Real Madrid-Levante 1-2, un Real de nouveau affligeant s'incline à domicile contre Levante
Dernière mise à jour
Getty Images
Victime de deux grossières erreurs de Raphael Varane, un Real très indigent s'est de nouveau incliné, cette fois à la maison contre Levante.

L'acharnement du sort et de la VAR n'excusent pas tout. C'est de nouveau un Real Madrid très décevant que l'on a vu à Santiago Bernabeu ce samedi après-midi. Si Karim Benzema, à l'instar de Casemiro, de Diaz et de Marcelo, s'est montré à la hauteur de son rang malgré une incorporation en deuxième mi-temps seulement, Raphael Varane a lui cristallisé tous les soucis d'application et de placement que l'ont peut reprocher au Real de Lopetegui. Notamment sur le premier but des Valenciens.

C'est sur un long ballon anodin que le défenseur français s'endort et laisse filer Morales dans son dos. L'attaquant né à Madrid élimine tranquillement Courtois pour marquer dans le but vide malgré le retour étrangement pusillanime du champion du monde français.

Varane continuera à s'illustrer dans le mauvais sens quelques instants plus tard quand il touche de la main une tentative de centre adverse ce qui provoque un pénalty après consultation de la VAR. 0-2, le Real est au fond du trou alors que nous n'avons joué que 13 minutes.

Mariano Diaz, Sergio Ramos, Real Madrid

Asensio croit égaliser quelques minutes plus tard de la tête sur corner, mais la VAR viendra de nouveau briser les espoirs merengue. Un Real bipolaire fonce alors à l'attaque et multiplie les opportunités face à un Oier magistral qui fut souvent sauvé par son poteau. En défense, Madrid reste à la merci du moindre long ballon adverse à cause d'un pressing complètement désordonné et d'un placement archaique.

1-2, ce sera néanmoins le score au repos avec un Real trop fébrile derrière et pas assez appliqué, voire impliqué devant. Lopetegui sait qu'il est en danger et ose tout avec une équipe ultra offensive en seconde période. Benzema, Ceballos, mais aussi Gareth Bale qui effectuait son retour. 

L'article continue ci-dessous

Des changements payants avec un attaquant français survolté, qui servira en retrait Marcelo avec plein de lucidité, pour la réduction du score du droit du Brésilien. Un but tout en puissance qui donne de l'espoir aux locaux, lesquels font le siège des cages valenciennes. Un siège stérile, meme si à 13 minutes de la fin, sur un tir puissant du droit suite à une belle combinaison collective, Benzema réussit une frappe sublime. Et si Oier est battu, son poteau repousse néanmoins le cuir.

À deux minutes du terme, Benzema reprend de la tête à bout portant un long ballon qu'Oier repousse du bout du pied. Mariano marque, mais l'arbitre considère que Benzema avait fait faute sur un défenseur lors du duel aérien et le but est refusé. Une occasion vaine, gâchée par de petits détails, un peu à l'image du Real Madrid version Lopetegui.

Le coach basque, menacé de licenciement par la presse espagnole, peut légitimement s'inquiéter. Au delà de la malchance de ses hommes, de la maladresse de Varane ou des attaquants, impossible d'occuler des problèmes d'organisation défensive et offensive, de pressing et surtout d'attitude. Si l'objectif de certains joueurs était de se débarrasser de l'ancien sélectionneur espagnol, alors mission accomplie avec une troisième défaite lors des 4 dernières journées de championnat et ce, juste avant le Clasico

Commentaires ()