Analyse | Real Madrid, ce que Zidane doit changer

Le Real Madrid de Zizou oscille entre le très bon et le très mauvais depuis la prise de fonction du Français. Quels chantiers pour Zidane ?
La victoire lors du Clasico au Camp NOu, face au grand Barça invaincu depuis octobre, devait consacrer Zidane au panthéon des grands entraîneurs et donner à son Real Madrid la crédibilité et la confiance nécessaires pour aller le plus loin possible en Ligue des champions et pourquoi pas décrocher la "Undecima", qui aurait fait oublier à coup sûr aux socios les atermoiements de l'ère Benitez et une saison des plus mitigées jusqu'ici.

Mais quelques jours plus tard, à peine l'euphorie du succès face au Barça retombée, la gueule de bois a quêté le Real à Wolfsburg. Une défaite 2-0 en Allemagne qui a gâché l'atmosphère de fête qui régnait chez les socios et accessoirement, les chances de remporter un trophée cette saison.

Le problème du Real de Zidane, ce n'est pas tant le pic de performance qu'il peut atteindre, c'est de ne pas pouvoir maintenir ces performances à un niveau satisfaisant au fil des rencontres. La disparité des performances entre matches à l'extérieur et matches à la maison est acquise et dénote d'une capacité d'adaptation perfectible chez le coach français. C'est d'ailleurs la première chose à changer : adopter une constance et dans le football, adopter une régularité rime avec savoir s'adapter à n'importe quelle configuration.

La bonne inspiration Casemiro

La titularisation de Casemiro au Camp Nou est un exemple qui illustre bien ce postulat. Zidane a su s'adapter, anticiper même, le jeu de possession et la construction des Catalans avec un joueur au gros volume dans son entrejeu. Malheureusement, ces inspirations sont trop rares. Zidane doit prendre confiance et croire en son instinct.

À lire : Casemiro, le monsieur plus du Real

Le Real version Ancelotti savait s'adapter à n'importe quelle situation comme en ont attesté plusieurs matchs. On pense notamment à cette leçon tactique infligée au Bayern de Guardiola en demi-finale de C1 2014, avec un Real qui subissait pour devenir létal à la moindre occasion de contre. C'est une règle universelle et applicable à tous les sports : une équipe prévisible est toujours bien plus facile à contrer.

Zidane peut s'inspirer d'autres aspects du management de Carlo Ancelotti, notamment au niveau de la psychologie. Zizou doit relancer certains joueurs dont la confiance a été endommagée par la courte, mais ravageuse ère Benitez. Un séjour de Toni Kroos sur le banc ne ferait pas de mal au jadis si solide et régulier milieu allemand.

Les très talentueux James Rodriguez et Isco permettraient au Real d'avoir d'autres cartes en main avec de la possession et du jeu dans les petits espaces. Mais ces derniers jouent très peu sous Zidane. Enfin, Varane pourrait lui aussi être relancé. Le défenseur français propose un profil différent de celui de Sergio Ramos ou de Pepe, avec une meilleure relance et des interventions souvent plus propres.

Stats Opta en Liga et C1 saison 2015-2016

Si le Real a couru plus contre le VfL que contre le Barça comme l'a rappelé Zidane en conférence de presse, ces deux rencontres comptent parmi celles où les joueurs merengue se sont le moins dépensés cette saison...

Le mauvais choix Danilo

Face à Wolfsburg, Zidane n'a changé qu'un joueur du onze victorieux à Barcelone. Danilo pour Carvajal. Une très mauvaise inspiration quand on voit à quel point Draxler s'est amusé avec l'ancien joueur de Porto. Zizou a, par la suite, défendu Danilo en conférence de presse. Mais ce choix est largement critiquable. Surtout que les membres du trident offensif sont souvent exonérés de toute tâche défensive et laissent donc des espaces conséquents derrière eux.

Souvent hors position, Danilo étire toute la ligne de défense et laisse des boulevards à l'adversaire. Reste à savoir si le défenseur brésilien de 24 ans n'est pas assez fort mentalement ou pas assez apte techniquement pour le Real Madrid. Ce qui est certain, c'est qu'un retour de Carvajal dans le onze titulaire est des plus urgents. C'est d'ailleurs toute la défense qui doit être revisitée, pas forcément au niveau des hommes, mais au niveau de l'organisation. Le Real ne peut plus se permettre, comme l'a confié McManaman à Marca de "défendre comme des gamins de dix ans". Surtout pas en C1.

Zizou doit donc être plus drastique dans ses décisions, être enfin entraîneur et en finir avec sa candeur de joueur. Être moins affectif et plus stratégique. Faire confiance aux systèmes davantage qu'aux hommes. Comprendre enfin que choisir, c'est d'abord sacrifier.