Bilan mercato : en retrait, la Ligue 1 fait grise mine

Après la fin du mercato estival, place au bilan. Et il n'est pas fameux pour les clubs de l'Hexagone, qui font face à un contexte économique compliqué.
Hormis l’arrivée onéreuse de David Luiz, la Ligue 1 n’a pas pesé bien lourd sur le marché des transferts cet été. La faute au fair-play financier pour certains, aux ambitions moindres pour d’autres et aux problèmes financiers en général. Sur le plan européen, la France est largement en retrait par rapport aux deux dernières saisons. Tour d’horizon des cinq locomotives du championnat quelques heures après la clôture du mercato estival. 

Le Paris Saint-Germain

Le double champion de France en titre, plus gros budget de Ligue 1, a évidemment été l'un des points centraux de ce marché des transferts. Sa force financière et ses objectifs à court et long termes font du club de la capitale un endroit toujours à la mode. Mais ce premier mercato estival post-Leonardo a été bien calme, plus que d'habitude. Le gros coup a été l’arrivée de David Luiz. Finalisé fin mai avant la Coupe du monde, le transfert, d’un montant de 50 millions d’euros, a perpétué la tradition des grosses signatures à coups de millions initiée à l’été 2011 et l'arrivée des investisseurs du Qatar au club. 

La suite ? Elle devait s’appeler Angel Di Maria. L’Argentin aurait dû permettre à Paris d’avoir dans ses rangs un joueur XXL, capable d’apporter un équilibre à un système tactique qui lui convient parfaitement (le 4-3-3) et d’apporter un poids offensif démesuré, surtout en Europe. Un renfort qui plus est vainqueur de la Ligue des champions en mai dernier et finaliste de la dernière Coupe du monde au Brésil. Du vécu, du talent, idéal pour viser encore plus haut que les quarts de finale en C1. Mais Di Maria n’est jamais venu à Paris. Il était bien une priorité mais le fair-play financier - et son régime d'équilibre financier - instauré depuis quelques mois par l’UEFA a changé les règles. Le chéquier du PSG n'est plus utilisable à volonté.
  • Principe du fair-play financier:

      - Le club engagé en coupe d'Europe ne doit pas dépenser plus qu'il ne gagne
     - "À partir de la saison 2013-2014, les clubs doivent en outre respecter les exigences relatives à l'équilibre financier, en principe ne pas dépenser plus qu'ils ne gagnent"
     
  • ​Dépenses-gains: "Les clubs peuvent dépenser jusqu'à 5 millions d'euros de plus que ce qu'ils gagnent par période d'évaluation (trois ans). Et leurs pertes peuvent même dépasser ce seuil jusqu'à une certaine limite, si elles sont entièrement couvertes par une contribution ou un paiement direct par le(s) propriétaire(s) du club ou une partie liée.

     Cette limite est la suivante :
    - 45 millions EUR pour les saisons 2013/14 et 2014/15 ;
    - 30 millions EUR pour les saisons 2015/16, 2016/17 et 2017/18.

    Cette limite sera encore abaissée par la suite, mais le montant exact n'a pas encore été fixé." (UEFA.com)

"Nous avons discuté avec Florentino Pérez, le président du Real Madrid, mais c'était trop cher et les discussions sont désormais terminées, Il n'a pas été possible de trouver un accord", avait laconiquement précisé Nasser El-Khelaïfi à l’issue de la rencontre face à Reims, le 7 août dernier. Une annonce officielle dont on ne soupçonnait pas la portée à l’époque. Di Maria a finalement rejoint Manchester United le 26 août dernier contre 75 millions d’euros. Le PSG avait-il 75 millions d’euros à dépenser ? Fort probablement mais il n’a pu vendre que pour un seul million d’euros. Au niveau de ses revenus publicitaires, le contrat passé avec le  Qatar Tourism Authority à l'automne 2014, d’un montant estimé entre 150 et 200 millions d’euros selon plusieurs sources de presse, a été revu à la baisse par l’UEFA (environ 100 millions de réduction). Compliqué d'évaluer les actifs du club parisien dans leur globalité et de distinguer ce qui n'a pas fonctionné dans le dossier Di Maria. Mais les faits et leurs conséquences sont là : l'UEFA a bien calmé les ardeurs et les envies de folies au PSG. Même si Nasser El Khelaïfi a martelé dans un entretien donné au Parisien, ce mardi 2 septembre, que l'Argentin était trop cher pour Paris.

