International - Les plus grandes rivalités du footbal

Après les bouillants Argentine – Brésil et Espagne – Portugal ce mercredi, Goal.com a jugé bon d’établir une liste des plus grands derbys et rivalités au niveau international. Et il y en a sur tous les continents…

Argentine vs Brésil



La rivalité entre les deux cadors du foot sud-américain a été quelque peu tempéréé récemment par le fait que le Brésil ne joue plus les matchs amicaux sur son continent. La dernière fois que les deux mastodontes se sont rencontrés (avant le match de mercredi bien sûr), c’était à Londres, en 2008. Cette rivalité remonte toutefois à des temps immémoriaux. On se souvient qu’en 78, l’Argentine avait battu le Pérou 6-0 pour aller en finale du mondial, le score requis pour faire éliminer le Brésil… En 1990, le fameux scandale de la bouteille d’eau avait fait trembler la planète foot.  Le Brésilien Branco avait accusé l’Argentine de l’avoir intoxiqué par une bouteille d’eau droguée, ce qui expliquerait sa médiocrité, et notamment son erreur de jugement sur le marquage de Caniggia, lors de l’action décisive (1-0 score final). L’expulsion de Maradona lors de Brésil – Argentine de 1982, les succès brésiliens en Copa America, des Argentins lors des Jeux Olympiques de 2008.

Angleterre vs Ecosse



Le match international le plus vieux du monde ! Et aussi l’un des plus joués. La rencontre entre « Auld ennemies » vaut son pesant de molaire arrachées. Car si  les Anglais mène au score, les Ecossais ne se sont pas privés de casser du voisin à l’occasion. On se souvient de ce succès écossais en 1967 alors que les Anglais venaient juste de soulever la couronne mondiale. Rebolote en 1977, mais cette fois avec des vrais morceaux de hooliganisme à la fin du match du coté de la Tartan Army. L’Angleterre s’est souvent vengée sur le pré, comme en témoigne ce 9-3 de 1961. Victorieux en 1996, lors de l’Euro british, et en qualifications pour l’Euro 2000, les anglais sont les maitres des confrontations récentes.

Japon vs Corée du Sud



Toutes les oppositions face au Japon sont regroupées sous un seul terme en Corée du Sud : « Haniljeon ». Le match contre le Japon.  La première rencontre entre les deux rivaux fut jouée dans un contexte très particulier, en 1954, soit neuf ans après la fin de l’occupation japonaise de la Corée du Sud…  La Corée n’avait d’ailleurs pas voulu inviter le Blue Samurai et les deux rencontres entre les deux pays comptant pour les éliminatoires du mondial furent jouées à Tokyo… Ce qui n’a aps empêché les visiteurs de passer. La Corée a presque toujours eu le dernier mot, et ce jusqu’en 1990. Le Japon peut se targuer d’une période de sept ans d’invincibilité pendant les années 60, c'est-à-dire juste avant les olympiades de 1968, où le pays du soleil levant avait fini 3e. Le gros raté de 1994, où le Japon échouait à se qualifier à une minute près au mondial américain (face à l’Irak), est connu sous le terme de « Agonie de Doha) au japôn et de « Miracle de Doha » en Corée… Depuis la rivalité a un peu perdu de son intensité avec notamment un mondial organisé conjointement, en 2002.

Algérie vs Egypte



Tout simplement le rendez-vous le plus chaud du continent africain. Quand cette rencontre approche, c’est l’Afrique toute entière qui est assise sur un tonneau de poudre avec des batailles entre fans (sur le net, mais pas que) officiels et bien sûr acteurs sur le pré. On se souvient du fameux épisode de novembre 2009 où les deux nations, regroupées dans le Groupe C des qualifications à la CAF, s’étaient affrontées au Caire pour un succès 2-0 des locaux. Résultat, un ùmatch d’appui devait avoir lieu pour déterminer qui irait en Afrique du Sud, tandis que le bus des joueurs algériens avait été caillassé avant la rencontre au Caire, faisant plusieurs blessés légers parmi les Fennecs. Vous avez dit délétère ? S’en est suivi une crise diplomatique qui a touché plusieurs pays dont la France. Le match d’appui fut joué à Obdurman, Soudan. Théâtre de la victoire des Algériens qui privaient leurs grands rivaux du Mondial sur le sol africain ! Ces derniers allaient pouvoir se venger lorfs de la CAF, avec un succès 4-0 en demi-finale, en Angola. Trois joueurs expulsés pour un match qui allait ouvrir les porte du trophée aux Egyptiens, la suite au prochain épisode.


