Barça-Atlético Madrid 2-1, courte victoire du Barça

Opposé à l'Atlético Madrid en quarts aller de la Ligue des champions, le Barça l'a emporté d'une courte tête avec un doublé de Suarez (2-1).

Ligue des champions

 Barça - Atlético Madrid : 2-1

 Buts :  Suarez 63e, 74e - Torres 25e

Barcelone peut dire un grand merci ce soir à Fernando Torres d’avoir simplifié sa mission sur ce match aller en écopant rapidement en première mi-temps de deux cartons jaunes tout à fait évitables. L’attaquant de l’Atletico a fait preuve d’un excès d’engagement et d’agressivité incompréhensible au cœur de la première période et n’a pas volé son expulsion (35e). Ce n’était plus du tout la même symphonie à onze contre dix, et Torres n’a pas trop savouré son ouverture de score dix minutes avant (25e, 0-1) sur une sublime passe de Koke qui a jeté un froid sur le Camp Nou. C’était presque dommage à ce moment de la partie d’avoir pu juger le rapport de forces entre ces deux équipes à niveau égal que sur une très courte période. Les supporters des Colchoneros avanceront sans doute que cette expulsion a complètement faussé le résultat, ce qui n’est peut-être pas faux, mais difficile de fermer les yeux sur ces nombreux tacles démesurés qui ont gâché le spectacle.

Un Atletico épatant en première période

A l’image de son match face au Real, Barcelone a été méconnaissable en première mi-temps et n’a jamais trouvé la solution pour emballer le match jusqu’à la sortie de l’ancien joueur de Liverpool. Face à une équipe de l’Atletico bien regroupée, patiente et très audacieuse sur les contres, les joueurs de Luis Enrique n’ont jamais trouvé les espaces pour créer du danger dans le camp adverse. Leurs rares initiatives offensives manquaient d’inspiration, de conviction et de fluidité. Le trio MSN était trop dispersé pour créer des étincelles et les milieux blaugrana ne donnaient pas assez de vitesse à la circulation du ballon pour espérer déstabiliser un adversaire très concentré. La présence du jeune Français Lucas Hernandez au sein de la défense des Colchoneros n’était pas étarngère au bon rendement défensif de la formation de Diego Simeone.

Certes, il y a eu quelques petites alertes sur les buts d’Oblak, mais rien de vraiment inquiétant à l’instar des tentatives non cadrées de Messi (5e) et Neymar (19e, 43e), alors que la frappe lointaine de Mascherano bien cadrée n’était pas assez puissante pour inquiéter le portier Slovène. De son côté, l’Atletico a été beaucoup plus dangereux sur ses montées. L’entente entre Griezmann, Torres et Carrasco a été stupéfiante, et les trois joueurs se trouvaient presque les yeux fermés à l’entrée de la surface adverse. Le Français a tiré deux fois à côté du cadre (24e, 31e), le Belge a buté sur la défense blaugrana (17e) alors que l’Espagnol a donc marqué le seul but de l’Atletico sur sa seule opportunité.

Luis Suarez sort le Barça du piège colchonero

Le Barça était donc obligé de réagir après la pause et ne pouvait rester aussi moribond dans le jeu. En écartant mieux le jeu, en dédoublant d’efforts et en apportant plus de vitesse à ses transmissions, le champion d’Europe a logiquement réussi à mettre en danger Oblak. Les occasions se succédaient une par une comme ce ciseau magique de Messi (49e) ou cette frappe sur la transversale de Neymar (51e). Rebelotte quelques instants plus tard avec les deux attaquants qui butaient cette fois-ci sur un très bon gardien (55e, 56e). Il a donc fallu attendre le réveil de Luis Suarez, plus inspiré et plus opportuniste, pour voir le Barça revenir au score et prendre le dessus au tableau d’affichage.

L’attaquant Uruguayen a dévié dans les filets de l’Atletico une frappe manquée de Jordi Alba (63e, 1-1), avant de doubler la mise sur une belle remise de Dani Alves dans la surface (74e, 2-1) quelques minutes plus tard. L’élan offensif barcelonais était tellement important qu’on redoutait une plus lourde punition pour l’Atletico, mais les hommes de Diego Simeone ont limité les dégats et préservé leurs chances de qualification en se montrant assez solides défensivement dans le dernier quart d’heure et en gérant parfaitement les temps morts avec malheureusement beaucoup de fautes au milieu de terrain. Le match retour dans une semaine promet beaucoup, et quelque chose nous dit qu’on est pas encore au bout des surprises.