Après Thomas Lemar, Caen présente son nouvel espoir : Yann Karamoh

Yann Karamoh, que l'on définit comme "la bonne surprise" du Stade Malherbe cette saison, va affronter l'AS Monaco de l'ancien Caennais Thomas Lemar, mercredi au stade Louis II.

Il y a quelques mois, Yann Karamoh n'avait pas encore eu la chance de s'entraîner avec le groupe professionel. Aujourd'hui, il s'est fait une place dans l'équipe de Patrice Garande. Une ascension pleine de promesses pour ce jeune ailier de 18 ans que le Stade Malherbe a fait signer pro l'an passé. "C'était une évidence que lui et Jean-Victor Makengo passent pro", reconnaît Alain Caveglia, interrogé par nos soins, qui savait Karamoh prometteur et le définit comme "la bonne surprise" de la première partie de saison. "On savait qu'il avait des qualités, précise le directeur sportif du club. C'est pour ça qu'il a intégré le groupe à la reprise. Depuis qu'il joue, il démontre beaucoup de choses. Je ne dirais pas que c'est un titulaire parce que c'est un jeune joueur, mais il a su gagner sa place."

À Caen, le centre de formation travaille et progresse

Aligné contre Metz (3-0) le week-end dernier, Yann Karamoh a brillé avec un but et une passe décisive, ce qui est venu confirmer sa belle prestation contre Dijon (3-3), soldée également par un but et une "passe dé" quinze jours plus tôt. "Je l'ai vu à l'entraînement, notamment la dernière semaine avant qu'on parte en vacances. On sentait qu'il avait du potentiel", confirme à Goal Dennis Appiah, l'ancien latéral droit du club transféré à Anderlecht l'été dernier. Il est inscouciant dans sa manière de jouer, il aime provoquer et je pense que c'est sa force." Mais l'international U19 a encore des progrès à faire. "Il doit s'améliorer devant le but, constate Alain Caveglia. Il a de grosses qualités de vitesse. C'est un joueur doué techniquement, mais il doit marquer beaucoup plus. C'est un gros point à travailler et c'est normal. Il n'a que 18 ans et il a l'avenir pour progresser. Il est capable de marquer du pied droit, du pied gauche et de la tête et il est sur la bonne voie pour devenir un très, très bon attaquant."

À la question 'peut-il être comparé à Thomas Lemar, qui a aussi été formé à Caen et qu'il retrouvera mercredi au Stade Louis II', la réponse est non. "Ce sont deux joueurs complètement différents. On ne peut pas faire une comparaison entre Thomas et Yann. Thomas est un autre profil de joueur. La seule chose qu'on peut dire c'est qu'au centre de formation du Stade Malherbe on travaille bien", lâche tout sourire Alain Caveglia, qui se réjouit de voir un nouveau jeune du centre de formation pointer le bout de son nez avec l'équipe première.

"Lemar et Karamoh n'ont pas les mêmes qualités "

Également sondé sur cette question, Dennis Appiah partage le point de vue de l'ancien attaquant de l'Olympique Lyonnais. "Ils n'ont pas les mêmes qualités et il faudra attendre un peu avant de pouvoir les comparer. Thomas, c'est sa troisième année de Ligue 1. Il a joué la Ligue des champions, a intégré l'équipe de France. Yann vient de commencer. Laissons le faire sa saison", nous a confié celui qui a été élu meilleur joueur par les supporters caennais la saison passée. "C'est trop tôt (pour les comparer), reprend-t-il. Thomas, c'est Thomas. C'est un joueur exceptionnel, qui l'était déjà à Caen. L'environnement a fait que c'était difficile pour lui d'exploiter ses qualités là-bas. Mais avec Monaco, il joue les premiers rôles en championnat et c'est forcément plus simple."

Passer de Caen à Monaco, des Espoirs aux A, voilà un parcours qui a de quoi inspirer le jeune Yann Karamoh. Mais chacun garde son registre et "Thomas est plus dans la technique, dans la vision du jeu alors que Yann va percuter et faire des appels." Ce que confirme Dennis Appiah. "Karamoh est assez percutant, il aime éliminer. Quand il est monté avec nous il jouait sur ça avec plus ou moins de succès. Il avait déjà les qualités qu'il montre aujourd'hui", se rappelle-t-il. Des qualités à travailler encore et encore pour continuer à gravir les échelons.