Pour fixer un point de comparaison, prenons le cas du Real Madrid. Malgré des revenus publicitaires et marketing très importants, le club madrilène s’est lui aussi assuré la tranquilité avec l'Instance de contrôle financier des clubs (ICFC) en équilibrant ses recettes de pertes et profits sur le marché des transferts (seulement 8 millions d’euros de pertes cet été). On ne vend pas un joueur indispensable à une équipe et à son entraîneur pour le simple plaisir, même quand on se nomme Real Madrid.

C’est avec l’ombre de l’UEFA et son épée financière que le PSG a simplement ajusté son recrutement. Il a laissé partir Christophe Jallet pour un million d’euros à l’Olympique Lyonnais et ainsi recruté le prometteur Serge Aurier. Le latéral droit ivoirien est arrivé en prêt avec option d’achat. Le prêt avec option d'achat obligatoire c'est le leitmotiv et la grande nouveauté de ce mercato 2014. Paris a déjà été sanctionné par l’UEFA pour non-respect des règles du FPF : 60 millions d’euros d’amende, inscription de 21 joueurs dont 5 formés localement, en Ligue des champions à partir de la saison 2014-2015. Des sanctions acceptées, comprises, mais dont on ne veut plus entendre parler.

Nasser El Khelaïfi s'est penché sur le sujet dans un entretien donné au Parisien, ce mardi. "Je ne sais pas si Michel Platini veut tuer le football français mais le fair-play financier n'est pas juste. Il est même difficile de le comprendre. Les grands clubs restent grands et les petits restent petits. On respecte ces règles mais on souhaite discuter avec l'UEFA en octobre pour essayer de faire changer un peu les règles. Sinon les investisseurs ne viendront plus dans le foot, ils iront dans d'autres sports comme la formule 1", a lâché le dirigeant parisien visiblement contrarié par la tournure prise par la situation.
Marché des transferts 2014-2015 : Dépenses : 49,5 millions d’euros - Ventes : 1 million d’euros
Marché des transferts 2013-2014 : Dépenses : 135,90  millions d’euros -  Ventes : 26,50 millions d’euros

Recrutement le plus cher 2014-2015: David Luiz 49,50 millions d'euros
Recrutement le plus cher 2013-2014: Edinson Cavani 64,50 millions d'euros

AS Monaco 

Que se passe-t-il réellement à l’AS Monaco ? Après des semaines et des semaines de rumeurs, Radamel Falcao a finalement été lâché à Manchester United, dans la nuit de lundi à mardi, sous forme d'un prêt payant avec option d'achat (estimé à 10 millions d'euros par la presse britannique). Une officialisation qui s'est faite attendre. La délivrance n'est arrivée qu'à 2H30 du matin heure française. Le Colombien, arrivé à l'été 2013 en Principauté, pierre angulaire de l'ambitieux projet monégasque, n'est plus là. Pas besoin de le regretter, Falcao n'était pas bien dans le championnat français, pas adapté à tous les styles de jeu et encore moins le sien. Son départ prend tout son poids d'un poids de vue coulisses. Il est aujourd'hui en droit de s'interroger autours des intentions des dirigeants russes de l'AS Monaco et de leur projet que l'on pensait aussi pharaonique que celui du PSG. Ces derniers avaient bien fait remarquer qu'ils ne dépenseraient pas des millions chaque été pour anticiper les critiques et garder du crédit. On se doutait bien que ce projet serait compliqué à mener à bien, mais pas qu'il prenne un tel coup de frein aussi rapidement. Les ambitions monégasques sont désormais revues à la baisse, projet à long ou terme ou non. La blessure de Falcao en janvier dernier a au moins permis à l'ASM de pouvoir compter dans ses rangs Dimitar Berbatov. Il sera la nouvelle référence d'un projet clairement porté vers la jeunesse. Un projet dont il ne faudra plus attendre monts et merveilles. Monaco s'est acheté le droit à l'échec.

Au départ du Colombien, l'omniprésent  vice-président de l'ASM, Vadym Vasiliev, y a répondu par un communiqué se voulant optimiste. Même si on a du mal à y croire. "Je regrette notamment pour nos supporters le départ de Radamel Falcao. Mais nous avons estimé qu'à partir du moment où le joueur avait fait part de son envie de rejoindre Manchester United, il n'était pas cohérent de bloquer ce départ.

