Edito PSG - Le point sur les prolongations de contrat de l'effectif parisien

Contraint par le fair-play financier à ne plus pouvoir recruter comme avant, le PSG doit également surveiller les contrats de ses joueurs.

Cela peut paraître étrange, mais c'est pourtant vrai : à Paris, il faut vite oublier les départs d'Alex, de Coman et de Menez. Sportivement, le Paris Saint Germain a remplacé les joueurs partis libres en Italie (sauf Coman, dont l'indemnisation va être minime) et l'arrivée de David Luiz a même renforcé la défense parisienne. Mais d'un point de vue comptable, pour le PSG comme les autres clubs, c'est un problème de perdre des joueurs libres, après avoir dépensé de l'argent pour les acheter.

C'est pour cela qu'aujourd'hui, le PSG se trouve dans une position délicate avec de nombreux joueurs dont le contrat expirera d'ici 2016. Cela concerne Ibrahimovic, Lavezzi, Pastore, Sirigu, Van der Wiel, Motta, Camara, Maxwell, Chantôme et Rabiot. Ce n'est pas une bonne nouvelle avec un mercato qui va être limité par les sanctions du fair play financier, jusqu'à l'été 2016. Les dirigeants parisiens ne peuvent plus faire n'importe quoi avec leur masse salariale. La période des larges revalorisations (Ibra, Thiago Silva, Matuidi, Verratti, Maxwell, Thiago Motta) est terminée et les dirigeants se serrent désormais la ceinture, tout en espérant pouvoir prolonger certains joueurs importants de l'effectif.

EZEQUIEL LAVEZZI (2016)

C'est le cas le plus compliqué. Ezequiel Lavezzi voudrait prolonger jusqu'en 2018 et rentabiliser ses bonnes saisons avec le PSG et la Coupe du Monde comme protagoniste avec l'Argentine. Le club souhaite également prolonger l'Argentin, mais lors du rendez-vous entre les deux parties la semaine dernière, aucun accord n'a été trouvé. L'entourage du joueur, quelques minutes seulement après la réunion, a fait savoir aux médias italiens que les deux parties étaient très loin d'un accord, et que Lavezzi pourrait même partir, histoire de mettre la pression sur le PSG. Les agents voudraient une revalorisation à 4,5 millions d'euros nets par an, mais le club ne l'entend pas ainsi. Paris ne laissera pas partir l'Argentin pour une offre inférieur à 25 millions, du moins cet été.

MARCO VERRATTI (2018)

Le scénario est écrit depuis l'été dernier. Malgré sa prolongation et revalorisation (salaire doublé à près de 2 millions nets annuels), Marco Verratti avait bien noté qu'il était encore loin des montants de nombreux titulaires. Son agent réclamait déjà à l'époque un salaire de 2,5 millions annuels et faisait savoir, à qui veut l'entendre, que le petit italien était courtisé par les plus grands clubs européens. Verratti a profité de la Coupe du monde pour montrer un peu plus qu'il représentait l'avenir de l'Italie. L'entourage a laissé filtrer la rumeur Real Madrid, mais rien n'est arrivé. Du bruit mais pas d'offres donc. Fin juillet, le club a fait comprendre à son agent, Donato di Campli, qu'il était prêt à une petite revalorisation, malgré la masse salariale encadrée par le FPF, mais pas à une offre de 4 millions annuels comme veut désormais le joueur. Verratti ne partira pas, et la rumeur Bayern de ces derniers jours ne changera rien. Nouveau bras de fer en vue entre l'agent et le club. 

SALVATORE SIRIGU (2016)

Le dossier est presque bouclé selon certains, pas forcément selon plusieurs agents qui travaillent à l'étranger. Depuis quelques mois l'agent Giovanni Branchini discute tranquillement avec le PSG et lors du dernier RDV, le 22 juillet, l'accord était proche. La prolongation est en très bonne route. Il reste des détails. Elle devrait être officialisée après la fin du mercato. L'entourage de Salvatore Sirigu joue la discrétion sur ce dossier, que ce soit pour la durée du nouveau contrat (2018) comme pour le salaire (trois millions nets par an). La difficulté pour conclure est aussi liée à l'arrivée de Courtois à Chelsea. Petr Cech a perdu sa place et le flou règne entre ceux qui pensent qu'il a offert ses services au PSG et ceux qui disent que le PSG trouve Sirigu gourmand. Mais la conclusion la plus probable reste une prolongation.

JAVIER PASTORE (2016)

La dernière ouverture pour une prolongation remonte à l'époque Leonardo. Après un bon début de saison, l'avenir semble plus serein. Ce ne sera pas aujourd'hui, mais la prolongation de Javier Pastore peut devenir la priorité des dirigeants prochainement. Avec les bons matches de l'Argentin, le PSG n'est plus enclin à écouter d'éventuelles offres. Des sources proches du joueur assurent que "le PSG n'écouterait même pas une offre de 30 millions", parce qu'en ce moment, Pastore peut être la vraie révélation de la saison et son départ obligerait à chercher un milieu avec des caractéristiques similaires. Et en fin de mercato, cela coûterait bien plus cher que ce que la vente de l'Argentin pourrait rapporter. En janvier, en regardant les performances des prochains mois, Jean-Claude Blanc et Olivier Letang pourraient mettre le nom de Javier Pastore au sommet de la liste des prolongations. Son salaire de 2,5 millions d'euros net serait alors légèrement augmenté avec une prolongation jusqu'en 2018.

GREGORY VAN DER WIEL (2016)

Mino Raiola'est toujours l'agent le plus puissant de l'univers parisien et après avoir mené la danse pour les prolongations de Matuidi et Ibrahimovic, ainsi que la revalorisation de Maxwell la saison dernière, il vise le all-in avec Van der Wiel. Aujourd'hui le dossier n'est pas le plus chaud, mais l'importance de Raiola peut l'accélérer.

EDINSON CAVANI (2018)

Comme Ibrahimovic et Thiago Silva, Edinson Cavani, après seulement une saison, peut voir son contrat prolongé. C'est possible. Le joueur vient de changer d'agent (il se fait suivre par son frère avec un avocat) et les dirigeants parisiens voient cela comme un signal de détente. Malgré les rumeurs qui arrivent d'Angleterre, aucune offre n'est arrivée. De toute façon, les dirigeants du PSG refuseront d'éventuelles approches. Après la fin du mercato, les dirigeants parisiens vont parler avec l'entourage d'El Matador pour jeter les bases d'une future prolongation d'une saison.

Get Adobe Flash player