Valence-Lyon 0-2, l'OL se console

L'OL s'est offert, ce mercredi soir, un lot de consolation en allant s'imposer à Mestalla, sur les terres de Valence (0-2) grâce à des buts signés Cornet et Lacazette.

Ligue des champions

Valence - Lyon : 0-2

Buts : Cornet 37e, Lacazette 76e

L’Olympique Lyonnais est sorti ce soir par la grande porte de cette Ligue des Champions après cette victoire surprise sur le FC Valence. Ses joueurs ont parfaitement géré cette rencontre grâce à l’absence de pression et un jeu libéré. Cela donnera sans doute quelques regrets à l’équipe et à ses supporteurs et ne restaurera pas complètement l’honneur de l’OL sur la scène européenne. A contrario, cette victoire pourrait être le match référence qui relancera définitivement la saison des Rhodaniens et redonnera un peu de crédit à la méthode de Hubert Fournier.

Le FC Valence a pourtant mis pas mal d’intensité dans ses actions offensives en début de rencontre. Mais ses joueurs ne se sont montrés dangereux qu’à travers les coups de pied arrêtés. À l’instar des deux têtes de Mustafi (8e, 10e) qui ont donné bien des frayeurs aux Lyonnais. La première a heurté le poteau gauche d’Anthony Lopes, alors que la seconde a bien fini sa course dans les filets, mais l’arbitre a refusé le but pour une faute du défenseur allemand sur Gonalons totalement imaginaire. Alors que le frappe de Cancelo a été contrée au dernier moment en corner (9e).

Belle prestation collective des Lyonnais

Les Lyonnais ont eu le mérite de comprendre rapidement que s’ils laissaient leurs adversaires dicter le jeu ils risquaient de souffrir défensivement. Positionnés dans un 4-4-2 avec un duo d’attaque formé au club Lacazette – Cornet, les Rhodaniens ont su faire mal à leurs hôtes grâce à des remontées de balle rapides et une bonne circulation du ballon. Darder et Gonalons jouaient souvent juste vers l’avant, alors que Grenier et Tolisso offraient de très bons appels à l’approche de la surface valencienne.

C’est Cornet qui sollicitait le premier le portier Jaume Domenech sur une frappe croisée après une sublime passe entre les lignes de Lacazette (12e). Le gardien de Valence réussissait par la suite deux superbes parades sur une frappe de Tolisso (25e) puis sur une tête croisée de Rafael (27e). On sentait dès lors qu’il y avait un vrai coup à jouer pour les Lyonnais même si Anthony Lopes a dû lui aussi se déployer au maximum pour repousser une tentative de Paco Alcacer (32e).

Quelques minutes plus tard, Maxwell Cornet ne tardait pas à offrir un avantage aux siens suite à un joli exploit individuel. Servi par Gonalons, il débordait sur le côté droit avant de placer une sublime frappe enroulée dans l’angle des buts adverses (37e, 0-1). Cette ouverture de score confortait l’idée que le FC Valence était trop démuni ce soir pour offrir un vrai visage conquérant et qu’il allait trouver d’autres solutions pour perturber une équipe rhodanienne très audacieuse.

On ne sait pas encore si Gary Neville arrivera à redresser cette piètre équipe de FC Valence cette saison, mais malgré les nombreux absents on n’a pas trop de doutes à la grande ampleur de sa première mission en tant que coach principal. L’exigence de la victoire et la nécessité de remonter deux buts étaient plus un handicap en seconde période pour les Espagnols. La pression qui les accompagnait annihilait toutes leurs actions offensives par manque de concentration ou excès de précipitation.

Malgré une grosse domination territoriale, le FC Valence a eu du mal à se montrer dangereux quand le déficit au score n’était que d’un seul but d’écart. On notait néanmoins deux frappes assez molles de Javi Fuego (58e) et Paco Alcacer (61e) avant que la défense espagnole ne flanche une seconde fois sur une contre-attaque lyonnaise. Une action lancée par une belle passe de Tolisso dans la course de Lacazette avant que ce dernier ne propulse le cuir dans les filets adverses et soulage pour de bon ses coéquipiers, mais aussi Hubert Fournier (76e, 0-2).

Les regrets du FC Valence atténués

Les Lyonnais qui auraient pu d’ailleurs doubler la marque un peu plus tôt avec un peu plus de justesse sur une frappe trop enlevée de Lacazette (69e) et un tir croisé de Darder (72e, repoussé par Domenech) ont eu la bonne idée de rendre un travail bien propre à la fin. Ils ont tenu jusqu’au bout pour s’imposer sans prendre de buts sans aucune contestation possible. Ce n’était pas vraiment évident et il a fallu un grand Lopes dans les buts pour conserver cet avantage.

Parejo a vu ses deux frappes passer à côté (75e, 85e), Cancelo (74e) et Piatti (93e) ont buté sur le portier portugais alors qu’Abdennour voyait sa tête passer de peu à côté des buts (84e). La stérilité a duré jusqu’au bout pour les Valencians contrairement au match de samedi dernier face au FC Barcelone. Ils se consoleront de savoir que même un succès ce soir ne leur aurait pas offert la qualification car La Gantoise (2ème avant cette 6ème journée) s’est imposé face au Zenith déjà en vacances. Priorité donc à la Liga pour le club de la méditerranée et pourquoi pas à la Ligue Europa qui lui offrira une nouvelle aventure européenne à partir du mois de février.