LdC, Barça - Guardiola : « On battra Chelsea »

Pep Guardiola, l’entraineur du Barça, est convaincu que son équipe viendra à bout de Chelsea, ce mardi en demi-finale aller de la Ligue des Champions.
Six jours après être tombé à Stamford Bridge (0-1), le Barça retrouve ce mardi Chelsea en demi-finale de la Ligue des Champions. Bien que jouant à domicile, les Blaugrana n’auront pas la tâche facile face aux Londoniens, puisqu’ils auront à remonter ce but de retard contre une équipe qui ne viendra en Catalogne que pour défendra. Cela fait un bon moment que Puyol et ses partenaires ne se sont pas retrouvés dans une situation pareillement délicate en Coupe d’Europe. Néanmoins, l’optimisme demeure de rigueur dans leur camp et notamment auprès de leur entraineur Pep Guardiola. En conférence de presse, ce lundi, ce dernier a même certifié qu’il n’avait aucun doute quand au fait que les siens vont passer cet écueil et s’inviter à Munich, le 19 mai prochain pour la finale.

« IL FAUDRA ÊTRE VIGILANT SUR NOS PERTES DE BALLE »

Pep, dans quel état d’esprit attaquez-vous ce match ?

Pep Guardiola : En se disant simplement qu’on attaque le match avec un retard d’un but et on a 90 minutes pour renverser les choses.

Vous allez devoir attaquer. Ne craignez-vous pas d’être surpris par les contre des Blues, comme ce fut le cas à l’aller ?

P.G. : On devra trouver le bon équilibre. On n’aura pas nécessairement beaucoup d’occasions à exploiter, et on devra en mettre le plus possible au fond. Il se peut même qu’on ait à marquer trois buts. Ca sera un match un peu similaire à celui qu’on a eu contre Levante ou le Real, car Chelsea est une équipe très physique et qui est bonne en contres.

Que redoutez-vous le plus chez votre adversaire ?

P.G. : On se doit d’être prudent face à leurs points forts. Cela fait longtemps qu’ils jouent de cette manière-là. On va devoir se créer des occasions et marquer des buts. Mais la chose la plus difficile est de savoir comment attaquer contre eux. Quand on perdra le ballon, on devra couvrir derrière pour ne pas se faire surprendre.

Que diriez vous à vos supporters avant ce match ?

P.G. : On sait qu’ils sont toujours derrière nous. Je n’ai aucun doute quant au fait qu’on va aller à Munich. J’y pense même depuis le début de la saison.


« ATTAQUEZ-MOI, MAIS N’ATTAQUER PAS TELLO »

Sur le plan personnel, est-ce le plus grand défi que vous ayez eu à relever dans votre carrière ?

P.G. : Je ne sais pas. Mais, j’aborde ces matches toujours avec un grand optimisme. Parce que j’ai confiance en mes joueurs.

Ne redoutez-vous pas le fait que le mental de votre équipe soit touché après la défaite contre le Real ?

P.G. : Non. Je suis certain que mes joueurs vont être au meilleur d’eux sur ce plan-là. Si on se crée les mêmes occasions qu’on a eues à Londres, ça sera difficile pour nous de ne pas marquer.

Que pensez-vous des critiques qu’a subies Tello après le match contre le Real ?

P.G. : Si vous voulez m’attaquer alors attaquer moi, mais pas Tello. Vous ne l’avez pas épargné. Revoyez le match. Il a fait une prestation brillantes et a été impliqué dans toutes nos meilleurs opportunités.

Et le fait que vos choix ait été remis en question, cela ne vous a pas dérangé ?

P.G. : J’ai pu lire la plupart de vos critiques et vous avez unanimement souligné que j’ai eu tort. Mais, on a fait un bon match et le Real n’a bénéficié que très peu de contres. Mais c’est vrai qu’on ne s’est pas créé beaucoup d’occasions.

Votre avenir au Barça dépendra-t-il du match de demain (mardi) ?

P.G. : Non, et ce n’est pas le moment propice pour parler de ma prolongation.

A lire aussi :

Tout sur la Ligue des Champions


Connectez-vous à notre page

et devenez fan. Le Meilleur de Goal.com vous est réservé

et tombera directement sur votre page.