Saint-Etienne-Bâle (3-2), Bahebeck offre un (léger) avantage aux Verts

Alors qu'ils se sont fait remonter deux buts, les Foréziens ont trouvé les ressources pour arracher la victoire face à Bâle. Le retour en Suisse s'annonce tout de même compliqué.

1/16e de finale de la Ligue Europa
AS Saint-Etienne-Bâle : 3-2
Buts :
Sall (9e), Monnet-Paquet (39e), Bahebeck (77e); Samuel (44e), Janko (56e)

Gagner 3-2 à domicile lors de la première manche d'une double confrontation en Coupe d'Europe ce n'est pas la meilleure des opérations, mais il y a pire. C'est ce que doivent assurément se dire les joueurs de l'AS Saint-Etienne après leur succès contre Bâle. La qualification pour le prochain tour est tout sauf acquise, mais les Verts ont eu le mérite d'assurer ce petit avantage devant leur public alors que l'adversaire leur a donné beaucoup de fil à retordre. Le retour au Stade Saint-Jacques s'annonce tout aussi disputé.

Saint-Etienne n'a pas douté 

Quel aurait été le résultat de cette empoignade si Walter Samuel n'avait pas réduit le score pour les Helvètes à une minute de la pause ? En effet, sans la reprise en déséquilibre du chevronné arrière argentin sur un corner, l'on peut se demander si les Bâlois auraient eu la force de remonter deux buts en seconde période. On ne le saura jamais et pour l'ASSE, on ne peut que déplorer qu'elle n'ait pas su tenir cette belle avance de deux buts jusqu'à la mi-temps. Avant ce coup du sort, la soirée était parfaite pour les Verts, pour ne pas dire idyllique.

Mustapha Bayal Sall avait ouvert le score dès la 9e minute en se montrant le plus prompt à reprendre le cuir dans la surface adverse à la suite d'une partie de billard. A la 39e c'est Kevin Monnet-Paquet qui a pu faire trembler les filets d'une reprise de l'arrière du crâne consécutivement à un corner. Les Suisses paraissaient alors abattus. Manifestément, ils ne l'étaient pas totalement. Et après être revenus à 1-2, ils ont aussi rapidement rétabli la parité. Dix minutes après la reprise, un ballon touché du coude par Pogba dans la surface a offert un pénalty aux Balois. L'Autrichien Janko, qui avait fait tant de mal aux Bleus un soir de septembre 2008, s'est chargé d'exécuter la sentence. 

A 2-2, l'ASSE aurait pu plonger dans le doute. Fort heureusement, la bande à Galtier s'est remobilisée. Elle a repris du poil de la bête et c'est assez logiquement qu'elle a repris l'avantage à la 77e; même si ce troisième but a été consécutif à une contre-attaque. Sur un long ballon balancé par Ball, Jean-Christophe Bahebeck se retrouva en duel avec les deux centraux adverses. Il les a éliminés, non sans un soupçon de réussite, avant de s'en aller battre le gardien d'un joli tir croisé. Saint-Etienne reprenait l'avantage et aurait pu même l'aggraver en fin de partie sur de grosses tentatives de Pajot (85e) et de Bahebeck (92e). En vain. Espérons pour les Stéphanois qu'ils n'auront pas à regretter ces manqués, pas plus que les deux buts encaissés, dans une semaine.