ESP, Barça - Une défaite et des questions

Ayant laissé échappé le titre de champion en perdant samedi face au Real (1-2), le club catalan se retrouve à la croisée des chemins. Et à la fin d’un cycle ?
Il est toujours dangereux de tirer des conclusions après une seule défaite. Mais il n’est pas aussi bête de s’interroger sur la forme d’une équipe au bout de deux revers de rang. Surtout lorsqu’il s’agit d’une formation contre le Barça. Depuis mai 2009, les Catalans n’avaient plus connu le malheur de tomber deux fois de suite. En cédant face à Chelsea (0-1) puis contre le Real (1-2), ils découvrent donc une situation quasi nouvelle sous l’ère Pep Guardiola. Une situation qui incite à s’interroger sérieusement sur leur ambition et leur appétence pour le succès, si ce n’est pas sur leur valeur collective. Une valeur, qui, de l’extérieur, laisse transparaitre un début de déclin.

Guardiola s’est trompé

Si en Ligue des Champions contre les Blues, les Barcelonais ont affiché un visage acceptable, essuyant un résultat qui n’était pas vraiment mérité au regard de la physionomie du match. On ne peut pas en dire autant en ce qui concerne leur deuxième accroc de la semaine. Face aux Merengue, ils avaient l’obligation de s’imposer pour croire encore au titre. Au lieu de cela, les Blaugrana, et à leur tête Lionel Messi, ont subi les événements comme rarement. A la fin de la rencontre, Pep Guardiola avait beau affirmer que son équipe « n’avait pas renié ses principes », il était difficile de reconnaitre ce Barça-là. Embourbés dans un système de jeu qu’ils ne maitrisent pas encore vraiment (3-4-3), les Catalans ont, certes, dominé, mais sans jamais vraiment mettre en danger leurs rivaux comme ils avaient l’habitude de le faire.

La responsabilité de cette prestation en dents de scie incombe naturellement aux joueurs, mais aussi à leur entraineur. Avant même le coup d’envoi du match, en voyant le onze de départ blaugrana, il était légitime de douter de son envie de remporter ce Clasico. En titularisant des joueurs comme Thiago, et surtout Tello, le technicien catalan a réduit volontairement les chances de sa formation de sortir victorieuse de cette confrontation. Car, qu’on le veuille ou non, le duo en question n’a pas encore l’expérience de ce genre de rendez-vous. Et quand on ajoute à cela les absences inexpliquées de Gérald Piqué, en défense, et celle de Pedro, en attaque, il devient presque évident que sur la balance des forces en présence, le Real partait avec un réel avantage.

Le Barça va donc abandonner son trône national à son ennemi juré. Mais, ce n’est pas sur le match d’hier qu’il l’a perdu. Cela étant, contre les Merengue, ses joueurs ont laissé entrevoir une certaine lassitude et un manque de motivation. Lorsqu’ils étaient menés à la marque, on ne les pas a sentis blessés ou touchés dans leur orgueil. Et c’est peut-être ce qu’il y a de plus inquiétant après cette défaite. Après avoir tant gagné durant les années écoulées, cette équipe est-elle aujourd’hui aussi déterminée à se surpasser et briguer les trophées ? C’est dans la durée que se dessinera la réponse. Une indication devrait même survenir très rapidement, à savoir mardi lorsque Xavi et compagnie accueilleront Chelsea à Camp Nou. Sous l’ère Guardiola, ça ne sera peut-être pas le plus passionnant des matches, mais il ne sera pas loin d’être le plus important.

A lire aussi :

Tout sur la Liga

Suivez Naïm Beneddra sur