Mondial 2014 - La Roja en plein doute

L’Espagne a été accrochée par la Finlande (1-1) vendredi, une contre-performance bien mal venue avant son déplacement mardi à Saint-Denis face à la France.

Vicente Del Bosque et ses joueurs ont encore une fois vérifié l’adage qui dit que dominer n’est pas gagner. Entre des imprécisions offensives et une mauvaise gestion du résultat, la Roja a beaucoup de chantiers à reconstruire avant d’affronter la France mardi.

Vendredi soir à Gijon, Vicente Del Bosque et ses joueurs n’ont pas compris comment la victoire a pu leur échapper face à la Finlande. "Ça semble impossible qu'après avoir dominé comme ça les deux périodes, nous ayons été rejoints au score. Nous aurions pu être plus réalistes devant les buts. Je crois qu'il nous a manqué de tuer le match avec un second but. Eux sont restés cadenassés et l'impensable est arrivé, ils ont marqué" s'est étonné Del Bosque en fin de rencontre. Dominatrice mais stérile offensivement, on a eu l’impression que Sergio Ramos, et ses coéquipiers ont perdu le grain de folie qui a fait leur succès depuis 2008. Les visiteurs Finlandais, bien que repliéssur leurs buts, la plupart du temps, n'ont eu besoin que d'une contre-attaque bien placée et conclue par Pukki, pour glacer les supporters ibériques et semer le doute dans la tête des Espagnols. Première conclusion de ce match, ce résultat donne l’impression que les doubles champions d’Europe et champions du Monde en titre ne semblent plus avoir de marge sur leurs adversaires.

Les journaux ibériques n’ont pas perdu de temps pour s’attaquer à cette prestation de leurs ambassadeurs qui les ont habitué à beaucoup mieux depuis 2006. «Le Mondial en péril» titre le journal catalan Sport, tandis que pour El Mundo Deportivo c'est «L'alerte Rouge» Une situation qui traduit toute l’inquiétude des Espagnols quant aux chances de qualification directe de la Roja pour le Mondial 2014.

Les Bleus peuvent y croire

Reléguée à deux points de l'équipe de France, qui lors de la même soirée a battu la Géorgie, l'Espagne débarquera certainement gonflée à bloc à Saint-Denis mardi. "Il faut y aller pour gagner mardi, tout donner pour gagner là-bas, ce qui changerait tout. Mais la qualification est entre nos mains, il faut se reposer et s'entraîner avant d'être au top pour mardi" a déclaré Cesc Fabregas à l’issue de la rencontre. Privé de David Silva suspendu pour avoir été averti en toute fin du match contre la Finlande, et de Jordi Alba, blessé à la cuisse gauche à la 81e minute du match contre la Finlande, l’Espagne poura compter sur le retour de ses les milieux, Xabi Alonso et Xavi Hernandez, ménagés en vue du match contre la France. Des retours qui seront certainement très bénéfiques pour l’Équipe d’Espagne car si la Roja n’a pas réussi à faire la différence face à la Finlande, c’est surtout par manque d'impact et de créativité au milieu de terrain.

l'Espagne, blessé dans son amour propre, débarquera à Saint-Denis, mardi, avec la ferme intention de faire oublier cet affront contre la Finlande et rectifier le nul concédé contre la France le 16 octobre dernier à Vicente Calderon. La Roja sera donc plus dangereuse que jamais alors que la France aura juste besoin d’un nul pour conserver son destin entre les mains dans ces éliminatoires.