Rétro Euro 1992 - L'invité surprise danois

Le Danemark a appris 2 semaines avant le début de l'Euro 92 qu'il participerait à la compétition, à la faveur de l'exclusion de la Yougoslavie. Il finit par remporter le tournoi !
PAYS HÔTE - SUEDE

Le neuvième championnat européen est organisé par la Suède, la FIFA ne souhaitant pas que l'Espagne accueille l'événement, le pays préparant déjà l'EXPO de 1992 (Séville) ainsi que les Jeux olympiques d'été lors de la même année.

Ainsi la Suède hérite de l’organisation d’un tournoi majeur de football pour la première fois, depuis la Coupe du Monde 1958, soit 34 années plus tôt. Les lieux choisis pour recevoir les rencontres sont Göteborg (stade Ullevi), Solna (Rasunda Stadium), Malmö (Malmö Stadium) et Norrkoping (Idrottsparken). Exceptionnellement, la capitale et plus grande ville du pays, Stockholm, n’en fait pas partie, car elle ne bénéficie pas des infrastructures nécessaires.


En se qualifiant automatiquement comme pays hôtes, la Suède joue sa première phase finale – durant laquelle les premiers noms de joueurs apparaissent sur le dos des maillots de chaque joueur.

QUALIFICATIONS

EN 1992...
* L’Union Européenne est fondée, avec la signature du traité de Maastricht.

* Le chanteur Paul Simon devient le premier artiste majeur à visiter l'Afrique du Sud, après que le boycott culturel soit levé.

* Lors des Jeux Olympiques d'été de Barcelone, Gail Devers (Etats-Unis) remporte la finale féminine du 100 m – sans doute la course la plus disputée de l'histoire, avec cinq femmes terminant à 0.06 secondes les uns des autres.

* La Suède remporte les championnats du monde de hockey sur glace à Prague.
 
* La Fédération de Russie est officiellement formée. Le président Boris Eltsine annonce ne plus viser les villes américaines avec des armes nucléaires.
Les grands changements politiques de l’époque ont un impact sur le championnat. Invaincu l’URSS se qualifie, en terminant en tête du groupe 3 devant l'Italie, avant de changer de dénomination. Ainsi l'ancienne Union soviétique participe au Championnat d’Europe en Suède sous le nom de Communauté des États indépendants (CEI), rassemblant la Russie, l'Ukraine, la Biélorussie, le Kazakhstan, l'Ouzbékistan, le Turkménistan, le Kirghizstan, l'Arménie, l'Azerbaïdjan, la Moldavie et le Tadjikistan.

La Yougoslavie réalise l’exploit en sortant première du groupe 4, mais ses espoirs sont mis à néant par le déclenchement de la guerre civile dans le pays. Deux semaines avant que la phase finale ne débute, la Yougoslavie reçoit des sanctions de la part de l'ONU et son conseil de sécurité. La FIFA suspend de suite la sélection, et invite le Danemark à la remplacer.

L'Allemagne participe pour la première fois à la compétition en tant que pays réunifié, prenant la relève de l’Allemagne de l'Ouest et celle de l’EST. L'Allemagne réunifiée sort vainqueur de son groupe devançant d’un point le Pays de Galles.

La France remporte aisément son groupe 1 avec un bilan parfait, huit victoires en autant de rencontres, devançant la Tchécoslovaquie de six points, l'Espagne de dix. Le groupe 2 est plus serré, seulement deux points séparent les quatre premiers. L'Ecosse termine en tête pour atteindre pour la première fois la phase finale.

Les champions en titre néerlandais finissent eux aussi à la première place dans le groupe 6, avec deux points d'avance sur le Portugal. Marco van Basten marquant huit de leurs 17 buts. L'Angleterre, quant à elle, a bataillé dur pour accrocher la première place du groupe 7. Les Anglais n’avaient besoin que d'un point, lors de leur dernière rencontre en Pologne pour se qualifier. Mais à 13 minutes de la fin, la sélection des Three Lions se voyait menée, synonyme d'élimination, mais Gary Lineker égalisa, envoyant ses coéquipiers en Suède, au détriment de la République d’Irlande de Jack Charlton.
 
PHASE FINALE DU TOURNOI

Meilleurs buteurs

Dennis Bergkamp
Tomas Brolin
Henrik Larsen
Karl-Heinz Riedle
Pays
Pays-Bas
Suède
Danemark
Allemagne
Buts
3
3
3
3
Le Danemark avait deux semaines pour préparer sa phase finale. De plus, le meneur de jeu star Michael Laudrup était absent. Il n'était donc guère surprenant que le premier match soit un nul 0-0 contre l'Angleterre et que le deuxième soit une défaite 1-0 devant la Suède de Tomas Brolin et Martin Dahlin. La France entraînée par Michel Platini allait faire la première les frais de cet invité surprise en s'inclinant 2-1 dans le Groupe 1. Le Danemark se qualifiait pour les demi-finales avec la Suède.

