News Résultats en direct

Ligue 1, PSG - Ibra impressionne encore

Pour le déplacement en terre nancéienne, Carlo Ancelotti, l’entraineur du PSG, a procédé samedi à quelques changements par rapport à l’équipe qui a joué face à Zagreb (2-0), mardi dernier en Ligue des Champions. Mais, le technicien italien a aussi préservé quelques constantes, dont celle qui est immuable depuis le début de la saison : Zlatan Ibrahimovic. Bien que le sentant éreinté, le technicien italien n’a pu se passer de son buteur scandinave. Il l’a encore aligné, à ses risques et périls, et il n’a pas eu à le regretter. L’ancien Milanais, même s’il n’a pas livré le match de sa vie, fut une nouvelle fois étincelant et c’est encore lui qui fut derrière la victoire des siens (1-0). Avec ce magnifique but réussi à un quart d’heure de la fin.

« Il n’a pas fini de faire la différence »

On l’avait quitté un peu frustré en Ligue 1 la semaine dernière contre Reims (1-0). Au Parc, il n’était pas parvenu à faire la différence, laissant le soin à Gameiro d’endosser le costume du sauveur. Il se disait alors que la « Joconde » commençait à accuser le coup physiquement au bout de trois premiers mois de compétition très chargés. Mais cette thèse n’est plus de mise. Ou, tout au moins, elle n’existe aucun rapport avec la qualité de ses performances. En Croatie, il a démontré qu’il en a toujours sous la semelle, et à Nancy, samedi, il a surtout prouvé que sans être omniprésent, il reste très inspiré et qu’il lui suffit d’un ou de deux moments de liberté pour mettre à mal la défense adverse. Enfin, avec lui, on a aussi eu l’illustration que le poids de la fatigue n’altère pas forcément la technique, et la lucidité des gestes.

Il restait un quart d’heure à jouer lorsqu’Ibrahimovic a fait parler la précision et la puissance de son pied gauche. Certes, le poteau l’a aidé, mais le but qui s’en est suivi n’est que le reflet de son immense classe. De la justesse qui est la sienne, et surtout de sa faculté à ne jamais rien lâcher. Pourtant, il y avait de quoi se décourager dans cette partie, où l’arrière-garde lorraine s’est révélée être d’une féroce opposition. Ainsi, le géant Scandinave n’a pas eu trop d’espaces pour pouvoir s’exprimer comme il sait le faire. Et pendant plus d’une heure, on se demandait s’il ne se dirigeait pas vers un match sans le moindre tir tenté, pour la première fois depuis son arrivée en France. C’était mal connaitre le joueur, et ce guerrier qui ne baisse pas les bras tant que son équipe n’a pas l’avantage à la marque. Après une première tentative qui fila juste au dessus du cadre (70e), il plaça donc ce tir à mi-hauteur du gauche que Ndy Assembé n’a pu que repousser sur son montant, avant que le ballon n’entre dans les filets.

La délivrance alors dans le camp parisien fut à la hauteur de ce nouveau service rendu par son numéro 18. Depuis le début du championnat, Ibra en est à 10 buts inscrits, dont 7 décisifs et synonymes de 8 points pris pour le PSG. Sur un total de 22, cela en fait assurément beaucoup. Des chiffres qui vont assurément relever encore une fois la question de la dépendance qu’a le leader de la Ligue 1 pour son joueur vedette. Carlo Ancelotti n’en pas dupe, mais l’entraineur italien n’en a que faire à vrai dire, tant que sa figure de proue continue à faire honneur à son rang. « C'est un joueur fantastique et au fil des matches, il va améliorer le caractère et la personnalité de l'équipe. Il n’a pas fini de faire la différence. Il nous a enlevé une belle épine du pied » a-t-il déclaré en conférence de presse. Des propos appuyés par Blause Matuidi, qui parle « d’un phénomène qu’on a devant ». Un phénomène dont on attend déjà avec impatience le prochain coup de génie.

A lire aussi :

Tout sur la Ligue 1