Allemagne - Pays Bas



Un bel exemple de rivalité qui a muri avec l’âge est celle opposant la Nationalmannschaft  aux Oranjes. Une rivalité qui prend ses racines dans la Deuxième Guerre Mondiale, puis dans le Mondial 1974, remporté par l’Allemagne à domicile devant le grand favori batave. La revanche des oranges a eu lieu en 1988 à l’Euro, avec une victoire assortie du fameux incident du papier toilette…. (Ronald Koeman feignant de s’essuyer le derrière avec le maillot d’un joueur allemand). Le match en 1990 à Milan, lors du mondial italien fut encore plus chaud, avec une victoire allemand contre deux expulsions bataves (Rudi Voeller et Frank Rijkaard). Les rencontres récentes furent moins houleuses et plus techniques, les Pays-Bas contribuant à éliminer l’Allemagne de l’Euro 2004 avec un nul 1-1 en phase de poules.

Honduras - El Salvador


On dit d’un match entre les deux équipes qu’il a conduit à la guerre… Mais cette rencontre de 1969 n’est pas la raison principale pour laquelle les deux pays se sont affrontés en conflit. Bien avant la rencontre comptant pour la qualification au mondial 1970, la tension était déjà palpable. L’immigration massive et l’expulsion, tout aussi massive d’immigrés salvadoriens au Honduras avait créé un climat délétère. Au final, la rencontre fut remportée par le Salvador, mais à quel prix. Des affrontements, un suicide et une rupture des relations diplomatique qui ont conduit à la guerre ! Une guerre de 100 heures (un cessez-le-feu avait été ordonné) qui fit moult morts et déportés.  Et qui produisit une rivalité encore vivace aujourd’hui.

Portugal – Espagne



Nous ne reviendrons pas sur la fessée administrée par le Portugal à l’Espagne à Lisbonne qui a rendu la Roja toute rouge mercredi soir. Parlons plutôt de la dernière confrontation en match officiel lors du Mondial 2010. Match qui a vu le futur champion espagnol bouter le Portugal sur un petit but après une confrontation intense. Jusqu’ici, lEspagne n’a souffert qu’un seul revers officiel face au voisin ibérique, lors de l’Euro 2004, quand un but de Nuno Gomes avait éliminé l’équipe d’Inaki Saez. Pas de quoi effacer la gifle de 1934, quand l’Espagne avait infligé un sévère 9-0 au Portugal à Chamartin.

Iran vs Arabie Saoudite



La « Team Melli » et les « Faucons verts » se sont souvent affrontés pour la suprématie asiatique avec l’Arabie Saoudite qui a tenu la dragée haute aux iraniens la plupart du temps. Le dernier épisode de cette rivalité a eu lieu cette année que qualifications pour le Mondial africain. L’Iran menait pourtant à domicile à l’Azadi Stadium grâce à un but de Masoud Shojaei, mais les Saoudiens ont remonté le score et se sont imposés 2-1, éliminant les locaux des qualifications. La tension footballistique a été renforcées par des divergences religieuses entre Sunnites et chiites…

Serbie vs Croatie



D’un point de vue politique, cette opposition est certainement la plus féroce. Les deux nations sont toutes les deux issues de fau la Yougoslavie et depuis 1991, la rivalité fait rage. Alors quand les deux équipes ont du s’affronter en éliminatoires de l’Euro 2000 à Belgrade, pour la première fois, il ya eu du grabuge chez les politiciens et les émeutiers... Le retour fut du même tonneau  à Zagreb. Depuis, il ya toujours eu des incidents en foot, tennis ou basket. Lors d’un match au Maksimir Stadium en  1990, entre le Dinamo Zagreb et le Red Star Belgrade, le capitaine du Dinamo, Zvonimir Boban,  a donné un coup de pied à un policier qui était en train de frapper un supporter

Mexique vs USA



Encore une rivalité « régionale ». Depuis 1934 c’est le Mexique qui prend le dessus sur son voisin même si les choses ont changé récemment. Mais les USA n’ont jamais gagné au Mexique, aucun succès en 80 années de tentatives au sud de la frontière ! L’incident de Landon Donovan urinant sur le pré du Jalisco Stadium reste comme une anecdote des plus saumâtres de cette rivalité.
.