporté ses deux titres de Championnat les plus récents.. Un doublé lors de la saison 1983-1984 a permis au club de remporter le championnat et la Coupe avec l’inoubliable ligne offensive composée par Dani, Manuel Sarabia et Estanislao Argote.


Contrairement à la plupart des autres clubs, qui vivent pour le présent et prennent des recrues pour un succès à court terme, "l’Athletic pense sur le long terme”, a confié Iturbe. "L’Athletic n’est pas intéressé pour recruter un jeune joueur si deux ans plus tard il doit partir en raison de problèmes avec sa vie personnelle."


"Vous devez penser à l'avenir avec ces joueurs et c’est comme regarder dans une boule de cristal. Dans les équipes de jeunes, les changements se produisent rapidement en ce qui concerne le développement physique, la tactique et les questions techniques... Le club doit penser à long terme ".

 

“C’est compliqué, mais cette philosophie peut avoir un avenir”, confie Iturbe. “Tout est basé sur le travail des entraîneurs et l’Athletic, avec les clubs affiliés, peuvent montrer que leur méthodologie est tout aussi efficace [pour les joueurs] que la compensation financière. L’Athletic a une grande responsabilité.”


"L'objectif est que ces joueurs arrivent à jouer en première division et qu’ils montrent que le travail du système du centre de formation porte ses fruits. Actuellement, sur les 25 joueurs de l'équipe première de l'Athletic, 18 sont passés par les rangs jeunes. C’est un nombre important. "


En attendant, San Mames attend avec impatience le derby contre la Real Sociedad. C’est un duel avec une saveur particulière. L’équipe de San Sebastian a aussi une bonne politique de jeunes - avec une douzaine de joueurs de l’équipe première qui sont passés par l’acamédie.


"Je ne ferais pas signer des étrangers”, explique Iturbe. "La méthode de la Real Sociedad est bien, mais tant que l’Athletic est dans l'élite, c’est très agréable de travailler avec notre actuelle perspective.”

Read more Innovators articles on Sony x Football!