Barça-Atlético (1-1), le Barça n'en profite pas

Face à une équipe de l'Atletico recroquevillée dans sa moitié de terrain, le Barça n'a pas été capable de profiter du nul du Real. Les Catalans ont aussi perdu Messi sur blessure.

5e journée de la Liga

Barça-Atlético Madrid : 1-1

Buts : Rakitic (41e); Correa (61e)

De toutes les luttes que Diego Simeone a mené depuis qu’il a pris les rênes de l’Atletico Madrid, remportant un titre de Champion d’Espagne et parvenant deux fois en finale de Ligue des Champions, la plus dure a assurément été de jouer le Barça en Liga.

En neuf matches contre le FC Barcelone, le technicien argentin ne s’est en effet jamais imposé contre les coéquipiers de son compatriote Lionel Messi, cumulant sept défaites et deux matches nuls en neuf rencontres de championnat. 

C’est donc sans surprise qu’il adoptait ce soir une tactique défensive au Camp Nou avec deux lignes de quatre et un duo français en attaque formé par Gameiro et Griezmann pour utiliser au mieux les brèves baisses de régime des hôtes. Le match commençait comme chaque match au Camp Nou, avec une possession de balle nettement à l’avantage des joueurs de Luis Enrique menés par leur trident offensif Messi – Neymar – Suarez.
La densité défensive madrilène, qui leur a permis de remporter un titre de champion, se montrait toutefois et l’Uruguayen devait souvent s’excentrer pour toucher le ballon. Oblak était donc relativement épargné pendant la première demi-heure.

Si les Barcelonais baissaient le pied, leurs adversaires changeaient aussi de rythme pour passer à la vitesse supérieure. Sur quelques saillies, Griezmann et Gameiro semaient la panique dans la défense adverse. Juste assez pour que les Blaugranas reprennent leur marche en avant et ouvrent enfin la marque juste avant la pause après un corner joué à deux et déposé par l’excellent Iniesta sur la tête de Rakitic.
Simeone rentrait au vestiaire avec un air fataliste, conscient que le Barça avait fait le plus dur. 

Pourtant, malgré la reprise de leur domination au retour des vestiaires, les Blaugranas allaient subir deux coups durs à la suite qui rééquilibraient les débats. Busquets touché au poignet gauche et Messi à l’adducteur droit laissaient leur place, et sur un bref moment d’inattention c’étaient deux nouveaux entrants de l’Atleti, Torres et Correa, qui combinaient pour le but égalisateur.

La profondeur du banc des deux équipes, le choix des entraîneurs semblait décisif. Le score était de un partout et le match devenait fou, la balle allant d’un but à l’autre, le génie de Neymar se mesurant à celui de Griezmann.

En panne d’idées, les Barcelonais laissaient les Colchoneros revenir dans le match. Ni Suarez, ni Neymar ne faisaient la différence. Le système blaugrana perdait lui en fluidité sans Busquets. La résilience des joueurs de Simeone payait finalement, preuve que tout est possible dans ce championnat où le Real Madrid a également été tenu en échec à domicile ce soir.