EXCLU GOAL - Benjamin Pavard : "Antonetti ne me faisait pas confiance"

Parti de Lille pour Stuttgart, Benjamin Pavard pourrait disputer son premier match en Allemagne ce vendredi à Bochum (18h30). Rencontre avec un joueur en quête de temps de jeu.

Depuis bientôt trois semaines, Benjamin Pavard prend ses marques à Stuttgart. Jugé indésirable par Frédéric Antonetti à Lille, l'international Espoir français a dû se faire une raison et quitter la France pour tenter de relever le challenge du VFB, relégué la saison dernière en deuxième division. Champion en 2007, l'ancien club de Matthieu Delpierre, fonde beaucoup d'espoirs sur le défenseur central, qui a accepté d'expliquer à Goal pour la première fois, les raisons de son départ.

Qu'est-ce qui vous a poussé à rejoindre la deuxième division allemande et Stuttgart ?

Benjamin Pavard : Je cherchais un point de chute, j'ai eu plusieurs propositions en prêt (Caen et Valenciennes entre autres, ndlr) en France mais Lille n'a pas voulu me prêter dans un club en France. Ensuite Stuttgart est arrivé, c'est un très bon club qui disputait la Coupe d'Europe il n'y a pas si longtemps. C'est une erreur de parcours pour eux d'être descendus la saison dernière mais ils ont comme objectif de remonter directement cette année. Là-bas, les infrastructures sont formidables, les supporters sont toujours là, le stade est plein même en deuxième division, ça ne fait que chanter... pour moi c'était le bon challenge pour lancer ma carrière car à Lille l'entraîneur ne me faisait pas confiance. Il a fait ses choix et je devais penser à ma carrière même si Lille est mon club de coeur.

Cela ne vous a pas fait peur de partir en deuxième division ?

Non, je ne me rends peut-être pas compte encore que je suis à l'étranger et que je vais y rester. Mais je suis bien entouré, j'ai mon agent avec moi (Joseph Mohan), mes parents qui vont venir bientôt, mes potes.... Le plus difficile ça va être la langue. Après Stuttgart était le club qui me voulait le plus. Il y a des recruteurs qui sont venus me voir jusqu'à l'entraînement à Lille. Tout le secteur sportif du club m'a fait comprendre qu'il me désirait dans l'équipe. Le club a d'ailleurs mis 5 millions d'euros quand même, ce qui est une somme. C'est une belle preuve.

Ce n'est pas un pas en arrière pour vous ? 

Si vous mettez Stuttgart en Ligue 1, ça termine dans les 5 premiers à mon avis. J'ai parlé aussi avec Matthieu Delpierre qui a joué 8 ans avec Stuttgart et qui a même été champion. Il m'a dit beaucoup de bien du club et il habite encore ici d'ailleurs. Lui aussi avait fait le trajet Lille-Stuttgart à l'époque.

On a pourtant l'impression que vous auriez pu viser plus haut non ?

J'ai envie de jouer ! Aller dans les grands clubs et cirer le banc ne m'interesse pas. Je préfère faire une grosse saison en deuxième division en Allemagne, monter et poursuivre ma progression pour ensuite être armé et partir dans un plus grand club. Je suis en train de grandir et j'ai besoin de ça. 

Quel est le projet mis en place par Stuttgart avec vous ?

Ils m'ont fait comprendre qu'ils me faisaient confiance. Encore une fois quand on voit la somme... J'ai 20 ans et je n'ai pas joué 100 matches en Ligue 1 , donc c'est un investissement. Le directeur sportif est venu me parler et j'ai vraiment senti qu'il avait confiance en moi. Il m'a dit que je représentais l'avenir et que le club avait besoin de moi. Même si je sais que je dois être performant, on m'a fait comprendre que j'allais avoir du temps de jeu et c'est très important. 

L'Allemagne, c'est un championnat que vous suiviez ?

Niveau stade et ambiance, il n'y a pas mieux. C'est un championnat fait pour les supporters. Sur le terrain, ça essaye de jouer au foot. À Stuttgart par exemple, ça ne fait pas que balancer de longs ballons. Ils m'ont recruté pour ça ici, parce qu'ils estiment que j'ai une relance capable d'aider l'équipe à la construction. Je sais au moins que je vais jouer défenseur central, même si c'est un poste auquel je n'ai pas évolué depuis longtemps. Je m'y sens bien et il faut juste que je trouve encore un peu de repères. 

Pourquoi avoir quitté Lille ?

Je n'avais pas la confiance de l'entraîneur et quand je jouais, c'était à tous les postes sauf le mien, qui est défenseur central. Il n'y avait pas de communication avec moi. Je sentais qu'il ne me considérait pas vraiment car j'étais jeune. C'est ses choix, je les respecte mais je devais penser à ma carrière. J'ai eu du mal à réaliser que je suis parti de Lille. Je tiens à remercier Jean-Michel Vandamme (directeur sportif du LOSC) car il a tout fait pour que je ne signe pas ailleurs définitivement, mais c'est le président  qui a décidé d'accepter cette offre et je pense que c'est bien pour moi

Propos recueillis par ​Loïc Tanzi