Angleterre-France 2-0, l'essentiel était ailleurs

La France s'est inclinée 2-0 face à l'Angleterre à Wembley en amical ce mardi. Rooney et Alli sont les deux buteurs de la rencontre.
Match Amical
Angleterre-France : 2-0
Buts : Alli 39e - Rooney 48e

Cette affiche Angleterre-France avait nettement plus de valeur symbolique que de valeur sportive compte tenu des tristes événements qui se sont déroulés vendredi soir à Paris. Et dans un tel contexte, on serait même plus enclins d’évaluer les joueurs et les supporteurs sur leur degré d’émotion et de sentiment plutôt que sur la volonté et l'enthousiasme des acteurs dans la rencontre. Le spectacle émouvant durant les hymnes a complètement pris le dessus sur le match en lui-même. Et on ne pourrait être assez reconnaissants envers les Anglais pour leur accueil chaleureux qu’ils ont livré aux Bleus durant le protocole d’avant match. Mais après quelques minutes très discrètes marquées par un rythme peu soutenu, les joueurs des deux équipes sont progressivement rentrés dans le bain de cette rencontre amicale. Les effectifs largement remaniés pour des diverses raisons ont aussi contribué à donner à ce match un aspect intéréssant, beaucoup de joueurs anglais habituellement remplaçants où très peu sélectionnés ont montré vite leur envie et leur ambition à briller.
Les Anglais ont joué le jeu

Les Bleus ont été les premiers à se montrer menaçants sur une frappe au dessus du cadre de Cabaye (6e) puis sur un tir trop axial de Martial (18e) qui a fini dans les gants de Joe Hart. Profitant de beaucoup d’espaces au milieu de terrain, ils ont su animer quelques offensives grâce à des contres intéressants. Mais dès que les Anglais ont haussé le ton en mettant plus de vitesse dans leur jeu et d’intensité dans les duels, les Bleus ont éprouvé quelques difficultés à suivre le rythme. Manquant d’envie et surtout d’inspiration, les hommes de Deschamps laissaient trop souvent le monopole du jeu à leurs adversaires. Wayne Rooney, très actif ce soir était le premier à alerter Lloris sur un coup franc bien cadré mais passez puissant (22e). Il a récidivé par une frappe à côté (31e) avant de voir son jeune coéquipier Dele Alli ouvrir la marque. Le milieu de terrain de Tottenham, qui a fêté ce soir sa quatrième sélection réussissait à tromper le portier des Bleus grâce à une belle frappe flottante de vingt mètres, déviée par Koscielny légèrement (39e, 1-0). L’ouverture de score aurait pu être rapidement suivie par un break mais Harry Kane butait sur Lloris quelques secondes plus tard (40e).

En contrepartie de cette domination anglaise, seul Gignac a su inquiéter Kane sur une frappe cadrée bien que écrasée (40e). Le rendement français était trop faible dans ce premier acte et ça n’a guère échappé à Deschamps, qui a très vite opérer ses changements. Entrée de Pogba et Coman à la mi-temps, suivi un quart d’heure plus tard par Diarra, Giroud puis Griezmann. Des remplacements qui témoignaient de l’envie du sélectionneur des Bleus de relever la tête après la pause. Malheureusement la tâche de ses joueurs allait encore se compliquer après un second but Anglais juste après la reprise. Rooney, encore lui, doublait marque en reprenant magistralement au second poteau un centre millimétré de Sterling (48e, 2-0). Le Mancunien a marqué son 51ème but sous le maillot de Three Lions alors que son successeur esperé Harry Kane (8 buts en 15 sélections) a encore manqué une jolie occasion sur une frappe puissante, qui ne passait pas loin du cadre de Lloris (51e).

Les Bleus submergés par le contexte

A défaut de se montrer brillants offensivement, les Bleus ont su dès lors solidifier leur défense et offrir plus d’agressivité dans les duels dans l’entrejeu pour tenir dans la dernière demi-heure et échapper à une défaite humiliante. Une défaite qui effacera tout de même sa série de cinq victoires consécutives et une autre série de deux succès de prestige face aux Anglais à Wembley (en 1999 et 2010). Il n’y aura pas beaucoup de renseignements à tirer pour Didier Deschamps de cette rencontre si ce n’est la difficulté des Bleus à se montrer remuants et enthousiastes dans un contexte difficile ou le résultat passera au second plan. On notera néanmoins quelques déchets dans la finition chez ses attaquants à l’instar de la grosse occasion de Martial, qui butait dans la surface sur Butland, le pensionnaire de Stoke City (66e). Alors que Pogba à deux reprises (59e, 90e) et Coman (76e) ont manque de lucidité dans leurs frappes de loin. Il y avait pas énormément d’attente des joueurs Français sur ce match amical, contrairement à la Marseillaise, qui fut gâchée par une chorale et un orchestre qui ont couvert les voix des supporteurs anglais. Espérons pour les Bleus que l’année 2016 sera beaucoup plus glorieuse et porteuse de joies que l’année en cours.