Ligue 1 - Lyon mange son pain noir

Contre Reims samedi, l’OL a subi sa première défaite de la saison de la Ligue 1 (0-1). Un revers immérité mais qui sème le doute dans l’esprit des Gones.
C’est une semaine bien compliquée qui s’apprête à s’achever pour l’Olympique Lyonnais. Quatre jours après avoir laissé évaporer contre la Sociedad une grosse partie de ses chances d’atteindre la phase des poules de la Ligue des Champions, le club rhodanien a vu sa bonne série en championnat stoppée net lors de la réception de Reims. Samedi soir, dans des conditions de jeu plus que limites, Gourcuff et ses partenaires n’ont pas vraiment démérité. Mais, par la faute d’un malheureux concours de circonstances, ils dont dû laisser filer les trois points mis en jeu (0-1). Le réveil ce matin a dû être dur, et c’est tout le mental de l’équipe qui va être mis à épreuve durant les prochains jours.

La volonté de rebondir vite

Un pénalty manqué, de nombreuses occasions vendangées un but de raccroc concédé à l’entame du dernier quart d’heure de jeu ; rien n’aura réussi aux Lyonnais durant cette troisième sortie en Ligue 1. Autant de faits contraires, mais qui n’ont en rien consolé les joueurs au coup de sifflet final. « La première mi-temps a été compliquée. On a réagi après la pause. On n’est pas en réussite ; on est malheureux » s’est lamenté le capitaine Maxime Gonalons. Le discours du coach Remi Garde abondait dans le même sens, mais avec une pointe supplémentaire d’amertume : « C’est très dur de repartir avec zéro point. Je pense qu’au minimum un match nul aurait reflété la physionomie du match, a-t-il indiqué. En deuxième période, nous avons très bien corrigé le tir. Il n’y a pas eu photo entre les deux équipes. Mais il nous a manqué un brin de réussite alors que sur une de leurs seules frappes, ils marquent ».

Oui, l’OL n’a pas été verni face à une équipe qui n’a pourtant fait que défendre. Toutefois, s’ils ont chuté c’est aussi parce qu’ils n’ont pas pu provoquer cette réussite. Bien qu’ils aient dominé les débats, les Rhodaniens ont dégagé, par moments, le sentiment d’une équipe qui doutait et c’est ce qui a justement donné confiance à l’adversaire. « Nous n’avons pas très bien débuté la rencontre, admettait Garde. En première période, nous n’avons pas développé notre football et avons bafoué quelques principes importants à la récupération du ballon et dans nos mouvements ». Est-ce le contrecoup de cette déroute face à la Sociedad qui a provoqué ce retard à l’allumage ? « Nos premières mi-temps ne sont pas maitrisées sans savoir pourquoi » lâchait un Miguel Lopes amer, alors que son coéquipier Bedimo relevait « un manque de mouvement ».

L’OL pourra se ressasser ce match tout le temps qu’il voudra, les points abandonnés ne reviendront pas. D’où le devoir de ne pas trop cogiter. Chose que l’ensemble de l’équipe semble avoir rapidement compris. « Il faut penser au prochain match et rester positif, se servir de nos erreurs, des matchs passés pour avancer » ajoutait Lopes. Malgré cette grosse déception, Garde a également refusé de trop s’alarmer. Le coach veut croire que ces deux récentes défaites ne sont qu’un contrecoup dans la progression amorcée par sa formation : « il faut se rappeler aussi de toutes les bonnes choses qui ont été faites depuis le début de la saison par cette équipe un peu jeune. Maintenant, il va falloir qu’on mûrisse et qu’on grandisse très vite parce que le train avance et il ne faudra pas prendre de retard ». Mercredi, au Pays Basque, on saura si ces paroles sont justifiées.

A lire aussi :

Tout sur la Ligue 1