PSG, pour Augustin tout est arrivé très vite, mais le rêve ne s'arrête pas là

À 18 ans, Jean-Kevin Augustin est 20e de notre classement des meilleurs espoirs de la planète. Une ascension rapide pour un enfant du PSG.

Voir un joueur du PSG présent dans notre classement des 50 meilleurs espoirs mondiaux est une preuve de la qualité de la formation parisienne. Chaque génération a connu des talents issus de la région francilienne qui n’ont pourtant pas toujours démarré dans le grand club de la région. Une erreur qu'ont vite souhaité réparer les dirigeants Qataris lors de leur arrivée dans la capitale. 

Jean-Kevin Augustin n’est pas dans ce cas. L'attaquant, natif de Paris, est aujourd'hui devenu professionnel avec son club de coeur. "C’est un plaisir d’être dans les 50 meilleurs espoirs du monde, nous a déclaré l’attaquant de 18 ans souriant mais presque un peu gêné de recevoir une distinction individuelle. C’est forcément flatteur pour moi."

Originaire de Plaisir (Yvelines – 78), le jeune homme débarque au PSG en 2009 après un passage par l’AC Boulogne-Billancourt, la ville la plus proche du Parc des Princes.  Il n’a alors que 13 ans et part faire sa préformation à Verneuil (Yvelines -78) avant d’intégrer le centre de formation du PSG à 15 ans. Toujours surclassé, Jean-Kevin Augustin profite, dès son arrivée, du départ de Moussa Dembélé vers Fulham pour se faire une place dans les U17 nationaux du club.

Depuis, "JK", comme il est surnommé dans le vestiaire, gravit les échelons les uns après les autres au PSG avant de se retrouver chez les pros à l’aube de la saison 2014/2015. Laurent Blanc décèle alors le potentiel de l’adolescent. "C’est un joueur que l’on a considéré dès la saison dernière", explique l’entraîneur français. Aux Etats-Unis en début de saison ou à Doha en décembre dernier, Jean-Kevin Augustin a profité des stages pour se faire remarquer. 

La puissance comme première qualité

Si vous regardez jouer Jean-Kevin Augustin pour la première fois, ne vous étonnez pas de ses qualités physiques au dessus de la moyenne, caractérisées par une grosse accélération. "Mon jeu est basé là-dessus, avec l’explosivité, affirme l’attaquant. En dehors des séances, je bosse à la salle de musculation." Maxwell ne dresse pas un portrait contraire. "Il a de la vitesse, il est puissant et il est fort physiquement, affirme-t-il à Goalir… Malheureusement, nous avons beaucoup d’attaquants donc il n’a pas énormément de temps de jeu. Mais à chaque fois qu’il est entré sur le terrain, il a montré ses qualités."

Au fil de son éducation footballistique, le joueur se rend vite compte que cela ne suffira pas pour atteindre le plus haut niveau. Les premiers entraînements avec les professionnels font office de révélation. Quand il fallait 4 ou 5 occasions en jeune à l’attaquant pour marquer, les leaders du vestiaire parisien ne lui laissent pas cette latitude à l’échelon supérieur.  "Il avait besoin de travailler certaines choses quand il est arrivé", concède Laurent Blanc

"Cadrer, avant de penser à frapper fort"

"J’ai surtout progressé devant le but, admet de son côté le joueur. Mais j’ai encore beaucoup de progrès à faire à ce niveau-là. En s’entraînant avec des grandes stars tous les jours, tu ne peux que réussir. Mes coéquipiers me disent qu’il faut que je cadre avant de penser à tirer fort." Maxwell fait partie de ces joueurs qui lui fournissent des conseils et il ne compte pas s'arrêter là avec lui : "On espère qu’il continuera à se motiver chaque jour même s’il ne joue pas beaucoup. On va tout faire pour l’aider à grandir comme joueur."

Au sein du club, tous ne prédisaient pourtant un avenir doré au Parisien. L’environnement d'un club, qui se place comme un prétendant à la victoire finale en Ligue des champions, l’a aidé à se surpasser pour devenir aujourd’hui la 20e promesse de notre classement.

Dans la tête aussi Jean-Kevin Augustin n’est plus le même. À 18 ans, le garçon laisse doucement place à l’homme qui comprend de mieux en mieux les exigences du haut niveau. "Quand on est un jeune joueur au PSG, il y a beaucoup de concurrence et il faut être très bon, affirme Laurent Blanc. Il faut donc continuer à progresser mais pour jouer régulièrement, il faut être très très fort." Une situation qui pourrait permettre à Jean-Kevin Augustin d’aller passer 6 mois ailleurs pour se tester après avoir marqué son premier but en Ligue 1 cette saison face à Troyes (4-1) et connu ses premières minutes en Ligue des champions à Malmö (0-5). 

La décision de partir, même temporairement est difficile à prendre car elle comporte des risques. Comment le jeune homme va-t-il réagir dans un nouvel environnement où il aura forcément plus de responsabilités et où il sera moins protégé ? Jusqu’à maintenant, tout est arrivé très vite pour l’attaquant francilien. Ça pourrait ne pas s'arrêter là. Le centre de formation du PSG pourrait alors brandir le nom de Jean-Kevin Augustin comme un trophée.