Reims-Toulouse 0-1, le TFC aux tripes
Getty
Le Stade de Reims qui restait sur très bon point pris au Vélodrome, face à l'OM (0-0), recevait le TFC ce mercredi en Ligue 1.

La première période de cette rencontre a vu des Rémois volontaires et producteurs de jeu face à des Toulousains précautionneux et pusillanimes, mais surtout, plus réalistes que leurs hôtes. Et parfois, cela suffit à vous faire remporter une rencontre.

À la 20e minute, Engels se signale sur un gros raté sur un corner où le TFC a du mal à se dégager et où Oudin centre fort devant le but. Puis, à la demie heure de jeu, Jean intercepte une passe d'Engels et tire du gauche pour une tentative qui frôle le montant de Mendy. On retrouvera d'ailleurs Jean juste avant le repos pour l'ouverture du score toulousaine.

L'article continue ci-dessous

Ce dernier est servi dans la surface adverse et sert en retrait Gradel dont la reprise est contrée par Abdelhamid. Sylla a néanmoins bien suivi et peut marquer en force. Le repos est atteint sur ces entrefaites avec un but d'avance pour le Téfécé et beaucoup de regrets pour les locaux.

La rencontre reprend et Goicoechea en profite pour s'illustrer. Focket met un très bon ballon sur le crâne de Chavalerin, qui croise sa tête mais le portier toulousain réalise une belle horinzontale pour éviter l'égalisation adverse. Goicoechea, très inspiré, sera très sollicité tout au long du second acte face à des Rémois manquant parfois cruellement de réalisme. Il devra notamment intervenir en toute fin de rencontre (90+4e), quand Foket sert depuis le flanc droit Ndom au second poteau dont la reprise de la tête est captée sur sa ligne par le gardien toulousain.

Si Reims a insisté en ne quittant pas le camp des visiteurs pendant toute la seconde période, Toulouse a su tenir au courage pour s'imposer au coup de sifflet final après tout de même 8 minutes de temps additionnel. Grâce à son portier, Toulouse signe donc une deuxième et courageuse victoire cette saison à l'extérieur autant grâce son portier qu'au manque d'inspiration criant des attaquants locaux. 

Commentaires ()