La géopolitique avait influé sur le Groupe 1. Elle se faisait aussi sentir dans le Groupe 2. L'Allemagne arrivait pour la première fois avec un équipe réunifiée et l'URSS s'appelait désormais Communauté des Etats indépendants (CEI). Le Groupe était remporté par les Pays-Bas, détenteurs du titre. Un jeune prodige du nom de Dennis Bergkamp faisait la différence contre la CEI et marquait encore lors de la victoire 3-1 contre l'Allemagne, qui prenait la deuxième place du groupe.

Bergkamp levait encore les bras en demi-finale, mais Henrik Larsen le faisait une fois de plus que lui en faveur du Danemark. L'égalisation signée Frank Rijkaard en fin de match signifiait la prolongation puis les tirs au but. Un exercice dans lequel Peter Schmeichel stoppait la tentative de Marco van Basten, le héros de 1988. La "Danish Dynamite" était amorcée pour la finale.

Les joueurs de Møller-Nielsen affrontaient alors l'Allemagne de Berti Vogts à Göteborg, après que Karlheinz Riedle eut fait pleurer le pays organisateur (3-2). John Jensen marquait le premier but de la finale après 18 minutes. Kim Vilfort mettait un point final à cette histoire extraordinaire en seconde période alors que Schmeichel se montrait une nouvelle fois providentiel.


 
LA FINALE
Danemark 2-0 Allemagne

Les joueurs de Richard Møller-Nielsen affrontaient alors l'Allemagne de Berti Vogts à Göteborg, après que Karlheinz Riedle eut fait pleurer le pays organisateur (3-2). Redoutable machine à gagner l'Allemagne avait remporté le mondial 1990 et était apparu lors de quatre finales de championnats d'Europe des nations.

Peter Schmeichel au eu du travail dès les premières minutes, ayant du sortir des frappes de Karl-Heinz Riedle, Stefan Reuter et Guido Buchwald.

Le Danemark a réécrit le script. John Jensen marquait le premier but de la finale après 18 minutes. Avant, il n'avait marqué qu'une seule fois en 47 matchs avec la sélection danoise. Plus tard, il a fallu 98 matchs au héros danois pour marquer encore sous les couleurs d'Arsenal !

Les hommes de Nielsen, ont défendu tranquillement sous la pression, avec des contres réguliers. Kim Vilfort mettait un point final à cette histoire extraordinaire en seconde période alors qu'il revenait juste de visiter sa fille souffrant de leucémie, tandis que Peter Schmeichel se montrait providentiel pour les 18 minutes restantes à jouer. Peter Schmeichel a admis après le match : “Nous n'avons toujours pas compris ce que nous avons fait.”
 
Joueur du Tournoi

Deuxièmes du groupe 1 derrière le pays organisateur, les Danois rejoignent les Pays-Bas en demi-finale. Henrik Larsen réussit un doublé mais les Néerlandais égalisent grâce à Dennis Bergkamp et Frank Rijkaard.

Pendant les prolongations, Peter Schmeichel, élu meilleur gardien de l'année 1992, repousse la tentative de Bryan Roy, le joueur de l'Ajax Amsterdam. Le gardien de Manchester United stoppe ensuite le tir au but de Marco van Basten, meilleur buteur de l'Euro 1988 et héros national aux Pays-Bas.

En finale, Peter Schmeichel parvient à contenir les assauts répétés des attaquants allemands Stefan Effenberg, Jürgen Klinsmann et Karl-Heinz Riedle. Grâce à son efficacité offensive, le Danemark remporte le match
2-0 et remporte la Coupe Henry Delaunay pour la première fois de l'histoire.
 
Moment du Tournoi

Peu d'observateurs auraient pariés sur un succès du  Danemark sur les Pays-Bas en demi-finale. Brian Laudrup et Henrik Andersen, les deux stars de l'équipe, étaient tous les deux blessés, tandis que John Sivebaek boitait. Mais quand Peter Schmeichel a sorti le second tir au but des Oranje, tiré par Marco van Basten lui même, le conte de fée était sur de se poursuivre.

Match du Tournoi
 
Pays-Bas 3-1 Allemagne

Ce match du Group B était un classique et surtout un remake de la demi-finale de 1988 et ce sont encore les Bataves qui l'ont emporté. Le coach allemand Berti Vogts a certes du revoir ses plans pour causes de multiples blessures dans son groupe, mais les champions en titre bataves étaient aussi très mobiles, à l'image de Frank Rijkaard et Rob Witschge, tous deux buteurs. Marco van Basten a touché la transversale d'une superbe volée, tandis que l'effervescent Jurgen Klinsmann a réduit le score pour l'Allemagne; mais Dennis Bergkamp a fait le break pour les Oranje de la tête.