Euro 2012 - La Russie ne plaisante plus

Habituée à entamer ses compétitions à l’envers, la Russie a agréablement surpris vendredi lors de son premier match de l’Euro 2012 contre la Rep. Tchèque (4-1).
Ils étaient beaucoup à parier sur un succès russe face à la République Tchèque en ouverture du Groupe A de l’Euro, mais pas dans ses proportions là. A Wroclaw, les représentants du pays le plus vaste de l’Europe ont fait étalage vendredi de toutes leurs qualités pour aller cueillir un succès impressionnant, mais aussi très important. C’est sur le score improbable de 4 buts à 1 qu’ils ont fait voler en éclats l’équipe tchèque. Une vraie démonstration de force qui a été saluée par tout le continent, et qui place définitivement cette sélection comme l’un des principaux outsiders de cette compétition.

Dzagoev, la belle surprise

Toujours placée, mais jamais gagnante, la Russie a donc réussi à entamer son tournoi par le bon bout. Ce match-là, elle devait absolument le gagner, mais elle ne s’est pas contentée du strict minimum. Au résultat, Andriy Arshavine et ses coéquipiers ont su aller la manière et avec beaucoup d’efficacité. A l’exception d’un petit quart d’heure de doute en début de seconde période, ils ont dominé cette partie de la tête et des épaules. « Ça a été une rencontre magnifique » a reconnu le sélectionneur Dick Advocaat, « si vous marquez quatre buts face à la République Tchèque c’est que forcément vous avez fait du bon travail ». « On a réussi une entame parfaite et tout est devenu ensuite subitement plus facile » a enchéri l’un des buteurs de la partie, Roman Shirokov.

Si la Russie s’est montrée aussi séduisante c’est grâce à ces vertus collectives, mais pas seulement. Individuellement, la plupart des joueurs ont tous évolué à leur meilleur niveau. Pour Advocaat, ce fut d’ailleurs l’une des agréables surprises de la soirée. « Tous les joueurs n’ont pourtant eu qu’une semaine de coupure » a-t-il fait remarquer. Décevant durant ces derniers mois à Arsenal, Arshavine est, par exemple, au sommet de son art, retrouvant un peu de ce qui faisait sa classe à l’occasion du dernier Euro. Roman Pavlyuchenko, l’autre frustré de la Premier League, a aussi réalisé une brillante rentrée, tandis que le jeune Alan Dzagoev (21 ans), avec son doublé marqué, a ébahi toute l’assistance. Le sociétaire de CSKA Moscou a fait comprendre pourquoi le Real s’intéressait de près à lui il y a quelques années. « C’est un grand talent, il s’améliore après chaque match » a confié à son sujet son sélectionneur.

Avec une victoire aussi probante, la Russie se met naturellement dans une position idéale en vue d’une qualification pour les quarts. On voit d’ailleurs très mal comment elle pourrait échouer dans cette mission. D’autant plus que sa marge de progression reste encore importante, si l’on en croit les propos d’Advocaat : « On a mis quatre buts, mais on aurait pu en mettre plus. On doit encore travailler la finition ». Une déclaration qui a de quoi inquiéter sérieusement ses futurs opposants. En plus d’être compétitive, la Russie est donc très ambitieuse et elle est déterminée à aller le plus loin possible dans ce tournoi. « C’est toujours très important de gagner le premier match, mais les prix ne sont décernés qu’à la fin » a conclu le technicien néerlandais. Demi-finaliste en 2008, la Russie n’a donc plus peur d’afficher ses prétentions.

A lire aussi :

Tout sur l’Euro 2012