Ligue 2 - Trois promus dans le vent

La 37e journée de Ligue 2 a donné son verdict vendredi sur les trois promus qui rejoindront l'élite l'an prochain. Focus sur Bastia, Reims et Troyes.
A une journée de la fin de la passionnante saison de Ligue 2, les trois tickets gagnants pour l'ascension dans l'élite sont désormais officiels. Vendredi soir, lors de la 37e journée, Reims vainqueur contre Amiens et Troyes face à Monaco ont rejoint Bastia et verront les pelouses de Ligue 1 la saison prochaine. Retour sur le parcours des trois clubs.

Bastia, champion incontestable

Où s'arrêtera le Sporting Club de Bastia ? En National il y a encore un an, les Corses accèdent à l'élite une saison après leur remontée en Ligue 2. Malgré des finances réduites, les Bastiais se sont appuyés sur des joueurs expérimentés (Rothen, Maoulida, Suarez) et l'éclosion de jeunes talents tels Khazri ou Diallo. A la baguette, Frédéric Hantz a parfaitement su gérer son effectif pour créer l'osmose nécessaire pour décrocher des résultats. Malgré un début de saison compliqué, le SC Bastia a ensuite mis la machine en route. Dans le nord de l'Ile de Beauté, le point fort c'est l'attaque. Les Bastiais ont inscrit 61 buts, loin du Barça certes, mais il s'agit du meilleur total du championnat. Ils n'ont aussi pas perdu le moindre match au Stade Furiani. Après avoir été sacré champion de National, le club fondé en 1905 devient champion de Ligue 2, 44 ans après son dernier titre. Le 1er mai dernier, Bastia a officiellement été assuré de remonter dans l'élite héxagonale où il pourrait retrouver l'AC Ajaccio, s'il se maintient.

Reims renoue avec son histoire

C'est historique. Le Stade Remois retrouve le plus haut niveau national, 33 ans après l'avoir quitté. Loin de leurs plus grandes heures des années 1950, les Champenois ont réalisé une saison tout à fait remarquable. Emmenés par un grand Cédric Fauré en attaque, les hommes de Hubert Fournier n'ont pas quitté le podium de L2 depuis août. Cette régularité a été récompensée hier avec la validation du ticket pour l'élite après une victoire sur Amiens. Reims a pu s'appuyer sur un très beau parcours dans leur petite forteresse d'Auguste-Delaune. Jouant le maintien en début d'exercice, le club mythique a vite revu ses ambitions à la hausse, jusqu'à l'accomplissement d'hier. "Pour moi, c'est un rêve qui se réalise. J'ai tout donné pour ce club. J'étais venu ici (en 2006) pour l'aider à retrouver l'élite. Je suis resté, même en National, et j'ai finalement réussi à le faire. Je ressens beaucoup de fierté de faire partie de cette équipe, et j'aimerais vraiment jouer en Ligue 1 avec elle l'an prochain." a déclaré Cédric Fauré, très ému hier soir. Six fois titré champion de France dans son histoire, un parfum d'enthousiasme et de nostalgie flottera la saison prochaine en Ligue 1.

L'ESTAC, six ans après

Relégué en Ligue 2 à la fin de la saison 2006-2007, Troyes retrouve la lumière après six années de reconstruction. En National il y a deux saisons, les Aubois sont directement remontés en deuxième division en décrochant une précieuse 3e place. Après une saison 2010-2011 terminée à la 16e place, l'ESTAC n'avait pourtant pas bien débuté son exercice. Mais dans un championnat ultra serré, la seconde partie des Troyens et surtout leur sprint final leur a permis de souffler la 3e place à Sedan, Clermont et Tours. Les deux derniers succès acquis contre Lens et Monaco ont démontré que Troyes a la stature pour accéder à l'échelon supérieur. Pourtant, le club entraîné par Jean-Marc Furlan revient de loin. "On s'est construit sur de grosses difficultés. Ces dernières saisons, le club était descendu en National et il y a six ou sept joueurs qui ont vécu ça. Il y a un centre de formation qui bosse bien. C'est un club à l'état d'esprit très familial, avec un président très proche de ses joueurs et de son entraîneur. Avec des recettes comme celles-là, on arrive à être troisième." Des recettes qu'il faudra reproduire la saison prochaine face aux grosses écuries françaises.