Ligue 1 - Evian a failli noyer Paris

Après avoir mené 2-0 face au PSG, Evian s'est finalement fait reprendre par le club de la capitale (2-2). Mais les promus ont fait bien mieux que faire de la résistance.
6e journée de Ligue 1
Evian TG – Paris SG : 2-2
Buts :
Leroy (14e), Sagbo (20e sp) - Pastore (43e), Bodmer (80e)

Fluctuat nec mergitur. Il flotte, mais ne coule pas. Le PSG a bien failli faire mentir la devise de la ville qu'il représente en se déplaçant à Annecy, pour affronter Evian. En somme, le PSG a bien failli se noyer dans un verre d'eau... Après 23 minutes, les promus menaient en effet 2-0 et Sirigu venait de sauver les siens d'un 3-0 qui aurait certainement fait chanter les tribunes. Beaucoup auraient pensé que l'ogre parisien allait ne faire qu'une bouchée des promus, pour le premier gros match de ses derniers. C'était mal connaître Bernard Casoni et ses hommes.

Paris à la rue

Comme face à Brest, le PSG a eu toutes les peines du monde à trouver des espaces au sein d'une formation éviannaise parfaitement en place. Les faits sont là : il a fallu attendre que la demi-heure soit passée pour que les hommes d'Antoine Kombouaré soient un tant soit peu dangereux. Entre temps, ils s'étaient faits purement et simplement bouger par une équipe locale aussi volontaire et ambitieuse que bien en place défensivement.

Battu dans les duels, battu dans la possession de balle, le PSG n'a pas tardé à être battu en défense. Et l'arrière-garde francilienne a montré qu'elle n'était toujours pas au point. Khalifa a accéléré côté gauche, puis a servi Sagbo à l'entrée de la surface. Ce dernier a donné à Leroy dans la profondeur. L'ancien Parisien n'a laissé aucune chance à Sirigu, en face à face (1-0, 14e). Face à un manque de réaction parisienne, les Eviannais ont continué sur la même voie et en a profité pour doubler la mise, par Sagbo, qui a converti un pénalty provoqué par Armand (2-0, 20e). Et il ne faut pas oublier que sans Sirigu devant le même Sagbo, les Parisiens auraient été menés 3-0... (23e).

Pastore sauve (encore) la maison parisienne

Où était Paris ? Le collectif n'était en tout cas pas présent et même les individualité n'arrivaient pas à faire la différence, souvent prises dans l'étau éviannais. Pour preuve, il a fallu attendre la 31e minute de jeu pour qu'Andersen soit sollicité par Pastore, puis la 39e pour que le même Andersen repousse une frappe de Gameiro. L'atout du PSG ? La réduction du score de l'inévitable Pastore juste avant la mi-temps...

En marquant après une superbe action individuelle (2-1, 43e), l'Argentin a permis aux siens de se mettre sur de bons rails. Car c'est une toute autre équipe que l'on a vu au retour des vestiaires. Une formation enfin volontaire et plus ambitieuse... tout simplement meilleure collectivement. Malgré tout, si Paris a poussé et s'est créé bon nombre d'occasions, ce n'est qu'à la 80e, sur un corner, que Mathieu Bodmer a fini par égaliser (2-2, 80e). Paradoxalement, alors que les Franciliens auraient pu en profiter pour enfoncer le clou, ils ont de nouveau reculé par la suite. Preuve qu'Antoine Kombouaré a encore du travail devant lui et que collectivement, le PSG n'est pas tout à fait au point...

Résultats et classement de la Ligue 1