Deuxième nul en quatre jours pour le PSG à Strasbourg (1-1)
Dernière mise à jour
Getty
Avant le match à Liverpool le PSG revient avec un nul de la Meinau. Dans un match très fermé, les deux protagonistes ont pu marqué chacun sur penalty.

Le PSG a pris l'habitude du match piégeux à Strasbourg. La saison dernière c'était déjà au stade de la Meinau que les Parisiens avaient connu leur premier coup d'arrêt de la saison. A la Meinau, le scenario a failli terminer de la même manière, ce mercredi soir, à une semaine du match décisif en Ligue des Champions. Malgré la très grande possession des hommes de Tuchel, ils n'ont pas pu trouver de solution face à un bloc très bas. Les Strasbourgeois, eux, ont profité d'une main de Kehrer dans la surface pour obtenir le pénalty. Transformé par Lala qui a pris Areola à contre pied (1-0, 40è). Le but de Cavani à la 57è aurait pu faire souffler les Parisiens mais l'Uruguayen, servi par Meunier était hors-jeu. A la 70è, Mbappé (entré en jeu dès la reprise) a obtenu la faute grâce à un tacle en retard de Lala. Cavani, qui portait le brassard de capitaine pour la première fois ce soir, a égalisé avec une frappe puissante (1-1, 71è). Le but refusé pour hors-jeu de Thomasson à la 95è a failli enflammer la Meinau. 

Une attaque parisienne en panne 

La paire Neymar-Mbappé était absente au coup d'envoi. Le Brésilien pour blessure, le Français par choix du coach parisien. Et l'attaque s'en est ressentie. Sur la première période, malgré une forte domination du PSG (68%), les 45 minutes se sont soldées par un seul tir cadré sur sept tentatives. Au retour de la pause, Paris a encore dominé dans le jeu et l'entrée de Mbappé a donné un coup de fouet. Mais malgré un plus grand nombre de tirs tentés (12), seuls 4 ont trouvé le cadre, dont 2 par un défenseur, Kehrer. 

Verratti moins efficace

Marco Verratti a été le plus en vue, dans le mauvais sens du terme. Le natif de Pescara a perdu un très grand nombre de ballons ce soir à la Meinau (21, soit le total le plus élevé parmi tous les joueurs) mais contrairement à ce dont il est capable, ses pertes de balle étaient dangeureuses car dans l'axe. Même s'il a assuré un gros volume de jeu, ses passes étaient moins précises qu'à l'accoutumé. Encore une fois, on regrettera le fait qu'il ne tente pas de tir alors qu'il arrive à trouver les espaces nécessaires devant le but. Averti à la 88è sur une faute de Thomasson, l'Italien a été sur les nerfs durant toute la rencontre et s'en sort pas mal. 

La stat Opta 

 

 

L'article continue ci-dessous

 

 

Sabrina Belalmi, au Stade de la Meinau (Strasbourg)

Commentaires ()