Il est intéressant de voir qu'aujourd'hui les plus grands clubs souhaitent s'attacher nos joueurs. Mais notre projet ne s'arrête pas là et nous allons continuer à progresser et tout donner pour faire la meilleure saison possible (...)"

 


L'ASM a donc plus fait parler de lui au niveau des départs que des arrivées cet été. Ainsi évolue le destin d’un club. Mais le Rocher a su bien vendre en laissant filer sa perle James Rodriguez contre 80 millions d’euros au Real Madrid, soit presque le double de son prix d’achat (45 millions d’euros). Après sa formidable Coupe du monde, le Colombien était mûr pour être soldé à un grand club. Tel était son destin. Monaco a probablement effectué la meilleure vente de l’été avec cette opération. Autre bonne vente : celle d’Emmanuel Rivière contre 7 millions d’euros à Newcastle.

Qui est arrivé ? Ni Nicolas Gaitan, qui devait être le remplaçant de Rodriguez, ni Hulk,  ni Cristian Rodriguez cité ces derniers jours du côté du Rocher. L’ASM a trouvé en Maarten Stekelenburg une doublure gratuite à Danijel Subasic, après avoir recalé avec fermeté Victor Valdès lors de la visite médicale. Tiemoué Bakayoko est arrivé en provenance de Rennes contres 8 millions d’euros, le gardien Paul Nardi a coûté 3 millions d’euros. Bernardo Silva et Wallace, deux espoirs, ont été prêtés. Sur la ligne d'arrivée, Monaco est un riche qui compte ses sous et qui regarde surtout ses dirigeants en plissant des yeux. Le tumulte de l'été terminé, il va falloir se remettre dans le droit chemin sur un plan sportif. L'ASM, qui conserve un effectif de qualité, se cherche surtout une nouvelle stabilité sportive avec Leonardo Jardim, son nouvel entraîneur.
 

Marché des transferts 2014-2015: Dépenses: 24 miilions d'euros - Ventes: 94,12 millions  d'euros
Marché des transferts 2013-2014 : Dépenses : 177,70  millions d’euros -  Ventes : 4,75 millions d’euros

Recrutement le plus cher 2014-2015: Aymen Abdennour (acheté en janvier 2014) 13 millions d'euros - Été 2014: Tiémoué Bakayoko (8 millions d'euros)
Recrutement le plus cher 2013-2014: Radamel Falcao (60 millions d'euros)

Lille 

Le LOSC a misé sur la stabilité d'un groupe très bien équilibré et performant sur le plan national la saison dernière. Troisièmes du dernier exercice, les hommes de René GIrard ont d'abord surpris en venant concurrencer le PSG à l'automne, douté l'hiver venu, puis fini avec assurance. De Ligue des champions il n'y aura pourtant pas au stade Pierre-Mauroy cette saison. La faute au FC Porto, plus fort et mieux habitué aux joutes européennes. Même sans C1, Lille a de quoi jouer les premières places au championnat. Le club nordiste, qui doit payer la location de son nouveau stade depuis 2012, a simplement ajusté son effectif. Le club, qui pourrait être vendu dans quelques mois, n'a évidemment pas de fonds illimités. Il a agi sur le marché des transferts de manière placée et se consacre surtout à bien vendre depuis deux saisons.

Ainsi, le club nordiste n'a recruté que quatre joueurs: Sébastien Corchia contre 1,80 millions d'euros, plus les prêts de Marcos Lopes et Divock Origi. Ce dernier a été vendu 12,63 millions d'euros à Liverpool qui a ensuite prêté le joueur une saison dans le Nord de la France. Salomon Kalou est parti au Hertha Berlin mais le prix du transfert n'a pas été communiqué par les deux clubs. Le LOSC est allé prendre Michael Frey, un international espoir suisse évoluant aux Young Boys de Berne, dans la dernière ligne droite contre 3 millions d'euros. Globalement le LOSC est entré dans une phase de prudence depuis deux saisons. Le cas Marvin Martin, acheté 10 millions d'euros à Sochaux en 2012, est aussi passé par-là.

