Isco, un Iniesta au Real Madrid

Par son style de jeu et sa personnalité, Isco, le milieu offensif du Real Madrid, rappelle furieusement Andrés Iniesta à ses débuts.
ANALYSE
Par Alberto Pinero | Madrid


On dit que de la matière qu'elle ne se crée pas et qu'elle ne se détruit pas, mais qu'elle se transforme. En football, c'est la même chose pour la situation des idoles. Toujours les idoles. Ce rôle change certains joueurs quand le temps passe. Il y a celles qui explosent, et celles qui s'éteignent. Mais il y a toujours des joueurs à admirer. Et si Barcelone entre dans une phase où Andres Iniesta donne l'impression de fléchir, à Madrid, un joueur aux caractéristiques similaires ne cesse de progresser : Isco Alarcón. Ils n'ont aucun lien mais leurs destinées se sont croisées avec le Clasico comme point d'orgue, la semaine dernière.

Johann Cruyff l'avait déjà dit cet été : "Maintenant, c'est le Real Madrid qui recrute de bons manieurs de ballon. Pendant de nombreuses années, c'était Barcelone." Le style du toque n'est plus la propriété unique de Barcelone, l'institution ne perpétue plus ses vieilles habitudes qui en faisaient une équipe céleste, elle est devenue plus terre à terre, plombée par les baisses de forme de certains de ses joueurs clés, dont Iniesta. A l'inverse, si le Real Madrid, il y a quelques années, était roi dans l'art du contre, il prouve désormais qu'il peut aussi bien s'illustrer dans un football de possession. Isco est précisément l'un des leaders de cette nouvelle image sous Ancelotti. La technique et le toucher de l'ancien joueur de Malaga éclairent un jeu déjà brillant au milieu de terrain. Comme lorsqu'Iniesta a émergé il y a quelques années au sein du Barça de Pep Guardiola.

En plus de ses qualités techniques, Isco a ajouté une dose de sacrifice défensif dans une équipe aujourd'hui parfaitement équilibrée, et adulée. Au Real Madrid, en particulier, mais aussi dans le reste du pays, le petit meneur de jeu est admiré car c'est un produit du système espagnol, il incarne l'avenir de la Roja, il a parfois été la cible de critiques injustes, mais est parvenu à surmonter ses difficultés au terme d'une remise en cause personnelle. Et si cela ne suffit pas, il donne également une bonne image par son attitude avec son sourire, sa jeunesse, son naturel et  son honnêteté.

Au Power 8 Stadium, il a eu droit à une ovation. Comme au stade Santiago Bernabeu récemment. Dans le stade de Barcelone il y avait aussi des supporters du Real Madrid, mais la scène a rappelé à tous les heures de gloire d'un Andres Iniesta acclamé par l'Espagne entière. L'analogie entre les deux joueurs est encore plus forte. Leurs trajectoire et leur immense influence les lient. C'est la preuve, encore une fois, que le football fait rapidement éclore ses nouvelles idoles. Et que si Andrés Iniesta a échappé une fois au Real Madrid, il ne lui échappera pas deux fois.
Get Adobe Flash player