News Résultats en direct

CHI - Anelka "Je transpire depuis très longtemps pour gagner cet argent"

L'enfant terrible ou la honte du football français, actuellement exilé à Shanghai, s'est exprimé dans un long entretien accordé au Parisien Magazine. Celui qui ne mérite peut-être plus autant d'attention que par le passé en profite pour revenir sur destin d'écorché et d'éternel incompris. Règlements de compte et déclarations chocs, Nicolas Anelka ne mâche pas ses mots, sur un ton de donneur de leçon.

Ma vie, mon combat !


«A tous ceux qui parlent sans me connaître, sachez que si vous ne m'aimez pas, c'est réciproque. Et si vous m'aimez, je n'ai rien fait pour. Je suis moi, juste moi…»

«Un homme sans ennemi est un homme sans valeur. Comme l'époque adore les hypocrites, je ne m'attends pas à avoir que des amis.»

Les projets de Nico !


«Pendant toute ma carrière, ce fut un combat constant contre la presse. D'ailleurs, dans un futur proche, j'envisage de décerner et d'organiser la cérémonie du journaliste de plomb, qui récompensera le plus bidon d'entre eux. Il sera élu par les joueurs. Le choix s'annonce délicat tant les candidats sont nombreux…»

«Si tu ne comprends pas les salaires énormes des joueurs, c'est que tu n'as rien compris au business du foot (…) Chacun a ce qu'il mérite. Je transpire depuis très longtemps pour gagner cet argent. Il ne faut pas croire que l'argent ne sert qu'à acheter de belles voitures et des sacs Vuitton. J'ai une grande famille et beaucoup d'amis. J'aime quand les miens vivent les mêmes choses que moi, donc j'aide tout le monde. D'ailleurs la chose dont je suis le plus fier est d'avoir mis mes parents en sécurité dès ma première année à Arsenal, puis de leur avoir offert une maison sur leur île natale, en Martinique, pour leurs 40 ans de mariage.»

La culture selon Nicolas

« En France, 65 millions de personnes donnent des leçons sur les footballeurs, pensant qu'ils ne savent rien faire d'autre que taper dans un ballon. Les anti-footeux pensent que lire des kilomètres de bouquins et posséder une culture générale est synonyme d'intelligence. Mais dès qu'ils traversent la Manche, ils n'arrivent pas à aligner trois mots d'anglais. Moi, je parle français, anglais et espagnol. Et j'attaque le chinois. »