Marché des transferts 2014-2015: Dépenses: 4,80 miilions d'euros - Ventes: 14,43 millions
Marché des transferts 2013-2014 : Dépenses : 2,95  millions d’euros -  Ventes : 44,65 millions d’euros

Recrutement le plus cher 2014-2015: Michael Frey 3 millions d'euros
Recrutement le plus cher 2013-2014: Simon Kajer 2,50 millions d'euros

Olympique Lyonnais

Tout va mal à L'Olympique Lyonnais. Si les Rhodaniens avaient bien entamé cette saison 2014-2015, la fin du mois d'août est devenue cataclysmique avec une élimination en barrage de Ligue Europa, qui prive le club de Coupe d'Europe et de ses retombées financières pour la première fois dix-sept ans et u départ en championnat abominable (1 vicoire, 3 défaites consécutives dont deux faces à des promus). On le savait depuis longemps, le temps des folies est terminé à l'OL. Embarqué dans le projet de construction de son nouveau stade et complexe sportif, l'ancien champion de France en est même aux économies drastiques. La venue d'Hubert Fournier n'a été accompagnée que de deux arrivées à bon coût: celles de Christophe Jallet (1 million d'euros) et de Lindsey Rose, acheté 1,80 millions d'euros à Valenciennes. Miguel Lopes, qui s'est retrouvé être un échec, n'a pas été acheté au Sporting Lisbonne. Des retours de prêts comme celui de Mohamed Yattara ont complété l'effectif. 

Au niveau des départs, Lyon s'est délesté en matière de masse salariale en lâchant Bafétimbi Gomis et Jimmy Briand, tous les deux en fin de contrat. Il n'a seulement récupéré qu'un million d'euros en vendant Mouhamadou-Naby Sarr au Sporting et 500 000 en lâchant Alassane Pléa à Nice. Yoann Gourcuff et Clément Grenier, tous les deux blessés cet été et absents de longues dates, se sont rapidement trouvés être invendables. Gourcuff a d'ailleurs accepté de réduire son salaire pour aider l'OL. Pas facile dans un tel contexte d'apporter des liquidités directes au club. Jean-Michel Aulas a d'ailleurs refusé de recruter un attaquant à Hubert Fournier, qui demandait deux renforts (un attaquant et un milieu de terrain pour remplacer Gueïda Fofana, blessé). Malgré les limites actuelles de la formule, l'OL misera tout sur son centre de formation. Il n'a pas vraiment le choix. 

Marché des transferts 2014-2015: Dépenses: 2,80 millions d'euros - Ventes: 1,50 million d'euros
Marché des transferts 2013-2014 : Dépenses : 4 millions d’euros -  Ventes : 24,50 millions d’euros

Recrutement le plus cher 2014-2015: Lindsey Rose 1,80 millions d'euros
Recrutement le plus cher 2013-2014: Henri Bédimo 2 millions d'euros

Olympique de Marseille

Vincent Labrune a misé sur Marcelo Bielsa pour effacer les affres d'un dernier exercice complètement raté. Si la fin du mois d'août s'est révélée être plus douce au niveau des résultats sportifs, le côté coulisses n'a pas vraiment changé. Marcelo Bielsa et ses fameux points presses ont été riches en terme d'informations. Honnête et franc Bielsa a dit les choses telles qu'elles étaient. Il a notamment parlé des promesses de son président sur le marché des transferts: 35 millions d'euros pour les achats, dont 15 issus des ventes. Huit joueurs devaient venir renforcer l'effectif olympien cet été selon propos de l'Argentin. Résultat: cinq recrues sont arrivées: Abdelaziz Barrada, Michy Batshuayi, Romain Alessandrini, Doria et Alef, un Brésilien non-réclamé par Bielsa.

Marseille a bien vendu pour 15 millions d'euros (17,50 millions exactement) mais a simplement réinvesti ce qu'il a récolté. Jordan Ayew (4 millions d'euros), Lucas Mendes (5 millions d'euros), Morgan Amalfitano (1 million) et Mathieu Valbuena (7 millions d'euros) ont ainsi quitté le club cet été et permis d'équilibrer les comptes. Le club phocéen, qui a investi 42,05 millions d'euros l'été dernier, n'avait pas vraiment les finances pour faire des folies sur le marché des transferts ou venir faire de l'ombre à des clubs mieux armés financièrement sur certains cas (Alexande Song).Ce n'est pas un secret.

