Russie-Argentine 0-1, l'Argentine à l'arraché
Getty
Malgré une flopée d'occasions, l'Argentine a dû attendre la toute fin de match pour prendre le meilleur sur la Russie, samedi en amical à Moscou.

Match amical
Russie-Argentine : 0-1
But :
Aguero (86e)

Un mois après avoir obtenu dans la douleur son billet pour la Coupe du Monde, l'Argentine est allée ce samedi humer un peu l'ambiance (et le climat) en Russie. Face au pays organisateur du Mondial, les hommes de Jorge Sampaoli ont dû faire preuve de patience avant de voir les filets trembler. Malgré une domination sans partage, ce n'est qu'à la 86e minute qu'ils ont mis à mal l'excellent portier adverse, Igor Akinfeev.

Sampaoli vante les qualités de Lo Celso

L'article continue ci-dessous

Le capitaine russe est resté fidèle à sa réputation. Sur sa ligne, il a multiplié les parades et les arrêts décisifs pour préserver longtemps le score de parité. Il a entamé son festival dès la 20e minute, en se couchant bien sur un tir de Di Maria. Cinq minutes plus tard, il remettait ça face à Aguero. Et en deuxième période (71e), c'est sur un retourné de Nicolas Otamendi qu'il a sorti le grand jeu avec une claquette bien sentie.

Le dernier rempart du CSKA ne pouvait pas tout faire et les fois où il a été battu, il a été supplée par ses défenseurs. Comme à la 49e minute quand Konstantin Rausch a dégagé de la tête un ballon sur la ligne après une belle louche de Lionel Messi. Enfin, il y a aussi eu une tête hors cadre d'Aguero (56e). Face à autant d'opportunités non converties, les doubles champions du monde ont cru devoir se contenter d'un nul. Mais, sur l'une de leurs dernières offensives, ils ont fini par faire la différence. Une inspiration de Messi a été profitable au latéral Cristian Pavon qui centrait ensuite dans la surface. Bien placé au point de pénalty, Aguero cueillait le ballon en deux temps et offrait la victoire à sa sélection.

Même acquis sur le fil, le succès de l'Argentine est relativement mérité. Toutefois, la Russie aurait peut-être mérité une issue plus favorable. D'autant plus que les hommes de Tcherchessov n'ont pas fait que défendre. Denis Glushakov, d'un tir rasant à la 59e minute puis sur une autre frappe à l'entrée de la surface que Sergio Romero a habilement stoppée (61e), n'était pas loin d'ouvrir la marque. Les Russes ont perdu et ils peuvent s'attendre à une leçon encore plus ardue dans trois jours face à l'Espagne.

Commentaires ()