Sans coupe d'Europe, compliqué d'attirer du monde également, sans parler du cas Benjamin Stambouli qui a refusé de venir au club, faute de place dans l'entrejeu pour lui. "L'étranger, c'est un choix de vie personnel. J'avais envie de découvrir un autre football, une autre culture. Jouer à l'OM quand tu es marseillais de naissance, ce n'est pas évident. Et puis je n'avais pas de garanti de jouer à mon poste au milieu", a déclaré le néo-joueur de Tottenham au site Le Phocéen. Bielsa dispose donc d'un effectif professionnel réduit à 19 joueurs (plus Rod Fanni et Benoït Cheyrou annoncés de retour dans le groupe pro). Sa marge de manoeuvre semble réduite et seule la solution centre de formation, qui faisait partie de son idée d'ensemble lors de sa prise en main, s'ouvre à lui pour pallier aux divers forfaits et tracas au cours de la saison.
  Marché des transferts 2014-2015: Dépenses: 20,50 miilions d'euros - Ventes: 17,50 millions d'euros
Marché des transferts 2013-2014 : Dépenses : 42,05 millions d’euros -  Ventes : 1,05 millions d’euros

Recrutement le plus cher 2014-2015: Michy Batshuayi  6 millions d'euros
Recrutement le plus cher 2013-2014: Florian Thauvin 14,65 millions d'euros

Les clubs français sur l'échelon européen et mondial

Avec un PSG menotté, pas facile de venir concurrencer les grosses écuries européennes au niveau des dépenses. Le club de la capitale ne se place qu'à la 13e place d'un classement - établi sur l'échelon mondial par Transfermarkt - logiquement dominé par le glouton Manchester United. La saison dernière Monaco avait terminé en tête de ce classement honorifique, Paris lui était troisième. Avec une marge de manoeuvre moindre, l'heure est clairement au retrait pour les clubs de l'Hexagone cet été.

1. Manchester United 196,5 millions d'euros
2. FC Barcelone 157 millions d'euros
3. Liverpool 151,43 millions d'euros
4. Real Madrid 122,50 millions d'euros
5. Atlético de Madrid 110,10 millions d'euros
6. Chelsea 106,70 millions d'euros
7. Arsenal 101,73 millions d'euros
8. Southampton FC 73 millions d'euros
9. Manchester City 65,50 millions d'euros
10. AS Roma 58,06 millions d'euros
...
13. Paris Saint-Germain 49,50 millions d'euros
...
31. AS Monaco 24 millions d'euros
37. Olympique de Marseille 20,50 millions d'euros
81. Stade Rennais 8,19 millions d'euros
101. FC Lorient 5 millions d'euros
108. Lille 4,80 millions d'euros
118. Saint-Etienne 4 millions d'euros
122. Girondins de ordeaux 3,50 millions d'euros
124. Montpellier 3,50 millions d'euros
129. Lyon 3 millions d'euros


Classement 2013-2014 (Top 5)

1. AS Monaco 177,70 millions d'euros
2. Real Madrid 166,50 millions d'euros
3. Paris Saint-Germain 135,90 millions d'euros
4. Chelsea 127,05 millions d'euros
5. Tottenham Hotspur 121,88 millions d'euros
...
23. Marseille 42,02 millions d'euros
133. Lyon 4 millions d'euros
160. Lille 2,80 millions d'euros

La Ligue 1 et sa place en Europe

Présente sur le podium des championnats les plus dépensiers la saison dernière, la Ligue 1 subit également une déconvenue. Elle reste néanmoins dans le Top 5. La Premier League, bien aidée par les locomotives Chelsea, Manchester City, puis Arsenal et Manchester United cet été, est seule, loin devant. La Serie A fait bonne figure tandis que la Liga, qui croule sous les dettes de ses clubs, est sauvée par les investissements onéreux du Real Madrid et du FC Barcelone.

1. Premier League 1,03 milliards d'euros
2. Liga BBVA 480,88 millions d'euros
3. Serie A 323,37 millions d'euros
4. Bundesliga 283,66 millions d'euros
5. Ligue 1 134,06  millions d'euros

Mercato estival 2013-2014:

1. Premier League 917,12 millions d'euros
2. Serie A 525,37 millions d'euros
3. Ligue 1 433,18 millions d'euros
4. Liga BBVA 412,35 millions d'euros
5. Premier Liga (Russie) 314,09 millions d'euros

Les prix des transferts sont sourcés depuis le site spécialisé Transfermarkt.de.